DSC05777

Alors que nous étions arrivés, le matin, sous un ciel couleur plomb, le soleil a déchiré les nuages tandis que nous étions au restaurant. Du coup, hâte de régler l'addition pour fouler les trottoirs. Le Gaumont Opéra où j'aimais aller me faire une toile, autrefois. Traverser et filer à grandes enjambées terminer nos courses, boulevard Haussmann car on murmure que les gilets jaunes pourraient faire irruption.

DSC05779

DSC05780

DSC05783

Paris entre institutions et frivolités avec la très belle façade à l'horloge du Parquet National Financier du Tribunal de Paris, Pif goguenard et l'ancienne poste du Boulevard Haussmann muée en show room de lingerie. L'architecture de ce bâtiment haussmannien ainsi épurée est un écrin qui sublime les pièces de cette enseigne de simple prêt à porter. 

DSC05782

DSC05791

DSC05792

Sirènes hurlantes, cris, crissements de pneus, mouvement de foule, une brigade de police armée jusqu'aux dents pénètre à grand fracas aux Galeries Lafayette pour en déloger des gilets jaunes. Lamentable et écoeurant. Il y a des familles avec enfants et des petits qui pleurent devant cette scène violente à leurs yeux alors qu'ils sont venus pour les vitrines. Les magasins évacuent et baissent leurs grilles les uns après les autres. Nous sommes à l'étage des Galeries Maison  et avons juste le temps de boucler nos achats. 

DSC05786

DSC05789

DSC05788

Avant, j'ai pu rêver au rayon décoration de la maison de ce magasin annexe. C'est juste superbe et inspirant. Enorme coup de coeur aux luminaires avec ces ampoules fleuries et cette lampe en forme de cages aux oiseaux. 39€ l'ampoule décorative et 360€ l'abat-jour. Cher mais beau et made in France.

DSC05787

DSC05805

DSC05801

Heureusement, le Printemps est plus téméraire. S'ils ont baissé les rideaux de grille sur le boulevard, les vigiles accueillent et filtrent les clients sur un accès, rue de Provence. Ceux qui veulent aller et venir dans les différents magasins emprunteront la passerelle. Ce que nous ferons. On n'allait pas partir sans saluer depuis la terrasse, le Sacré Coeur et la Tour Eiffel. Cette vue me manque. Ce n'est pas de gaité de coeur que je suis rentrée à la cambrousse dans ma maison. Pas grave puisque nous avons programmé une nouvelle virée à Paris en espérant que ces satanés gilets jaunes ne nous prennent pas en otages d'un combat perdu d'avance qui, de plus en plus, agace les gens.