1

Oui, certes, cette Galerie des Carrosses est ouverte au public, chaque jour de l'année, gratuitement mais j'ai choisi ce dimanche des Journées Européennes du Patrimoine pour aller la visiter rénovée. Nous sommes entrés rapidement en étant moins fouillés qu'à l'entrée de mon supermarché... Ca se passe aux Grandes Ecuries du Roi et c'est la plus importante des collections de carrosses d'Europe. Ce petit musée a été voulu par le Roi Louis-Philippe en 1831

2

3

Si à la chute de Second Empire, la IIIème République récuse le faste et l'ostentation, elle est contrainte malgré tout, de se doter de nouveaux véhicules pour remplir ses obligations officielles. Ces voitures sobres et belles à la fois sont les premières présentées car cette exposition bien orchestrée nous réserve le meilleur pour la fin

4

5

6

7

8

9

10

11

Viennent ensuite, les riches équipages avec les berlines du mariage de Napoléon Ier avec Marie-Louis d'Autriche. On imagine sans peine le faste de cette cérémonie qui aura duré trois jours. Je ne peux pas tout mettre en page dans un blog. Je tiens juste à souligner pour avoir connu ce musée, autrefois, dans son ancien jus qu'il a été pensé pour que les plus jeunes en profitent pleinement puisque leurs yeux se trouvent à hauteur des voitures. Du temps de ma jeunesse, nous étions au niveau des pavés. Les éclairages sous ces voûtes signées Mansart sculptent et mettent en valeur le travail de tous les corps de métier.

12

13

14

15

Et voici la pièce maîtresse de cette galerie, le carrosse du sacre de Charles X en mai 1825. C'est Louis XVIII qui avait commandé cette voiture mais, prudent politique, il en avait abandonné le projet. Il sera remis en chantier dès l'avènement de Charles X et sera achevé en six mois sous la direction de Daldrinegen, carrossier virtuose du genre quand on regarde les détails riches et infinis de cette oeuvre d'art !

16

17

Voici la partie que j'ai préféré, les traineaux de la cour mis en scène sur une estrade avec en trompe l'oeil, le Bassin de Latone et le Grand Canal enneigé. On s'y croirait. Gros coup de coeur pour ce traineau-léopard. On doit cette mode importée des contrées nordiques à Louis XIV. Les dames vêtues à la polonaise se font promener par ces messieurs. C'est un privilège unique en Europe...

18

19

L'exposition se termine par le char funèbre de Louis XVIII. On va voter des crédits exceptionnels pour ces pompes funèbres pour réhausser l'éclat d'une monarchie constestée. On savait manier le bon goût en ce temps là car s'il est riche, ce char reste sobre. En marge, une projection sur les avancées de la sécurité "automobiles" dont ces voitures ont bénéficié ainsi que le pavement et le maillage de nos futures routes. C'est infiniment intéressant alors que s'ouvre dans quelques semaines le Salon de l'Automobile moderne à l'ère de l'électronique embarquée? histoire de ne pas oublier ce que nous devons à ces carrossiers...

20

Passer les grilles rénovées des Grandes Ecuries du Roi et hâter le pas pour voir autre chose dont je vous parlerai ce weekend car, comme pour la couture, je manque de temps pour la mise en page de mes billets surtout quand ils sont fournis en photos ! Abonnez-vous à la newsletter pour ne rien rater. Bonne semaine.