avant apres

J'ai - à gauche - une vieille veste d'inspiration militaire achetée pour une poignée de cerises dans une friperie d'Argenteuil. Je l'ai tant portée qu'elle est usée jusqu'à la trame. Je me suis donc mis dans l'idée d'en confectionner une presque à l'identique à partir d'un patron déjà éprouvé Burda 6669. Hélas de la réception du tissu à la touche finale, cette veste est une catastrophe. J'ai même failli ne rien vous montrer du tout et la jeter pas même achevée à la poubelle. Sauf que ce tissu très décevant Ma Petite Mercerie m'a quand même coûté un peu de sous. On voit sur la photo de droite que je ne suis pas à l'aise dedans. 

IMG_20210331_101631

IMG_20210331_102347

Gazon maudit dès la découpe avec un dos en deux pièces au lieu d'une. Ceci à cause du bruit infernal du motoculteur de tonte de la voisine au ras de mes fenêtres. Ca et le bruit de la bétonnière qui ronfle depuis huit jours au fond de mon modeste jardin. De quoi être fébrile comme Jules de mauvais poil pour prendre ces photos. Et ce à cause du notaire qui devait nous faire un retour en début de semaine à propos d'une offre d'achat sur un bien et qui est partie en vacances sans prévenir. Pour cause de confinement en Seine et Marne, je n'ai pas pu aller à la mercerie acheter du biais. J'ai donc utilisé ce bout de cotonnade imprimée koalas et rêche comme la justice pour un fabriquer un. Pas moins de trois fois, j'ai refait le col officier mais rien à faire. Tout allait de travers. Je n'ai donc pas utilisé les boutons achetés exprès pour aller avec. Cette veste ne les mérite pas. Je lui ai cousu des boutons de mon stock. En résumé, cette veste a trouvé son petit nom : GAZON MAUDIT !  Elle fera juste usage de surchemise, en été, sur une robe légère.