couleurs du marché 5

Le temps des pivoines, sur le marché Notre Dame, dimanche dernier. Elles embaumaient l'air matinal de leur parfum capiteux et sucré à la fois. La météo était estivale. Un organiste de Barbarie animait la place ensoleillée. Aux étals, la rhubarbe et les fraises tenaient le haut du pavé. C'est de saison. La pâtisserie dominicale avec la tarte aux fraises et le Saint Honoré, deux grands classiques. J'aime ce marché parce qu'il a le parfum de mon enfance. Le souvenir de ma grand-mère et de sa frangine quand, par bonheur, elles se croisaient. Une, y allait de bonne heure. L'autre quand les marchands remballaient. La grande Fernande n'est plus mais, c'est toujours une crèmerie. Ma grand-mère et la grande Fernande n'étaient pas d'accord. Mon aïeule, dans un vent de modernité, ne lui achètait plus ses yaourts. Elle allait au Prisunic ! Alors, elles s'engueulaient ! Il reste Marguerite et ses poulets. Je l'ai toujours connue là, à sa caisse, avec son sourire bienveillant. Ceci pour vous dire à quel point, j'aime ce marché.