dimanche 20 mai 2018

BELLE(S) de MAI - PUZZLE #8#

belles de mai

Comme chaque premier dimanche du mois, l'AVAVA (Association Versaillaise d'Amateurs de Voitures Anciennes) se réunissait ou rassemblait ses plus beaux joyaux, non pas comme habituellement, sur le parvis de la Cathédrale Saint Louis mais sous les sabots de la statue équestre de Louis XIV. Lequel, tout monarque soit-il n'avait qu'un cheval sous la selle tandis que de bien belles cylindrées rutilantes ronronnaient sous les platanes de l'avenue de Paris. Enorme coup de coeur pour cette American Motors rose de 1958. Belle(s) de mai car je ne suis pas sure de faire de l'ombre à d'aussi mythiques mécaniques, 2CV, 4CV et autres tractions avant Citroën même si je prends la pose dans ma robe aux flamants roses... Cherchez-moi.


dimanche 15 avril 2018

NOS ANCÊTRES, LES GAULOIS(ES)

DSC02441

En arrivant au Musée d'Archéologie Nationale de Saint Germain en Laye, je ne pensais pas ressortir avec la soif d'en savoir plus sur nos ancêtres les gaulois et, surtout, les gauloises car j'étais loin d'imaginer que ce chef de tribu casqué et armé sur son fier destrier était moins boeuf que nombre de nos contemporains. Où j'ai appris que les gaulois étaient civilisés. Ils jouissaient dès le IIIème avant Jésus Christ de droits civiques et de vote devant un Sénat. Mais, ce qui m'a surprise, c'est le statut "d'égale" des hommes donné aux femmes. Elles avaient des charges équivalentes à celles des hommes et jouissaient des mêmes droits. 

DSC02423

DSC02424

DSC02438

DSC02439

DSC02442

DSC02446

DSC02447

DSC02453

C'est pour cette raison que j'ai choisi de vous épargner le parcours archéologique depuis l'homo erectus à celui des mérovingiens pour me concentrer sur ce qui n'a pas manqué d'attirer mon attention, les bijoux féminins de l'âge de fer à celui de la Reine Arégonde, au Moyen Age. Les gauloises possédaient de bien belles parures que nous pourrions leur envier. J'aime beaucoup la bague en bronze avec la croix celte. Sur la photo, au zoom, on n'imagine pas que ce travail minutieux est à l'échelle d'un doigt. 

DSC02454

Quant à notre Reine Arégonde découverte sous la basilique Saint Denis et identifiée grâce à ses bijoux, elle aurait pu nous donner des leçons. Aujourd'hui, on la qualifierait "d'influenceuse" car elle faisait et défaisait la mode. Les archéologue ont été stupéfaits du soin et de la sophistication donnés à ses atours comme en témoignent des porte-jarretelles dont j'ai, hélas, raté la photo. Tant pis et tant mieux car si vous voulez voir de vos yeux voir, n'hésitez pas à aller visiter ce musée à faible fréquention où on ne se bouscule pas pour admirer de bien riches collections. Le musée est ouvert tous les jours sauf le mardi de 10 à 17 heures pour 7€, le ticket d'entrée.

Posté par Armelle-L à 07:28 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 14 avril 2018

SAINT GERMAIN en LAYE, son château

DSC02393

Honte à moi, car je n'avais jamais visité le Château de Saint Germain en Laye pourtant proche de Versailles. Mercredi, nous avons profité du beau temps pour réparer cette lacune et nous avons découvert plus que la bâtisse, le Musée d'Archéologie Nationale où nous avons beaucoup appris. L'histoire de ce château débute en 1124 avec Louis VI le Gros. La château fort d'alors sera brûlé durant la Guerre de Cent ans et c'est François Ier qui lui donnera lustre et allure renaissance. 

DSC02387

DSC02389

DSC02388

DSC02391

Certes, Louis XIV a fait aménager les jardins par son cher André Le Nôtre tout comme la Grande Terrasse mais ils n'ont pas le panache de ceux de Versailles. Au demeurant, le Roi Soleil ne gardait pas de bons souvenirs à Saint Germain et, le 20 avril 1682, il quitta définitivement les lieux, sa cour à sa suite.

