La Stylettante

samedi 18 août 2018

BONS BAISERS de MONACO

DSC02928

Ne me demandez pas où, précisément, ces photos avec vue plongeante sur Monaco ont été prises. Nous revenions de Eze et nous cherchions sur cet éperon rocheux un peu d'ombre pour pique-niquer. Nous avons fini par en trouver. Je me souviens davantage des pans bagnat maison de notre hôtesse que du lieu où nous nous sommes arrêtés, non loin de la Turbie où nous avons pris, ensuite, un café. 

DSC02929

DSC02931

DSC02930

A vrai dire, j'ai cédé l'appareil photo à Monsieur. Mes yeux larmoyants par trop de lumière ne voulaient plus rien voir de ce plongeon à pic sur la principauté de Monaco. Je me souviens m'être assise sur à peine 50cm² de l'ombre très modeste d'une plante plus touffue que les autres pour attendre. Le pan bagnat... de ça, il faudra que je vous reparle. Sinon, en ce samedi, je vous envoie de bons baisers de Monaco !

Posté par Armelle-L à 06:44 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,


vendredi 17 août 2018

FAIRE UNE VIREE à DEUX

DSC03581

On ne va pas se mentir. Serions-nous allés nous perdre dans le Perche si nous n'avions pas cherché un point de chute pour notre retraite. On nous avait dit que Senonches à l'ouest de Dreux, aux portes d'un domaine naturel boisé et protégé pourrait nous convenir. Alors, nous y sommes allés, la fleur au fusil pour une virée à deux et occuper nos vacances.

DSC03584

DSC03587

DSC03588

Il faisait beau et nous avions prévu le pique-nique. Nous avons été agréablement surpris de trouver ce plan d'eau avec ses berges aménagées, pourvues de tables et de bancs en bois. C'est donc bien agréablement que nous avons déjeuné, au calme, en pleine nature. La nature est grillée partout par cette satanée sécheresse et j'ai eu un peu de mal à trouver des fleurs à offrir à Nelly pour son bouquet [296] du vendredi. Celles-ci au pied du lavoir, plus au frais que les autres. 

DSC03593

DSC03595

DSC03597

DSC03598

DSC03600

Senonches et son château féodal dont les origines remontent au XIIème siècle avec Hugues II, seigneur de Châteauneuf en Thymerais abrite une part d'une exposition originale intitulée "Poésies Métalliques". Ces sculptures de Jean-Alexandre Delattre se retrouvent également dans la cour de la mairie et, plus loin, jusque la Ferté Vidame. Nous n'irons pas si loin. En effet, nous avons fait l'erreur de pousser jusque La Loupe et le charme est tombé d'un coup sur la place de ce gros bourg sans âme, aucune. Nous avons quand même demandé des renseignements sur des maisons. On nous a trainé dans l'Orne, en visiter une, certes charmante mais à un prix défiant toute concurrence où, je ne m'imagine pas résider, en plein mois de décembre... J'ai aussi eu la sale impression que cet agent immobilier nous prenait pour des cons. Vous savez quoi ? J'étais presque contente de retrouver ma banlieue !

jeudi 16 août 2018

LA MARINIERE HIPPO COMPATIBLE

DSC03561

Une marinière, encore. L'avant dernière de la saison. Je suis marinière addict. C'est chic, c'est sobre, c'est classe et décontracté, tout à la fois. Celle-ci, beige et blanche dans un sympathique jersey de chez Tissus.net est "hippo-compatible". Je l'ai étrennée, hier, en compagnie de Cheyenne, derrière moi et du cheval à la coupe de crinière bicolore, particulièrement sophistiquée, ci-dessous, sa couleur de robe raccord à ma tenue.

