samedi 20 avril 2019

Candice Renoir - Saison 7

candice renoir 7

Si France 2 se félicite de l'excellent démarrage de la saison 7 de sa série télévisée Candice Renoir, personnellement, je reste mitigée. Trop, trop, trop. Je trouve que la blonde Candice ricane trop, bêtement et mal à propos. Chaque année, au clap de fin de la saison, bien entendu sur un incident fâcheux qui nous questionnera tout au long de l'année, je me demande où je serai installée devant mon téléviseur pour le retour de la blonde héroïne tout de rose vêtue. Si j'ai baillé d'ennui sur le second épisode, vendredi soir, je sais que je vais certainement zapper les 9 et 10 pour cause de migration dans mon nouveau logement. Quoique les geeks que je remplace dans cette maison avaient des écrans de télé et d'ordinateur partout. Avec un peu de chance, même sans box, je vais pouvoir me raccorder à l'antenne sur le toit. Affaire à suivre en espérant quand même une saison 8, Cécile Bois laissant planer le doute sur ses intentions de poursuivre ou pas sa collaboration avec France 2. On verra bien en 2020.


mercredi 17 avril 2019

Tanguy, le retour

tanguy lundi 14

Un peu de légèreté ne nuira pas à cette sinistre semaine. Séance ciné du lundi au Mégarama où cette journée offre des tarifs réduits. Comédie décapante sur fond de sujet "sociétal" comme on dit de nos jours. Où comment deux cultures, l'une occidentale et l'autre orientale se télescopent pour le meilleur et pour le pire. Le meilleur car on rit, on rit à perdre haleine. Le couple Azéma-Dussolier n'a rien perdu de sa "cruauté" en plus égoïste, encore. Ils comptent bien pleinement profiter de leur vie à deux avec Tanguy au loin. Hélas. Leur soirée série-télé est troublée par le retour inopiné de l'enfant prodige lesté de ses bagages et de sa fille. Ils vont vite passer de la compassion au réel agacement. J'ai envie de dire, rira bien qui rira le dernier. Ce qui m'a plu, aussi, c'est Paris en toile de fond. J'aime les films tournés dans la capitale qui leur confère toujours un certain charme. Paris qui ce lundi soir s'est vue mutilée par l'incendie de Notre Dame. En conclusion, je dirai allez voir ce film car il pousse à la réflexion sur l'âge et la dépendance dans notre société dite moderne...

vendredi 22 mars 2019

Le Mystère Henri Pick

le mystère henri pick

Dès que j'ai vu la bande annonce de ce film, je l'ai programmé à mon agenda. Ceci d'autant que j'avais lu le livre de David Foenkinos. Et puis pour Fabrice Luchini tellement brillant quoiqu'il fasse. Ca se passe en Bretagne. Ainsi, nous restons dans notre thématique de printemps. Trop heureuse d'avoir pu aller le voir au Figuier Blanc d'Argenteuil. Je vous jure que ce petit cinéma va me manquer terriblement. Honnêtement, contrairement aux autres titres de cet auteur, j'avais conservé un avis un peu tiède de ce roman. Le film, en revanche, m'a emballé. Il faut dire que Luchini a l'art de transformer un roman de gare en chef d'oeuvre et il s'en donne à coeur joie dans son rôle de critique littéraire très "attachiant". On vogue entre paysages bretons d'une beauté à couper le souffle à un Paris intellectuel rempli de suffisance avec bonheur, Luchini alias Jean-Michel Rouche servant de pont dans sa quête de la vérité sur le mystère Henri Pick. J'ai passé un excellent moment cinéma. C'est un film que je reverrai avec grand plaisir quand il sera diffusé à la télévision.

Posté par Armelle-L à 07:23 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 2 mars 2019

* All Inclusive *

all inclusive

Certains vont murmurer à défaut de me dire que ce film n'est pas intellectuel. Je suis allée voir ce film pour deux raisons. Tuer le stress du déménagement qui montait et profiter une dernière fois du Figuier Blanc d'Argenteuil. Durant quatre ans, j'ai vivement apprécié ce petit cinéma dans ma ville de banlieue. Voici que je deviens nostalgique. C'est l'effet Verneuil sur Avre, assurément. Le film est un navet et Balasko en devient pathétique à s'abaisser si bas. A vrai dire, c'est un mélange raté de Camping Paradis, de Camping et Joséphine Ange Gardien. A ne pas voir. Ce film est vraiment nul !

jeudi 7 février 2019

Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ?

