DSC03109

Le matin, nous nous étions levés dans un brouillard épais, poisseux, posé sur la ville. Nous avions prévu, pourtant, d'aller à Lumigny (Seine et Marne) cueillir des fraises pour faire les confitures demandées par les enfants et Petit Poucet maintenant qu'il est grand. On annonçait des orages et j'avais peur d'affronter (encore) les embouteillages. C'est un coup de fil de ma mère qui m'a jeté, de rage, sur la route. Elle a pollué ma journée avec un fait divers, certes tragique mais auquel je ne peux rien même s'il s'est produit dans ma ville. J'ai eu d'un coup besoin d'air et de verdure. J'ai dit à Jules, ramène ta fraise, nous partons !

DSC03111

DSC03119

Dans cette cueillette tout est sujet à tentation. J'ai limité la surchauffe du porte-monnaie et je m'en suis tenue, sagement, à mes quatre kilos de fraises, de la rhubarbe et trois magnifiques salades. Du jus de pommes local, aussi, à la ferme à côté et tant que j'y étais du miel de la Brie et des sachets de poudre à flan de l'Abbaye de la Coudre que je ne trouve plus au Monoprix. 

weekend fraises

DSC03107

DSC03121

Je n'ai pas cueilli de fleurs. Il faisait trop lourd, trop chaud d'un coup et, nous avions déjà essuyé pas mal d'embouteillages sur l'A86 à l'aller. J'attends les glaïeuls de plein champ. Ils ne tarderont plus et nous serons en été. Avec un peu de chance, les routes seront moins encombrées. Heureuse de lire que cet endroit que je fréquente depuis un quart de siècle se convertit, gentillement, au bio.

DSC03098

Quitter, à regret, ce coin de la Brie que je chéris tant pour rentrer dans ma banlieue en empruntant, cette fois-ci, le bon vieux périphérique parisien, au sud, car au nord, il était saturé. Nous avons bien roulé et, de retour assez tôt à la maison pour transformer un peu de ma rhubarbe en tarte dominicale. Les fraises se sont sagement conservées au frais jusqu'au lendemain.