DSC03563

DSC03564

DSC03560

C'est encore un patron de tee-shirt Knipmode ou Fashion Style puisqu'il s'agit là du magazine, en français, d'août 2016. Il est d'une simplicité biblique à réaliser et je gage qu'à l'avenir mes tee-shirts vont être cousus maison puisque ceux du commerce sont tous trop longs pour ma hauteur de buste. J'ai juste retiré un centimètre de la largeur d'épaule sur une taille 38. 

chien d'août 2018

Ca se passait à la Ferté Gaucher (Seine et Marne) à l'occasion de la fête du Chien d'août qui a lieu tous les ans, le 15 août. Je ne vais pas vous en faire un fromage car, sincèrement, cette 19ème édition m'a déçue. Je n'ai pas retrouvé l'atmosphère euphorique et festive des autres saisons. Entendu la boulangère dire que le directeur de la manifestation avait changé et que le tarif du linéaire pour les stands passé de 4€ à 10€ du mètre. Assez pour faire reculer les exposants. Néanmoins, pour les enfants, c'est plutôt sympa car tous les animaux de la ferme sont présents et ils peuvent s'initier au cheval, à l'âne ou au poney. Sinon, ce Brie noir que vous avez plébiscité sur Instagram mais je préviens pour en avoir goûté une seule fois... ça déchire ! Prévoir le bonbon menthol dans la foulée pour éclaircir votre gosier...

mardi 14 août 2018

J'AI TOUCHE LE FOND de LA PISCINE

DSC03518

J'ai touché le fond de la piscine, non pas dans mon petit pull marine, mais dans cette blouse imprimé poissons. Ceci, dans la foulée d'une semaine particulièrement échevelée. Blouse Mc Call's 7629 qui n'a pas été un long fleuve tranquille à réaliser. Déjà, j'ai fait l'erreur de commander à la va-vite la pochette du patron en grande taille. J'ai donc du tailler un 42 sans marge de couture mais ça baille lamentablement et je ne suis pas à l'aise dedans. Deuxio, ce coton coup de coeur chez Tissus Price n'a de coton que le nom car il est raide comme une toile de jute et malgré deux lavages, continue à colorer en rose la semelle de mon fer à repasser. Et puis, cette blouse objet de moqueries sur les réseaux sociaux...

DSC03525

DSC03524

DSC03523

Portée sur une jupe denim (Tissus Price, aussi), modèle Sandrine de Coralie Bijasson, seconde version de ce patron d'ores et déjà classé dans mes modèles fétiches. Jules a aimé et l'Alter Ego a liké mon nouveau profil Facebook. Jules a pourtant la critique facile et l'Alter Ego n'est pas du genre à verser dans la flagornerie. Bref, cette blouse plait à la gent masculine et me ridiculise aux yeux des dames. Partant du principe que les hommes ont meilleur goût pour se vêtir que nombre de nanas de nos jours, je conserve la conserve à porter sur un jean pour un mode casual décalé... A bon entendeur, salut !

lundi 13 août 2018

UNE SEMAINE ROCAMBOLESQUE - PUZZLE #14#

semaine rocambolesque

La semaine dernière a été éprouvante et, surtout si on la toise avec un peu d'humour, rocambolesque. Elle a débuté par ce gros disque solaire, brûlant comme la lave dès son lever à 6 heures 30 du matin. Fenêtres et volets fermés n'ont servi à rien. J'ai vécu 48 heures avec 32° dans mon appartement. Alors, vous imaginez bien que mardi soir, une séance cinéma dans une salle bien climatisée s'est imposée. Dans la torpeur, recevoir cette jolie carte d'une amie blogueuse avec laquelle je corresponds depuis plusieurs années. L'amitié virtuelle est aussi sacrée que celle dans la vraie vie, je trouve.

