DSC03093

Je commence par la fin avec la troupe des deux pièces réunies au grand complet chaudement applaudie par un public ravi. Ca se passait, vendredi soir, dans le cadre du Mois Molière à l'Université Inter-Ages de Versailles. Deux pièces pour pas un sou. La main leste d'Eugène Labiche et On purge Bébé de Georges Feydeau interprétées par des amateurs brillants. Nous avons beaucoup ri.

* La main leste de Labiche *

DSC03066

DSC03068

DSC03069

DSC03072DSC03071

Petite pièce courte et allègre ou comment Madame Legrainard a la main leste. Elle a la gifle facile. C'est ainsi qu'elle a perdu son sac dans l'omnibus parce qu'un polisson a caressé sa bottine fourrée. Alors qu'elle se rend aux objets perdus, un jeune homme rapporte le sac à Monsieur Legrainard. Contre sa bonne action, il réclame réparation pour le soufflet reçu en public. Un baiser de Madame ou un duel avec Monsieur. C'était sans compter sur le coup de coeur éprouvé pour la fille de la maison. Monsieur Legrainard réussira-t-il à convaincre son épouse de se laisser embrasser par ce malotru ? Suspens mais tout est bien qui finit bien par un mariage !

* On purge Bébé de Faydeau *

DSC03075

DSC03076

DSC03078

DSC03080

DSC03084

DSC03085

DSC03089

Cette pièce-ci est plus connue. Je l'ai vu jouer au Théâtre du Palais Royal à Paris avec Cristina Réali dans le rôle de Madame Follavoine sauf que je ne me souviens pas avoir tant ri. Monsieur Follavoine, porcelainier de son état attend un client importnt, Monsieur Chouilloux mais c'est l'instant où son impétueuse épouse débarque, seau à la main, dans son cabinet de travail pour lui parler de Bébé qui est constipé et ne veut pas prendre sa purge. Comédie rythmée où, toutes les conventions sociales tombent les unes après les autres et où, on s'amuse beaucoup. La salle est hilare devant le jeu de ces acteurs de la troupe de l'Atelier Théâtre de l'UIA et leur succès amplemenent mérité !

DSC03096

Rentrer et passer devant le château et son Roi qui goûtent un repos de courte durée avant le retour, dès potron minet, des hordes de touristes et de ceux qui font le déplacement de province pour profiter du Mois Molière telle cette dame à nos côtés qui venait de Toulouse tout exprès. Je ferai, certainement de même, si nous partons passer notre retraite trop loin...