mission impossible fallout

Hier soir, pour fuir notre appartement devenu fournaise, nous nous sommes offerts une séance de cinéma rafraîchissante. Un peu plus de deux heures de clim en compagnie du toujours très beau gosse Tom Cruise et une recette qui opère toujours. De l'action, de belles filles, des gentils et des méchants mais surtout, pour cet opus, de la poussière d'une belle étoile, la ville lumière, Paris, elle-même en personne ! Pas étonnant que le film cartonne au box-office américain. Je crois que de toutes ces missions impossibles, celle-ci est la plus réussie, de mon point de vue.

Tom Cruise est un quinqua presque crédible dans le rôle d'Ethan Hunt. Il a des tripes et des sentiments. Mais surtout, comme nombre de films réalisés dans notre belle capitale, le charme de la french touch agit et agit bien. Oui, alors que Paris m'agace de plus en plus, je la trouve belle au cinéma. Les prises de vue sont superbes et nous sommes baladés de la nef du Grand Palais au Bataclan mais aussi, à l'Hôtel de Soubise. Mais pas que car, il y a aussi ces rues de Paris, non moins belles mais moins connues des touristes, un Paris plus "parisien". J'ai adoré le virage au frein à main de la rue François Miron. Je vais faire gaffe la prochaine fois que je traverserai cette rue qu'un chauffard ne me renverse pas...

Non, sans rire, ce film et la clim m'ont fait un bien fou car j'avais, hier soir, le moral en dessous du niveau de la Seine. La caisse complémentaire de Monsieur a perdu son dossier alors que nous avons un accusé de réception du dossier expédié en courrier recommandé. Il doit tout re-photocopier. Ceci au point que côté déménagement, j'ai dit stop. Je resterai dans ma banlieue tant que tout ne sera pas carré et puis pour l'automne la saison culturelle s'annonce bonne, là et à Versailles, aussi. Réservations en vue. De quoi nous occuper agréablement jusqu'au printemps. A la base, c'était notre idée. Déménager au printemps car je redoute toujours arriver à la Toussaint dans une maison dont je ne sais pas comment réagira le chauffauge quand la bise sifflera. En tout cas, ce matin, les températures sont tombées et l'atmosphère redevenue respirable. Je vais pouvoir bosser, un peu !