Une jolie robe à la vitrine de chez Naf-Naf pour rêver et me pincer car mon assureur auquel je suis fidèle sans le moindre accro depuis 1992 m'apprend qu'il ne pourra plus m'assurer car les conditions ont changé. Ils ne couvrent plus les "jeunes conducteurs". Je viens de fêter le 5 août, mon 38ème anniversaire de permis mais je n'ai pas eu de voiture perso depuis plus de trois ans. Comme au Monopoly, retour à la case départ. Sur mes états passés, il m'assure un mois, un mois seulement, à 150€ réglés cash par CB en me priant d'aller me faire voir chez DA... Tout en sachant que la première année, le moindre clash me fera dégringoler dans la catégorie "grands malusés" et qu'on me taxera d'une prime à 3000€ l'année !

Depuis un mois que nous avions passé commande de ce véhicule en prévision du jour où Jules va rendre à son employeur son véhicule de fonction pour une retraite bien méritée, nous avions hâte de la récupérer. Nous avions rendez-vous chez le concessionnaire, samedi en fin de matinée et j'avais demandé à ma banque d'effectuer un virement à son ordre. "C'est le mois d'août, ils n'ont pas le personnel, ils ont oublié..." Qu'à cela ne tienne, je ferai avec un chèque de banque moyennant 25€50 de frais. Qu'on en finisse et point barre. Sauf que vendredi, quand j'ai téléphoné pour confirmer ma venue à l'agence le samedi dès l'ouverture, je me suis vue envoyer chier. Moyennant un mail interne rappelant point par point, toutes les conversations téléphoniques entretenues avec eux depuis le 2 août, j'ai obtenu bon gré, mal gré, mon chèque à l'heure prévue. Tout a changé et pas en bien dans cette agence de Crécy la Chapelle. Je n'ai jamais vu une directrice d'agence aussi vulgaire. Crécy aussi a changé. J'ai compris qu'il me fallait définitivement tourner la page sur ce pan de mon passé et avancer...

Avancer et aller au marché Notre Dame à Versailles, dimanche matin, pour respirer. Versailles, en centre ville, si tranquille, si sereine, si apaisée loin des foules du château... provinciale. Nous aurions du manger au restaurant pour fêter le 38ème anniversaire du jour où nous sommes sortis ensemble, Jules et moi. Nous avons préféré nous faire un festin d'un poulet rôti de chez Marguerite avec des petites pommes de terre nouvelles sautées. En dessert, j'ai craqué chez Bigot pour ce baba au rhum délicat et corsé ! C'est les vacances et il me faut occuper Jules avant notre départ. Ca me fait flipper pour le moment venu de son départ à la retraite... C'est pourquoi je vous donne rendez-vous, samedi, pour un nouveau billet.


vendredi 10 août 2018

LE PREMIER JOUR...

DSC03512

Le premier jour... non pas le premier jour du reste de ma vie mais, celui d'une période de transition puisque ce soir, Jules sera en vacances. Derniers congés payés avant les grandes vacances. Le temps de la retraite venu, il me faudra repenser ce blog pour un changement de rythme et de nouvelles activités. J'ai déjà des idées. En attendant, offrir cette jolie rose trémière, souvenir d'un weekend en Eure et Loir, à Nelly pour son bouquet du vendredi [295]. Weekend entier passé à garder Petit Filou pendant que ses parents étaient à un mariage. Que du bonheur comme vous pouvez l'imaginer. Ce blog, dans les jours à venir va un peu s'alléger jusque la rentrée. Il prend, lui aussi, des vacances bien méritées. Bon weekend à tous.

Posté par Armelle-L à 06:35 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 9 août 2018

BALADE DANS le VIEUX NICE

DSC02804

J'ai trainé à éditer ce billet car je ne savais pas très bien par où commercer. Par le début ai-je décidé, à l'instant même où, les enfants nous ayant récupéré à l'aéroport, nous sommes allés manger de la socca. Nos hôtes tenaient absolument à nous  initier à cette spécialité très locale. Il faisait chaud mais pas trop encore. Je vous invite à me suivre dans une balade haute en couleurs dans les rues étroites et pentues du vieux Nice.

