2020

Oui, un sacré numéro pour ne pas verser dans l'annus horribilis et conserver un peu d'espoir pour le futur. Ordinairement, je n'aime pas les années bissextiles. Celle qui s'achève sur ce 366ème  jour restera à jamais marquée dans notre mémoire collective. Alors, oublier le pire pour ne garder que le meilleur. Voici résumés en douze miniatures douze mois où j'ai déménagé deux fois. Une première fois en mars à quelques jours d'un confinement que nul n'osait imaginer et en août en pleine canicule. Depuis, je me traine avec une petite santé et, pire, je suis devenue hypocondriaque. Retenir le presque bon temps en Eure et Loir avec cette brioche des rois et la Cathédrale de Chartres. Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. Ensuite, il y a eu ce premier temps de confinement avec mon dernier anniversaire de quinqua fêté en tête à tête avec Jules et c'est tout. En juillet, nous avons réussi à partir à Lyon garder nos jumeaux et nous avons emménagé dans cette maison belle mais sans âme. En septembre, une chouette sortie à Paris et en novembre, un parenthèse enchantée à Versailles. Refermer ce chapître sur mes jacinthes de Noël et formuler l'espoir que les douze mois à venir soient plus sympas à vivre... Bon réveillon à tous.