mardi 31 octobre 2017

OCTOBRE SE TERMINE

DSC01365

Octobre se termine avec les couleurs d'Halloween pour ceux qui célèbrent cette fête là. Pour ma part, hormis me munir de quelques bonbons pour les enfants de l'immeuble qui, inévitablement, vont sonner à ma porte, je ne me déguise pas. Cette photo prise chez Truffaut pour refermer la porte sur un mois d'octobre dont je me souviendrai longtemps avec le beau baptême de mon Petit Filou mais aussi ce concert sensationnel de Cris Réa à Pleyel. Bref, un beau mois d'octobre qui me laisse au coeur des souvenirs enfin harmonieux. 

Posté par Armelle-L à 06:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


lundi 30 octobre 2017

COUSU MAIN

DSC01485

Samedi après-midi, plutôt que rester regarder la finale de Cousu Main 3 à la télévision, j'ai filé à Paris. Je n'étais pas retournée au Marché Saint Pierre depuis ce jour sinistre de janvier où nous étions dans l'attente du décès de Belle Maman. Je frissonne à cette évocation. Les mois à suivre allaient être difficiles. Tant et tant que j'ai du mal à m'accorder le droit au répit... Samedi après-midi, j'ai donc pris un peu de bon temps au milieu de la foule des touristes. Le Sacré Coeur était noir de monde.

DSC01487

DSC01488

DSC01491

DSC01492

DSC01493

DSC01494

DSC01495

DSC01496

DSC01497

Et figurez-vous que malgré le beau temps et un peu d'insouciance, je n'ai pas retrouvé l'esprit d'antan. Peu à peu, les petites échoppes sont remplacées par des enseignes de luxe. J'ai entendu des gens affamés et perdus à la recherche d'une simple boulangerie. Je n'ai acheté qu'un peu de doublure pour attaquer un manteau car j'ai eu la vague impression que les Coupons Saint Pierre avaient pris la grosse tête depuis leur médiatisation due à l'émission Cousu Main. J'en profite pour féliciter Mélanie, talentueuse gagnante. Ensuite, j'ai filé à pied au travers les rues jusqu'à la Porte de Clichy rejoindre Jules et mon fils. Cela faisait un bail que je n'avais pas ainsi marché dans Paris nimbée d'une belle lumière d'automne.

dimanche 29 octobre 2017

CABILLAUD à LA PORTUGAISE

DSC00372

J'avais déjà donné cette recette. Je recommence car elle est délicieuse, haute en saveurs et en couleurs et, surtout, réalisable en version "cuisine du placard", un soir à l'improviste. En effet, nous avons toutes, en principe, du poisson surgelé au congélateur, une boite de tomates pelées et quelques olives au fond du placard.

  • Un dos de cabillaud surgelé par personne
  • 1 petite boite de tomates pelées
  • des pommes de terre à chair ferme
  • 1 cuillère à café de concentré de tomate
  • 1 oignon
  • bouquet garni, sel et poivre
  • ail si vous digérez (pas moi)
  • 1/2 verre de vin blanc
  • quelques olives noires
  • huile d'olive

Dans une cocotte ou une sauteuse faire revenir l'oignon hâché menu dans de l'huile d'olive. Verser la boite de tomates pelées et son jus. Ajouter le concentré de tomate et assaisonner avec le bouquet garni, sel et poivre. Attendre l'ébullition et verser le vin blanc. Ajouter les pommes de terre taillées en gros cubes. En fin de cuisson - environ une vingtaine de minutes - mettre le poisson et les olives. Cuire à feu doux et servir. C'est juste délicieux et ça rappelle le Sud. Bon appétit et bon dimanche.

Posté par Armelle-L à 07:03 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 27 octobre 2017

LE TEMPS des CHRYSANTHEMES

le temps des chysanthèmes

Voici venu à Versailles comme ailleurs, le temps des chrysanthèmes. La Toussaint oblige, je ne tarderai pas à revenir sur ce marché aux fleurs acheter quelques pots de chrysanthèmes pour fleurir mes chers défunts. Je ne trouve pas ça triste. C'est un rendez-vous annuel. Je me confie à ma grand-mère sur ce qui s'est passé dans mon année. Je lui dirai comment elle est une seconde fois arrière-arrière grand-mère. Je me signerai, au passage, sur le tombe de ce curé de paroisse qui m'a enseigné le cathéchisme. Je humerai le parfum fort de l'automne qui embaume ma plus belle avenue du monde, l'avenue de Saint Cloud. Bientôt, les sapins de Noël peupleront et feront haie sur ce trottoir. Un moment que j'adore. En attendant, bon weekend à vous.

jeudi 26 octobre 2017

JOSEPHINE

DSC01361

On m'a demandé de revenir sur la génèse de cette robe qui a connu un franc succès sur les réseaux sociaux et dans la communauté Burda. C'est drôle parce que c'est la toile de celle portée au baptême de mon Petit Filou et Joséphine parce que confectionnée pour le concert de Cris Réa.

