1

Dimanche, la chaleur de four qui s'est abattue sur Lyon nous a poussés hors des murs, vers le nord, sur les routes serpentines entre les vignobles du Beaujolais à la découverte de ses villages dorés. Coquets, ces petits bourgs sans prétention ont des noms de grands crus. Au sud, on devine les Alpes. Au nord, se dessinent les monts du Jura. C'est vert et reposant. Un petit vent tiède nous rafraîchit de la moiteur de la ville.

2

3

4

5

Nous avons quitté l'autoroute à Belleville avant d'entamer un trajet au milieu d'un paysage vallonné où de petites chapelles dédiées à la Vierge et à la vigne culminent. Je suis émerveillée par cette nature farouche et authentique. Je ne connaissais en rien cette région et n'en soupçonnais encore moins ses richesses. Fabuleuse découverte. La compagne de mon fils a eu, ce matin là, une bonne idée.

6

7

8

Sous un ciel insolemment bleu, se découpe la silhouette trapue du Château de Corcelles construit au XVème siècle, classé aux monuments historiques et devenu domaine viticole. Ces messieurs auraient bien fait dégustation dans ce lieu élégant. Hélas, il est privatisé ce weekend pour des noces. Je comprends à quel point mon fils amateur d'oenologie et de bons vins se soit aussi bien adapté loin des Batignolles.

9

10

C'est dans ce décor, au milieu des grappes de raisin, que nous pique-niquerons de charcuteries lyonnaises (aïe ma ligne...) de salade de lentilles à la lyonnaise également, de fromages locaux et de fruits. Elle n'est pas belle la vie ?! C'est ainsi que nous allons bifurquer et entamer la visite de quelques villages à la pierre ocre, enclave dite petite Toscane du Beaujolais. Il fait chaud mais le meilleur reste à venir.

11

12

13

Petite halte au Bois d'Oingt, somnolente sous la torpeur où seule chante la superbe fontaine sur la place de l'église. Nous ne manquerons pas de nous rafraîchir et nous asperger comme des gamins avant de reprendre la route tant il fait chaud.

14

15

16

Ci-dessus, le village de Theize en Beaujolais, certainement  celui qui m'a le plus séduite avec ses deux églises, son château et sa place ombragée où nous nous sommes désaltérés à la terrasse d'un café digne de Marcel Pagnol

17

18

19

Nous verrons, ensuite Oingt, plus touristique, trop touristique à mon goût mais d'une sublime beauté malgré tout comme en témoignent ces dernières photos. Oui, ça ressemble à la Toscane et je sais, déjà, que le retour sur Paris sera difficile...