IMG_2279

Ce billet, depuis un certain temps, me tenait à coeur. Il n'est pas facile à rédiger car j'ai du mal à aligner mes pensées et mes réflexions. De surcroit, je ne souhaite heurter personne car le surpoids est et n'est pas une fatalité. J'ai toujours été ronde et ce, depuis l'enfance. J'ai été très mince ou trop maigre - c'est selon - aussi à grand coup de régimes trop violents. Je me souviens, encore, d'un article lu dans le magazine ELLE, il y a trente ans. Il était très bien fait et le test réalisé, j'ai compris que devenue quinqua, il me faudrait manger comme un petit oiseau pour maintenir un poids de forme sans les formes.

Partout, à la télé, à la radio, dans les médias et, surtout sur les réseaux sociaux, on parle à grand fracas de ce nouveau courant social appelé le "Body Positive" à savoir qu'il faut savoir s'accepter tel qu'on est et non pas (plus) se plier aux diktats de la mode et de la minceur. Alors, on voit surgir un peu partout des égéries plus que rondes dans les pubs et chez les influenceuses. 

L'autre jour, je regardais les reportages autour du décès de Jacques Chirac. Rien à voir mais ce sont les images des années 60, 70, 80 qui m'ont interpellée. On ne faisait, alors, pas plus attention à sa ligne mais on boulotait pas à longueur de journée. On ne prenait pas sa bagnole pour un oui, pour un non. On achetait un steak chez son boucher et on mangeait de la soupe, le soir. En résumé, la junk-food n'existait pas.

Quand je me promène dans la rue, je suis affolée par ces jeunes si fats et si obèses, déjà, leur silhouette grasse et informe moulée à outrance dans des jeggings et autres jeans beaucoup trop collants. A vrai dire, me suis-je dit, ce "body-positive" n'est-il pas plutôt une forme de renoncement ? Renoncer à cuisiner fruits et légumes convenablement, à fuir les canettes de soda et les fast-foods, à faire de l'exercice, à délaisser un temps son portable pour s'occuper autrement, à redevenir un tantinet "préhisto".

J'ai du poids en plus et j'ai une piètre estime de moi quand ça dérape. Je fais, cependant, très attention à mon alimentation et je ne fais plus de régimes sauvages. Je sais pertinemment que je ne retrouverai pas le poids de mes vingt ou trente ans pourtant, je refuse d'adhérer à un mouvement qui me libèrerait de la contrainte de faire un peu d'exercice physique et cuisiner sainement. Chaque écart est sanctionné et c'est pour cette raison que je dois, en amont, d'une fête de famille ou d'un restaurant, faire ma propre prévention. 

En résumé, je dirai que le "Body Positive" a été inventé par les industriels de la malbouffe pour déculpabiliser leurs clients. Pas faute au corps médical d'avoir tiré depuis bien longtemps la sonnette d'alarme en pointant du doigt les risques d'une mauvaise santé liés à l'obésité de leurs patients. Dur de trouver une chute à ce billet sans s'inquiéter de la dérive d'une société qui, a petit feu, flingue ses enfants...