DSC01360

DSC01358

DSC01363

Quand j'ai vu ce modèle simplement élégant dans le magazine Fait Main de septembre, j'ai tout de suite su que ma robe de cérémonie serait celle-ci. N'ayant jamais expérimenté les tailles de cette revue proche de Burda, je me suis fait la main sur un jersey anthracite déniché à 1€ du mètre sur le marché enn bas de chez moi. Je n'imaginais pas son succès. Je gage que cette robe très confortable va être souvent portée bien plus que la verte brûlée par un coup de fer à repasser malheureux...

Posté par Armelle-L à 07:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


mercredi 25 octobre 2017

TOURNEZ MANEGES

DSC01479

Versailles, samedi après-midi, avait de belles couleurs. Les couleurs de l'automne sous un ciel bleu azur réunis. Comment ne pas succomber à autant de charme et retrouver l'espace de quelques heures la douceur du temps de mon enfance, prétexte pris d'un bon d'achat à écouler chez Bouchara (anciennement Eurodif) et voir cette expo BD à la Mairie. J'aime toujours autant ce carousel pimpant.

DSC01449

yakiri

DSC01472

Pour accéder à l'univers du petit sioux Yakari, dans la salle des fêtes, au premier étage de l'hôtel de ville, il aura fallu se mêler à la société d'un grand et beau mariage et fouler les pétales de roses. Rafraîchissant pour nous qui nous sommes mariés, là, il y a 35 ans. Je ne connaissais pas du tout Derib. Jules, non plus, pourtant amateur du genre. D'entrée, j'ai aimé la fraîcheur des planches de ce dessinateur suisse, présent pour une séance dédicace et une interview, en toute simplicité. Il était attendu de pied ferme par un très jeune public, très féru de cet art graphique. J'ai vraiment apprécié toute profane que je suis.

DSC01450

Fête foraine versailles

DSC01478

En sortant, saluer vite-fait, au passage la statue du maître des lieux, un certain Louis XIV et se réjouir, intérieurement, que la foule des touristes commence à se faire moins dense. Nous allons entrer dans la période faste pour faire les expos du domaine, tranquillement. J'avais une idée en tête. En ces vacances de la Toussaint, c'est la Fête Foraine dite, autrefois, des enfants et comme tous les ans, je me suis offert une gaufre dégustée sur un banc, au soleil chez le Roi Soleil. Savourer, aussi, tranquillité et douceur de vivre dans la ville royale loin des tourments du monde. Tournez manèges. Je rêve, en silence, de revenir y vivre, un jour...

lundi 23 octobre 2017

MAEVA et LES ZEBRES DE BANLIEUE

DSC01443

Celles qui ont déjà réalisé ce modèle signé République du Chiffon ne la reconnaitront pas. Il s'agit de Maeva revue et corrigée pour l'automne sans basque avec des manches longues. Tissu viscose imprimé animal acheté 1€ du mètre sur le marché en bas de chez moi. Prévenue de l'étroitesse des manches et du modèle en général, je ne prenais aucun risque. J'ai quand même tout bien mesuré. 

DSC01483

DSC01481

C'est la forme du buste qui m'intéressait dans cette blouse car si j'ai quelques rondeurs, je suis petite et je n'aime pas les formes trop amples sous lesquelles, je disparais. J'ai taillé la largeur des manches à leur maximum avec une marge pour couture de 1.5cm. Le corps du corsage est coupé entre 40 et 42 avec la même valeur de couture. En bas et pour ma taille, j'ai ajouté 15cm à la place de la basque. Si je recommence, je tablerai sur une taille en plus car le modèle taille juste.

