1

Notre Dame de Fourvière se mérite mais lorsque nous sortons du funiculaire, immaculée, elle nous en met plein les yeux sur fond de ciel impitoyablement bleu. Elle est relativement récente. Sa construction s'est achevée en 1884. De style néogohtique et néo-bysanthin elle domine toute la métropole lyonnaise. Exclusiment dédiée à la Vierge Marie, en cette veille de fête d'Assomption, les lieux sont noirs de monde. Hâte de pénétrer sous sa nef tant il fait chaud sur sa colline !

2

3

4

5

De suite, le regard est happé par ces fresques tout en mosaïque dont je ne vous dirai pas grand chose pour avoir fait l'erreur de faire confiance à Google qui, sur le sujet, sèche lamentablement. Or et bleu, c'est purement fabuleux. Nous profitons de ce répit à l'abri des ardeurs du soleil à l'extérieur. Cependant, la visite n'est pas terminée et nous descendons par un escalier à l'étage inférieur...

6

7

Où nous découvrons une autre chapelle sous la précédente avec des représentations de la Vierge de tous les coins de notre monde. Cette vierge noire dont je ne me souviens plus l'origine est d'une beauté sans nulle égale. Il fait bon en sous-sol de la basilique mais il est temps de reprendre le chemin du retour.

8

Pour la beauté du lieu, nous allons descendre vers la ville par les escaliers ombragés bordés de jardins. Il fait un chaleur étouffante. Nous croisons des visiteurs, dans la montée, bien courageux ou animés par la foi. Notre Dame de Fourvières se mérite.