qu'est ce qu'on a encore fait au bon dieu

J'avais raté l'opus premier au cinéma. Je l'ai vu, il y a peu à la télé et j'avais beaucoup ri. C'est donc naturellement que je suis allée voir ce volet deux des aventures de cette famille bien pensante de Touraine. Christian Clavier et Chantal Lauby imposent leur présence et leur maîtrise de la comédie dans cette comédie hilarante. Qu'ont-ils encore fait au bon Dieu puisque que leurs quatre filles vont quitter la France pour des pays lointains avec enfants et conjoints. En bon chef de clan et de famille, Charles Verneuil et son épouse, en fins stratèges vont leur vendre "leur France" pour les faire douter du bien fondé de leur désir ou vélléité d'expatriation. On rit du début à la fin. Pourtant, en toile de fond, c'est bien le tissu profond très complexe de la société française qui se dessine avec une rare netteté. Dernière séance, peut-être, au Figuier Blanc d'Argenteuil. Ce petit cinéma cosy et agréable sera la seule chose que je regretterai, une fois déménagé. Cependant, s'il est à l'affiche assez tôt, j'irai certainement voir le film complètement déjanté avec Dubosc et Balasko qui va sortir mi février. A voir, sans prise de tête, pour le seul plaisir de rire à gorge déployée.


jeudi 3 janvier 2019

L'Empereur de Paris

l'empereur de Paris

Je m’étais mis en tête d’aller au Cyrano, le soir de la Saint Sylvestre. C’était pour moi symbolique. D’une part parce que le cinéma versaillais fermera bientôt ses portes pour travaux. D’autre part, pour me souvenir de cette fin d’année difficile où nous avions, ce soir là, goûté un moment de joie avant d’entamer une année meilleure. J’ai eu tout faux. Tout faux, car Versailles un lundi 31 décembre est une ville quasi morte, sinistre sous la grisaille et que ce film m’a, non pas déçue, mais ne m’a pas plu car trop violent. On est très loin de la légère comédie de la série télévisée des années 70 avec le sémillant duo Claude Brasseur et Danièle Lebrun. C’est âpre. Vincent Cassel est beaucoup moins funky. Dommage car ce film historique sur la véritable histoire du galérien Vidocq est admirablement servi par ses acteurs tels Patrick Chesnais et Fabrice Luchini mais pour un soir de Saint Sylvestre, ce n’était pas amusant, du tout. C’est mon avis, évidemment. Prochaine projection au nouveau cinéma Batignolles 7 dont mon fils m’a dit grand bien !

Posté par Armelle-L à 06:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 8 décembre 2018

* Un si Grand Soleil *

un si grand soleil

Même pas honte d'avouer mon addiction à la série soap télévisée de France 2, un si Grand Soleil. Pour une fois, je n'ai pas raté le coche et dès fin août, j'ai pris un rendez-vous quasi quotidien avec cette saga autour de deux familles, les Bastide et les Estrella. Je la regarde en replay, en fin d'après-midi après mon goûter. Je ne sais pas si France Télévision ajoutera une saison 2 à celle première mais en regardant évoluer les personnages, pourquoi pas ?

Posté par Armelle-L à 07:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

samedi 24 novembre 2018

L'Art du Crime - Saison 2

l'art du crime saison 2

C’est avec bonheur que je retrouve pour une saison 2, cette série découverte l’année dernière sur France 2. Ou comment allier la culture et le polar en des enquêtes menées rondement par deux personnages que tout oppose. Un flic bourru est associé à une historienne un peu ingénue autour de crimes perpétuées autour d’une œuvre d’art. La plupart des scènes sont tournées à Paris et au cœur même du Grand Louvre. Hélas, il n’est pas certain qu’une saison 3 soit programmée pour des raisons budgétaires et des contraintes de tournage. Espérons et, en attendant, profitons de l’Art du Crime !

Posté par Armelle-L à 07:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 14 novembre 2018

Un homme pressé

un homme pressé

Si Jules n'avait pas eu envie de voir ce film, je ne serai certainement pas allée le voir car j'avais peur que le thème autour d'une maladie bien de notr époque ne me plombe le moral. Car il est question d'AVC sévère avec son cortège de séquelles et le parcours du combattant d'un homme pressé et brillant pour s'en remettre. Sauf que Fabrice Luchini a l'art pour transformer le pire en sourire. Alain est un homme d'affaires très occupé quand il est frappé par une attaque qui le cloue au lit. Son othophoniste a fort à faire pour le rééduquer. Sa fille renoue avec celui qui peu à peu se surprend à compter ses amis, ceux qui restent. C'est à l'arrivée un film très agréable à regarder. Nous sommes allés pour le voir au Mégarama d'Herblay que j'avais tant critiqué car le lundi, les places sont à moitié prix. La salle était comble de... retraités et c'est ça qui m'a déprimé.

Posté par Armelle-L à 08:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 11 août 2018

* Maltese * ou voyage en Sicile

maltese

Je n'étais pas partante pour regarder cette série télévisée de France 3 campée dans la Sicile des années 70. Pourtant, je me suis rapidement prise au jeu, peut-être, pour les beaux yeux verts du Commissaire Maltese qui revient à Trapani, la ville de sa jeunesse pour le mariage d'un ami froidement exécuté sous ses yeux. Il veut comprendre et reste sur place pour élucider ce crime crapuleux. Mais au-delà de cette série captivante, c'est pour moi une appel au voyage pour découvrir la Sicile puisque je me suis jurée d'aller séjourner et visiter quand Jules sera à la retraite, cette magnifique station balnéaire.

Posté par Armelle-L à 07:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,