DSC02807

DSC02811

DSC02821

DSC02812

DSC02820

DSC02828

DSC02848

J'ai axé, voloontairement, ce billet sur les couleurs très latines de la vieille ville et son entrelac de ruelles ombragées où, par magie, on oublie la chaleur. En levant la tête, on devine comme un rai au-dessus des murs ocres, le ciel bleu azur. On se croirait en Italie. J'ai, toujours volontairement, mis de côté le patrimoine religieux de la ville et la sublime église baroque Sainte Rita fera, peut être, partie d'un autre billet. Ce n'est pas chose aisée que tenir un blog et là, je m'adresse à ceux qui ont la critique facile. Parfois, on a envie de dire stop. Je prends parti de faire ce qui me plait, désormais. La recette semble plaire car à la page des statistiques, vous êtes de plus en plus nombreux et ce, en dépit de la période estivale. Je vous dis merci.

socca nice

Et voici, la recette qui fonctionne toujours, la collation ou le restaurant du jour. Nos hôtes ont préféré nous faire quitter les sentiers battus pour nous emmener chez René Socca qui régale les niçois depuis 1961. A l'ombre et dans la bonne humeur, à la bonne franquette, nous avons goûté cette fameuse socca, galette faite de farine de pois chiche et d'huile d'olive. Ceci accompagné des petits légumes farcis typiques de cette région. Nous avons adoré. Alors, si vous faites halte à Nice, n'hésitez pas à délaisser la trop convenue pizza pour des plats plus autenthiques !

Posté par Armelle-L à 06:39 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 8 août 2018

MISSION IMPOSSIBLE - FALLOUT

mission impossible fallout

Hier soir, pour fuir notre appartement devenu fournaise, nous nous sommes offerts une séance de cinéma rafraîchissante. Un peu plus de deux heures de clim en compagnie du toujours très beau gosse Tom Cruise et une recette qui opère toujours. De l'action, de belles filles, des gentils et des méchants mais surtout, pour cet opus, de la poussière d'une belle étoile, la ville lumière, Paris, elle-même en personne ! Pas étonnant que le film cartonne au box-office américain. Je crois que de toutes ces missions impossibles, celle-ci est la plus réussie, de mon point de vue.

Tom Cruise est un quinqua presque crédible dans le rôle d'Ethan Hunt. Il a des tripes et des sentiments. Mais surtout, comme nombre de films réalisés dans notre belle capitale, le charme de la french touch agit et agit bien. Oui, alors que Paris m'agace de plus en plus, je la trouve belle au cinéma. Les prises de vue sont superbes et nous sommes baladés de la nef du Grand Palais au Bataclan mais aussi, à l'Hôtel de Soubise. Mais pas que car, il y a aussi ces rues de Paris, non moins belles mais moins connues des touristes, un Paris plus "parisien". J'ai adoré le virage au frein à main de la rue François Miron. Je vais faire gaffe la prochaine fois que je traverserai cette rue qu'un chauffard ne me renverse pas...

Non, sans rire, ce film et la clim m'ont fait un bien fou car j'avais, hier soir, le moral en dessous du niveau de la Seine. La caisse complémentaire de Monsieur a perdu son dossier alors que nous avons un accusé de réception du dossier expédié en courrier recommandé. Il doit tout re-photocopier. Ceci au point que côté déménagement, j'ai dit stop. Je resterai dans ma banlieue tant que tout ne sera pas carré et puis pour l'automne la saison culturelle s'annonce bonne, là et à Versailles, aussi. Réservations en vue. De quoi nous occuper agréablement jusqu'au printemps. A la base, c'était notre idée. Déménager au printemps car je redoute toujours arriver à la Toussaint dans une maison dont je ne sais pas comment réagira le chauffauge quand la bise sifflera. En tout cas, ce matin, les températures sont tombées et l'atmosphère redevenue respirable. Je vais pouvoir bosser, un peu !

mardi 7 août 2018

UN PEU de TOUT, BEAUCOUP de RIEN #9#

DSC03509

Retour sur deux journées merveilleuses passées en Eure et Loir, à garder Petit Filou puisque ses parents étaient de mariage. A la campagne, on respire mieux et nous avons pu nous réparer un peu de l'usure de la canicule. Promenade du matin avec bébé en poussette pour aller à la boulangerie du village. Regarder au passage jardins bien fleuris et jolies maisons.

