DSC05073

Dommage, il ne faisait pas beau quand nous avons poussé, samedi dernier, jusque Sézanne aux portes de la Champagne. Ce paysage changeant, brutalement, dans une courbe de la Nationale 4 avant que n'apparaisse en contre-bas cette petite cité de caractère, produit sur moi, le même effet à chaque fois. Pays de vignes. Là, commence le vignoble des petites bulles à faire pétiller nos fêtes et célébrations. Pas étonnant que je ne me sois pas adpatée à la Beauce si plate et si peu gouleyante.

DSC05074

DSC05075

DSC05076

DSC05077

DSC05078

DSC05079

DSC05081

DSC05082

Se perdre dans l'entrelac des petites rues pavées de cette belle ville discrète malgré son passé historiquement riche ainsi que ses élégantes demeures chargées de notre histoire de France. Contempler les très belles halles de type Baltard de son marché couvert et constater le silence faute de bistrot ouvert. Cochonnerie de Covid-19. Partout domine avec sa tour à 42 mètres, l'église Saint Denis de style gothique flamboyant du XVIème siècle. Elle abrite une pieta et des vitraux renaissance.

DSC05083

IMG_20200523_134300

DSC05072

Rue de la Juiverie, la plus ancienne et plus notable de la ville, on trouve la fameuse maison au cadran. Laquelle abrita pour une nuit,  Marie Leczinska en route pour Fontainebleau où l'attend son futur et royal époux, Louis XV. En contre-bas, à l'angle de la rue de l'Ancien hôpital derrière cette discrète porte bleue, se dissimule un hôtel particulier où vécut et mourut Marie-Françoise de Beauharnais, belle soeur de l'illustre Joséphine. Elle est enterrée dans le cimetière communal de Sézanne. Je n'étais que de passage. J'y retournerai par une meilleure lumière car cette ville agit sur moi comme un philtre enchanteur.