DSC02465

DSC02436

DSC02406

DSC02434

cats

DSC02444

salle de bal

Le Château-Vieux comme on l'appelle porte son histoire à bout de bras. Non meublé, il abrite un musée qui peine à déplacer les foules. Il faut dire que l'archéologie, de nos jours, ne passionne guère les jeunes générations. Ne nous voilons pas la face. Pourtant, au-delà de la pesanteur de son architecture et cicatrisé par ses transformations successives, on ressent entre ses murs les soubresauts de notre histoire. Du reste, quand on voit la salle ci-dessus dite salle de bal sous François Ier et salle des comédies sous Louis XIV, on comprend mieux pourquoi ce dernier a doté son palais de sa Galerie des Glaces avec vue sur ses fabuleux jardins et son Grand Canal... Il devrait être claustro.

DSC02468

DSC02386

Ressortir au jardin sous la clarté d'un printemps tardif et paresseux. Du Musée d'Archéologie Nationale, je vous parlerai dans un billet prochain et vous verrez que les collections, contre toute attente, m'ont inspiré pas mal de fantaisie. Nos ancêtres les gaulois gagnent à être mieux connus... Ce que j'aime à Saint Germain en Laye, ce sont les multiples magnolias qui fleurissent la ville, un peu partout, en cette saison.

dimanche 18 février 2018

BALADE à L'HÔTEL de SOUBISE

1

Hôtel de Soubise dit Musée des Archives Nationales, sous le soleil de février, samedi après midi. J'ai réussi à trainer Jules voir cet expo "dessiner pour bâtir" sur le même thème que celle que j'avais vue, il y a dix ans, au Musée Carnavalet. Ou comment, les architectes au temps des rois, d'Henri IV à Louis XIV, travaillaient, engendraient de grands projets et maîtrisaient "l'art" de bâtir avec des outils rudimentaires.

2

3

6

C'est dans cet hôtel particulier, au coeur du Marais, que se tient cette exposition. Les photos étaient interdites. Parmi les visiteurs, nombre de professionnels du bâtiment, curieux et médusés, comme nous, de découvrir tous ces plans, esquisses, croquis à main levée, perspectives à l'encre et au lavis. Des documents manuscrits, contrats d'apprentissage, appels d'offres, devis, budgets prévisionnels, attestent du grand sérieux de ces gens là. Salomon de la Brosse, Le Vau, Mansart et quelques autres ont dessiné, aussi, cadre et déontologie d'une profession telle que nous la connaissons, aujourd'hui. Difficile de résumer sans support par moins de deux cents documents dont certains sont d'une nature exceptionnelle. 

7

8

9

10

11

Dans le prolongement de la salle des gardes où se tient l'expo, nous découvrons les anciens appartements, un peu malmenés, de Marie de Guise ainsi que de nombreux documents historiques tels, le testament olographe de Louis XIV, la dernière lettre de Marie Antoinette ainsi que ce carnet appartenant à sa dame d'atour avec ses échantillons d'étoffes. Nous ressortirons par la rue des Quatre Fils pour aller acheter du cidre au Breizh Café, rue Vieille du Temple en vue d'une crêpe partie familiale, mi-mars. C'était une chouette après midi.

lundi 15 janvier 2018

UNE BALADE à MARLY

DSC01958

Dimanche, il a fait miraculeusement beau. J'ai eu envie d'une saine promenade. Le parc de Marly le Roi non loin de chez moi s'est imposé de lui-même pour cette première sortie au grand air de l'année. Les dénivelés du lieu à l'orée de la Forêt de Marly sont parfaits en marche rapide pour le cardio. J'ai fait le voeu que 2018 serait très nature. Voici une bonne entrée en matière.

