lyon douceur de vivre

De Lyon, je connaissais la traversée du tunnel de Fourvière et, furtivement, la place Bellecour sous la pluie. Je ne comprenais pas l'enthousiasme de ceux qui l'avaient approchée de plus près. Mais, avant tout, ce qui m'a saisie venant de Paris où la tension face aux menaces d'attentats est perceptible avec des militaires en faction un peu partout et des fouilles à l'entrée de maints endroits, c'est le recul et la douceur de vivre en ce weekend caniculaire du 15 août. Peu voire pas de de troupes armées jusqu'aux dents et entrée libre dans les lieux publics ou cultuels. Légèreté sans appréhension sur les terrasses des célèbres bars à vin comme sur cette placette ombragée de la Croix Rousse où nous avons simplement profité de l'instant... A venir, la suite de ces trois jours entre Rhone, Saone et Beaujolais.