1pdt9

Weekend entamé comme un départ en vacances avec une halte matinale sur le place de l'église Saint Jacques le Majeur de Houdan pour une pause café dans la fraîcheur relative comparée aux températures de notre appartement. Tomates cerise du jardin de ma fille, mêmes plants que les miens qui n'ont pas résisté à l'incendie urbain de cette fichue canicule. La nature comme les humains préfère, en été, la campagne.

IMG_0092[5369]

Dimanche soir, pour éviter les nombreux chantiers du mois d'août sur la voirie, nous avons emprunté pour rentrer les chemins de traverse tels ces bords de Seine à Croissy. La banlieue est assoupie, paisible, silencieuse. On se croirait, loin, en province. Parisiens et banlieusards sont en vacances. En profiter, vite, avant le grand rush de septembre. Je suis rentrée apaisée et heureuse de ce weekend complètement à l'ouest.

Posté par Armelle-L à 06:36 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

lundi 6 août 2018

NAUTISME à LA VILLETTE

DSC03458

A la Villette, on ne tranche plus le lard, on s'y baigne et on y fait du bateau. Cette sortie canotage sur le Canal de l'Ourcq n'était pas prévue au programme. C'était un cadeau de ma cadette pour l'anniversaire de Petit Poucet qui n'était pas encore rentré du Cantal. Sans commentaire. Cette Tour Eiffel rouge, fabriquée pour le 125ème anniversaire de la célèbre chaise bistro et totem du cru Paris Plages 2014 a trouvé sa place à la Villette et c'est plutôt sympa.

DSC03368

DSC03404

Rendez-vous sur le ponton Marin d'eau douce qui propose à la location des petits bateaux électriques, sans permis, pour naviguer le long du Canal de l'Ourcq, une fois passée cette écluse qui permet la sortie du Bassin de la Villette. Le départ ne se fait pas sans houle, le temps que nos capitaines d'un jour trouvent le bon réglage de la manette pour voguer tranquilles...

DSC03420

DSC03423

DSC03428

DSC03437

Ensuite, une fois trouvé notre rythme de croisière, nous passons la Géode, le Parc de la Villette, des péniches à quai et les Moulins de Pantin. Pantin, beaucoup plus verte que depuis le périphérique, on l'imagine. 

DSC03432

DSC03449

Tout au long de notre croisière, le street art est partout, sur les pignons et sur les coques des bateaux. Gros coup de coeur pour cette geisha sous son ombrelle et pour ce félin qui semble sortir de l'eau. C'est magique.

DSC03457

DSC03465

DSC03467

DSC03474

Retour vers notre port d'attache en longeant les espaces de baignade de Paris Plages. Notre embarcation tousse un peu. Ces messieurs se sont pris pour des pilotes de hors-bord et la batterie est quasi déchargée. Le ciel se couvre sur la Rotonde de Stalingrad. Nous avons passé un bon moment, en famille. Petit Filou, dans son gilet orange de sauvetage s'est bien amusé. Notre petit moussaillon a, assurément, le pied marin et rien ne l'effarouche. Une fois, le plancher des vaches retrouvé, nous sommes allés nous rafraîchir sur une terrasse du Quai de Seine où j'ai goûté ce cocktail glacé "cassis d'été". C'était vraiment délicieux. Seul bémol de la journée, l'absence de Petit Poucet. Une autre fois, on espère...