DSC01484
La vue face à moi

Où j'ai eu des frayeurs car je suis novice, c'est au moment de monter le col. Je me suis appliquée et c'est plutôt réussi. J'ai cousu des boutons sans boutonnières car n'ayant plus ma Brother, je suis perdue sur ce point là. Honnêtement, je suis heureuse du résultat et ce modèle va surement resservir car j'adore les chemises manches longues ou manches courtes.

dimanche 22 octobre 2017

LAPIN THYM et CAROTTES

DSC01312

C'était fin septembre. Mal fichue, les nerfs en pelote et la malbouffe, une semaine durant, avaient eu raison d'un précaire équilibre. Samedi, en allant au marché, j'ai eu envie de ces cuisses de lapin chez un volailler qui vient de la Somme chaque semaine vendre ses produits fermiers. Du lapin et des carottes, voilà qui m'allait bien. Sauf que malgré mon grand âge, je n'ai jamais réussi à cuisiner le lapin. J'ai trouvé une recette simplissime sur  et je me Cuisine Actuelle suis appliquée à la réaliser. Voici la liste des ingrédients :

  • 2 belles cuisses de lapin fermier
  • 500 grammes de belles carottes
  • 1 cube de bouillon de volaille
  • 1 oignon
  • Sel et poivre blanc
  • Thym (celui de ma terrasse)
  • beurre et huile neutre

Dans une sauteuse, faire dorer les cuisses de lapin dans beurre et huile mélangés pour bien qu'elles dorent. Faire chauffer le cube de bouillon avec 1/4 litre d'eau. Verser un peu de liquide dans la sauteuse pour bien déglacer les sucs avant de verser le reste. Poser le couvercle et faire cuire à feu moyen pendant 30 minutes. Pendant ce temps éplucher carottes et oignons. Les détailler en rondelles. Mettre avec le lapin, saler, poivrer, ajouter thym et persil. Faire cuire, encore 30 minutes à couvert, à feu plus doux. Servir chaud. A la rubrique, ne passons pas à côté des choses simples, c'est vraiment délicieux et encore mieux, puisque pour la première fois de ma vie pourtant longue, j'ai réussi à cuire à merveille du lapin.

Posté par Armelle-L à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 21 octobre 2017

LE CHAT (1971)

Le-Chat-affiche-6338

Parce que je vais voir la pièce revisitée dans quelques semaines, j'ai voulu regarder, lundis soir sur France 5, ce film de Pierre Granier Deferre. Ceci, afin de me faire une opinion entre ce film de 1971 et une version, au théâtre, plus récente du roman noir de Georges Simenon. 

Même s'il n'a pas connu en son temps le succès absolu, ce film est un chef d'oeuvre avec en tête d'affiche ce duo et ce duel entre Simone Signoret et Jean Gabin. Un couple dans son pavillon de banlieue au milieu des "décombres" d'une ère dite moderne et vouée au béton, se déchire autour d'un chat de gouttière. Le huis-clos est terrible et grinçant. 

Ce que j'ai aimé au delà de cette histoire c'est revoir filmée Courbevoie dans ces années là avec tout autour, la Défense qui émerge avec sa tour UAP et ce square que ceux qui connaissent les lieux reconnaitront bien transformé. Une Renault 16, symbole de modernité automobile alors, les commerces. Bref, je me demande comment va se construire sur une scène au théâtre, cette histoire de haine et d'amour. Hâte.

vendredi 20 octobre 2017

à LA SAINTE EDWIGE

Sainte Edwige

Lundi, c'était la Sainte Edwige. Il a fait un temps merveilleux. Ce lundi m'en a rappelé un autre, il y a 28 ans à la Celle sur Morin en Seine et Marne. Une sortie d'école primaire dans ce joli vallon boisé paré, ce midi là, des couleurs de l'automne et de l'été indien. J'avais planté pour la première fois de ma vie des rosiers. Lundi, sur ma terrasse, j'ai savouré ce beau temps et le sentiment flou d'être enfin libre d'entraves invisibles. Pour combien de temps ? J'ai laissé défiler dans ma tête les jolies images du baptême de mon Petit Filou. J'ai regardé s'épanouir ce camélia dit de Noël que je me suis offert chez Truffaut. J'essaie de ne pas trop me projeter vers l'avenir. Simplement jouir du moment présent. Bon weekend à tous. L'automne, le vrai, est semble-t-il de retour.

Posté par Armelle-L à 06:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,