le temps des tomates

Je suis stressée et, j'ai du mal à alimenter ce blog. Rouge comme une tomate car je suis en colère. Je ronge mon frein en regardant rougir les tomates sur ma terrasse mais cette jardithérapie n'agit plus. Le 1er octobre arrive à grand pas et le dossier de Jules est loin d'être bouclé. Il manque toujours un papier. Papier déjà fourni sinon ça ne serait pas drôle ou bien, papier que n'aurons pas à disposition avant la mi-août. On tourne en rond. C'est difficile car tant que nous n'aurons pas de certitudes, nos plans resteront en stand-by et je suis arrivée à ce stade où je ne supporte plus ma banlieue. Il fait chaud dans les appartements et cette satanée coupe du monde de football avec ses supporters exaltés pour un but dans un camp ou dans l'autre nous rend la vie impossible. La nuit de samedi à dimanche a été particulièrement éprouvante nerveusement. Ceci d'autant que nous avions passé une journée infiniment agréable en Seine et Marne où  nous avons cueilli... des tomates, des vraies, des musclées, des balèzes en plein champ. Tarte à la tomate, tomate-mozza, tomates farcies à la compotée d'aubergine... Toutes mes recettes y passent et j'aspire, là d'un coup, à... des  harengs-pommes à l'huile ou des frites, pourquoi pas ?!