DSC01959

DSC01960

DSC01961

DSC01962

De plus, ce parc est atypique et les enfants adorent arpenter ce qui reste au sol du fantôme la "résidence secondaire" d'un certain Louis XIV qui non content, d'avoir déjà Versailles s'était fait construire là, un palais pour le farniente. Douze petits pavillons étaient réservés à des invités triés sur le volet. D'où l'expression "Sire, Marly... " des courtisans désireux de passer le weekend dans l'intimité du Roi...

DSC01965

DSC01968

arbres marly le roi

DSC01969

Depuis l'ancienne terrasse du château, la vue sur la vallée de la Seine est prodigieuse. Ce dimanche, elle se perd dans un halo de brume. Des trois bassins, il ne reste plus que le plus grand autour duquel des ifs sont soigneusement taillés par les jardiniers du château de Versailles. Marly, loin des foules, est prisé des familles car les enfants et nos amis à quatre pattes ont quartier libre. Nombre d'arbres sont séculaires et certains ont des racines impressionnantes.

DSC01972

DSC01973

DSC01977

Ces chevaux de Marly sont des moulages de l'oeuvre de Guillaume Coustou par Michel Bourbon. C'est en 1985, à l'initiative de Jack Lang alors ministre de la Culture qu'ils ont pu retrouver leur place d'origine au-dessus de l'Abreuvoir. J'ai vivement apprécié ce bol d'air alors que l'hiver commence à me peser. Vivement la semaine prochaine pour une autre virée si la météo veut bien être clémente.

mercredi 20 septembre 2017

LE CARROUSEL du MOULIN D'ORGEMONT

1

A l'occasion de Journées du Patrimoine, la ville d'Argenteuil avait organisé la visite du Moulin d'Orgement située au sommet de la colline éponyme. Un restaurant sous une péniche renversée y tient la vedette mais nous ignorions l'autre trésor caché de ce moulin élancé avec vue sur Paris et son bassin.

2

3

4

5

6

7

Trésor classé national ce carrousel de 1900 sert de décor à une salle de banquet. La jeune guide nous a priés de prendre place sur les chevaux ou dans les calèches pendant qu'elle nous racontait l'histoire de ce site insolite. A la fin, nous avons eu droit à un tour de manège au son d'un moteur pétaradant et d'une musique très guinguette. Nous avons passé un moment agréable. 

samedi 26 août 2017

CHEZ le MARQUIS de VILLARCEAUX

1

Il fait chaud et la journée commence à me peser. Je me demande comment je vais trouver la force de monter vers ce joli château sur sa butte perché. Elégante bâtisse du XVIIIème siècle à laquelle on accède par les anciens vertugadins laissés en friche faute de deniers pour l'entretien mais aussi, dans un souci, d'éco-gestion. D'en haut, la vue sur le domaine est superbe.

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

En rien, je ne regretterai l'ascension car c'est un véritable bijou qui nous attend. Cerise sur le gâteau, se tient une exposion de costumes belle époque créés par un costumier de théâtre renommé. Ninon de Lenclos, malicieuse est partout. Elle était maîtresse du maître des lieux et mère d'un de ses enfants. A voir, si près de Paris, puisque dans le Val d'Oise et tout près de Giverny.

vendredi 25 août 2017

EN BALADE CHEZ NINON...

1

Dans la foulée de Giverny, nous avons fait halte au Domaine de Villarceaux. Quel bonheur et quelle quiétude de parcourir ce lieu vaste de 800 hectares, si près de Paris puisque situé dans le Val d'Oise et propriété de la Région Ile de France qui l'a rénové pour permettre les visites. Et en plus, c'est gratuit. Il fait chaud quand nous découvrons ce manoir où le marquis de Villarceaux hébergeait se maîtresse, une certaine Ninon de Lenclos.

2

3

4

5

6

7

8

9

10

12

Attention, si la balade vous tente, prévoir une bouteille d'eau, un encas et de bonnes chaussures. Nous avons apprécié cette promenade dans ce parc immense et assez ombragé pour ne pas avoir à souffrir de la chaleur, cet après midi là. Demain, je vous parlerai du château situé sur son promontoire tout là haut !