vendredi 22 février 2019

Balade au Lac d'Amance

DSC03677

Quand on arrive au bord de ce lac artificiel de l'Aube dédié au motonautisme, on peine à s'imaginer dans la région Grand Est tant la vue se perd comme en mer, sur la ligne d'horizon. Son voisin, le lac du Temple est lui, réserve naturelle. Ils font partie de ces réservoirs qui ont pour but de préserver Paris et son agglomération en cas de crues dévastatrices. En attendant le déluge, profiter de ce lieu hors normes qui en cette basse saison incite à la séreine balade le long de ses plages de sable fin. 

DSC03671

DSC03674

DSC03679

DSC03680

DSC03683

DSC03685

C'est non loin que j'ai visité cette jolie maison dont je vous ai parlé en début de semaine. Le contraste entre le vieux village et cette base nautique qui pullulent de touristes en haute saison est surprenant. Un port, des pontons vides en ce mois de février, une capitainerie, des crêperies et du knacking alors que le clocher d'une sublime église dont je vous  parlerai bientôt, sonne midi, le dépaysement à moins de deux heures de Paris par l'A5 est garanti. Même si je n'achète pas cette maison, je reviendrai pour prendre du bon temps et pousser plus loin vers la réserve naturelle. A voir, si vous passez par là.


jeudi 18 octobre 2018

BALADE en FORÊT de MONTMORENCY

DSC03989

J'étais, ce jour là, d'humeur chafouine. Je n'avais pas envie d'aller me promener. Sauf que Jules doit marcher pour se rééduquer. Nous avons donc choisi sur un bouquin offert à son père par ma cadette un "lieu insolite" parmi d'autres à voir en Ile de France et sommes partis pour Montmorency et son Château de la Chasse. Jules, pourtant natif du coin a, encore, réussi à nous paumer entre Saint Prix et Domont. Ensuite, il a fallu se frayer une place sur un parking noir de monde,  mal indiqué, en sortie de virage.

DSC03990

DSC03988

DSC03992

Ce château à la silhouette un peu singulière, ses tours tranchées en forme de wrap ou de sushi daterait du XIIIème siècle et aurait été construit par Mathieu de Montmorency. Il séduit nombre de rois amateurs de chasse dont Louis X le Hutin, Philippe VI de Valois, Charles V et Louis XI. C'est le Grand Condé qui le fera partiellement raser avant qu'il ne soit réhabilité par la Reine Hortense qui apprécie là, la sérénité du lieu pour son fils, futur Napoléon III. Il appartient de nos jours à l'Office national des forêts. 

DSC03981

Je n'ai pas eu de coup de coeur pour l'endroit. Le fond de l'air était moite, ça sentait la vase et les avions en vue de Roissy sortent leur train d'atterrissage à la frondaison des arbres, dans un vilain sifflement. Bref, on était loin de mon éblouissement à Marly le Roi, quelques jours auparavant.

Posté par Armelle-L à 06:37 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 15 octobre 2018

MARLY, GRANDEUR NATURE

DSC03956

Marly le Roi où nous sommes allés promener Petit Filou avant de la ramener chez ses parents. Marly le Roi, grandeur nature, sublime majesté sous les feux de l'automne. Marly le Roi qui me chuchote à l'oreille, mes propres souvenirs d'enfance quand, avec mes parents, nous venions nous y promener, autrefois.

DSC03962

DSC03957

DSC03963

DSC03965

DSC03976

DSC03967

DSC03978

DSC03954

Je ne vais pas, à nouveau, vous raconter l'histoire de ce domaine, autrefois résidence secondaire du Roi Soleil. Je l'ai déjà évoquée. Non, simplement vous inviter la promenade en ce lieu tranquille, loin et pourtant si proche des foules et des ors de Versailles. Du château, il ne reste que le fantôme au sol que les enfants, petits et grands, aiment arpenter de pièce en pièce en admirant la vue en pente douce jusque la Seine. Nous avons passé un après-midi magique dont je conserverai longtemps un souvenir ébloui.

