IMG_20210214_105305[23888]

Saint Valentin oblige, j'ai voulu faire un dessert un peu plus sophistiqué que d'habitude. J'ai donc créé et élaboré cette tartelette à partir d'une idée de Pierre Hermé façon Ispahan mais rien à voir avec la recette de ce pâtissier de renom. A vrai dire, l'idée à germé bien en amont  lors de la visite en Seine et Marne de Bruno Cormerais et Norbert Tarayre pour la Meilleure Boulangerie de France. Carla Renault qui me fournit en miel et autres gourmandises à la rose de Provins depuis des lustres m'avait offert à Noël un petit pot de confit ou confiture de rose. C'est merveilleux avec du foie gras mais j'ai raté le coche des fêtes de fin d'année. C'est donc en pâtisserie que je l'ai utilisé.

IMG_20210214_083318_876[23884]

Voici la recette que j'ai imaginée autour de ce pot de confit de roses dont la saveur est à tomber parterre. J'ai préparé une pâte à tarte façon Pierre Hermé, toute simple que j'ai mis à cuire au four thermostat 180° pendant un quart d'heure. J'ai, ensuite, fait fondre au bain marie du chocolat blanc pour bloquer le fond. J'ai réservé au frais avant de dresser avec du confit, des framboises fraîches que j'ai punché avec du sirop de rose. Un dessert à retenir pour les jours où j'ai de fins gourmets à la maison car c'était juste divin !

IMG_20210214_103013_768[23886]

Et puis, parce que ce n'est pas bien de jeter des chutes de pâte avec du bon beurre dedans, je me suis amusée à détailler à l'emporte-pièce des biscuits en forme de coeur pour honorer Saint Valentin. Dix sept petits gâteaux en tout. Oui, quand même. C'est bon, ça croque, c'est succulent avec le café en place du sacro saint carré de chocolat. Ne pas gaspiller est important. Songez-y car avec un zeste d'imagination, en pâtisserie comme en cuisine, on peut faire énormément. Bon dimanche.