1

Alors que dans notre beau pays, tout fout le camp, il m'est apparu intéressant de (re)visiter la Salle du Jeu de Paume à Versailles, berceau discret de notre démocratie, rafraîchie certes, mais restée quand même dans son jus depuis ce 20 juin 1789 où, derrière Jean-Sylvain Bailly ci-dessus, 578 députés du Tiers Etat dont 300 présents ont prêté serment. Louis XVI ne pourra rien plus faire pour endiguer la révolte. La Révolution Française en est marche.

2

3

4

5

Ils l'avaient juré, ils ont accompli leur serment lit-on... La Dette Nationale trop lourde à porter. Rien n'a vraiment changé, on dirait, sauf que nous n'avons plus de politiques assez costauds (couillus) pour courir le risque de mourir sur l'échafaud au même titre que le Roi de France ! Ci-dessus le registre de signature des députés présents dans cette salle réquisitionnée par le Sieur Bailly, futur président de l'Assemblée Nationale, Louis XVI ayant prétexté des travaux à l'Hôtel des Menus Plaisirs pour empêcher toute réunion.

7

8

9

10

Dans cette salle où Louis XIV, en des temps plus glorieux de la Monarchie a joué au jeu de paume restée ultra minimaliste, on croit entendre la clameur de ce jour de juin sortir des bustes de pierre des grands protagonistes de "l'affaire" qui allait changer le paysage politique de notre pays. C'est impressionnant et les visiteurs présents murmurent entre eux comme à l'intérieur d'une église. Derrière cette façade presque lépreuse pour cause d'humidité - ne pas oublier que la ville royale est construite sur d'anciens marécages - dans une toute petite rue poussiéreuse à deux pas des ors du château s'est joué un chapître et non des moindres de notre grande Histoire de France. Laquelle n'est pas finie... enfin, on espère.