IMG_20210213_121428[23873]

Voici la raison secrète de notre virée, samedi, à Provins. Nous avions tellement aimé les polonaises de ce pâtissier du centre ville qu'au rayon souvenir d'enfance, il nous tardait de tester le merveilleux. Pendant que je flânais dans les rayons du Monop, Jules s'est tapé la queue dans la bise glaciale pour du pain et, accessoirement, ce gâteau merveilleux. Au temps de mon enfance, on disait "tête de n...e" et je me damnais, déjà, pour cette gourmandise. En cachette, je piquais une pièce de 1 franc dans le porte-monnaie de Maman pour aller dès qu'elle était repartie bosser m'acheter ce gâteau à la pâtisserie en bas de chez nous - aujourd'hui, un primeur - C'était le jeudi, tous les jeudis ou presque puisque nous n'avions pas école, ce jour là en place du mercredi de nos jours. En bref, ce merveilleux provinois déchire avec sa meringue comme un nuage et sa crème au chocolat à peine sucrée, juste ce qui est nécessaire. En bref, c'est encore l'éloge des gâteaux comme au temps de nos grands mères loin, très loin des gâteaux contemporains chers et chichiteux.