la route de la soie

Pas de création cette semaine. J'ai vraiment manqué de temps et surtout, je suis handicapée par un doigt coupé à la mandoline qui peine à cicatriser. Si j'en crois les statistiques de ce blog, vous aimez mes billets chiffon. Je vais donc vous raconter l'histoire de ce joli foulard en soie, rapporté par mon fils non pas de Lyon où il vit mais, de son périple en Ouzbékistan.

J'ai vu ses photos et j'aime mieux n'avoir pas su qu'il était parti avec sa compagne sur les pistes désertiques accompagné d'un guide et d'un chauffeur pour faire trempette en Mer d'Aral ou ce qu'il en reste. Bivouac sous la tente, sans eau potable au milieu de nulle part avec deux hommes qu'ils ne connaissaient pas. J'ai toussé et frissonné en l'apprenant.

Ils ont aussi sillonné la fameuse Route de la Soie et se sont arrêtés dans un atelier où on leur a montré, assis en tailleur, la confection très artisanale de ces foulards. Les vers à soie sont les mêmes qu'à Lyon mais la technique est différente. J'aime cet effet, un peu tie and dye avec des coloris frais. Les températures ont bien chuté durant la semaine et j'ai, enfin, pu l'étrenner alors que j'apprenais que mes deux aventuriers repartent à la fin du mois dans une contrée à fort risque... Comme à chaque fois, je croise les doigts.