samedi 15 septembre 2018

LA MER QU'ON VOIT DANSER... PUZZLE #16#

bord de mer l'houmeau

Clap de fin, dernier focus sur ces vacances en Charentes Maritimes qui me laisseront un souvenir très mitigé. La mer qu'on voit danser le long de golfes pas si clairs un peu plus au nord de la Rochelle. Peu de fond, une eau troublée par le sable et la vase, des galets et cette vue, non sur le pont qui va sur l'Ile de Ré mais ce port de la Pallice avec ses dépôts céréaliers et pétroliers. En revanche, la balade à pied et sécurisée à travers les bassins ostréicoles depuis le camping était plutôt agréable. Même à Chatelaillon, je ne me suis pas baignée. L'eau était chaude comme de la soupe et pleine de sable. Tourner la page et regarder vers de nouveaux horizons. Aux vacances suivantes !

Posté par Armelle-L à 06:53 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 7 septembre 2018

LE JARDIN DUMAINE

DSC03741

Je suis allée à Paris, ce matin et, rentrée de très bonne humeur. Je prends donc la plume ou mon clavier pour éditer ce billet spécial bouquet du vendredi [299] chez Nelly. Voici un jardin public au coeur de la bonne ville de Luçon en Vendée, évêché de celui qui allait devenir Cardinal de Richelieu et ministre de Louis XIII. Rien à voir avec l'homme rouge puisque ce bel espace nature et public de 4 hectares est un leg d'un certain Monsieur Dumaine à la ville, promesse faite qu'il soit d'accès gratuit et continuellement entretenu. Une belle découverte, à l'écart des foules, sur le chemin de mes vacances.

DSC03739

DSC03742

DSC03740

DSC03743

DSC03744

DSC03746

DSC03749

Hélas, pour cause d'APN resté sur la table, à la maison, mes photos sont portion congrue et pas forcément à la hauteur de ce joli site. De surcroit, le ciel était bâché et la lumière incertaine. Ifs taillés pour raconter les fables de la Fontaine dont je ne peux vous présenter que ce petit âne parce qu'il était correctement orienté pour être photogénique. A voir tout comme le centre ville si vous passez par là ! 

Posté par Armelle-L à 14:41 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


mercredi 22 août 2018

RETOUR aux SOURCES

DSC03611

Si vous me suivez depuis longtemps, vous connaissez mon attachement au Grand Morin, maintes fois photographié à Crécy la Chapelle dite la Venise Briarde. Cet enfant terrible de la Brie, torrent de plaine fougueux parfois, joyeux le plus souvent, fait partie depuis belle lurette de mon paysage. Il m'a toujours enchanté, allez savoir pourquoi ! Il prend sa (ses) sources à Lachy en Champagne avant de dévaler 118 kilomètres pour se jeter corps et âme dans la Marne qui, dans ses eaux profondes l'entrainera jusque Paris.

DSC03613

DSC03614

DSC03617

Un bail que je n'étais pas venue me promener à Lachy. J'ai toujours adoré cet endroit où, entre les ronces et les mûriers en amont du village, on entend gazouiller, le bébé de rivière. Plus bas, dans le bourg à côté de ce lavoir, il devient comme un jeune chiot. Plein de vie, il s'ébroue et fait déjà parler de lui. En parlant de chiot, le boxer anglais de ma fille a pris son premier bain d'eaux vives précisémment là. Bien baptisé, on dirait puisque ce chien devenu vieux avec toutes les fragilités de sa race conserve allant et tonicité.

DSC03618

DSC03619

DSC03609

DSC03608

On dirait que sur les arbres, aussi, le philtre de jouvence agit car c'est la première fois que je remarque les arbres remarquables qui jalonnent les rives. Retour aux sources.  Jules en a fini, enfin, aves ses vélléités de départ en Bretagne. La Bretagne, en touriste pour moi. Je ne m'imaginais pas y vivre du tout. Hier, nous avons visité une maison, dans le coin, ci-dessus, aux accents "très versailles" dont nous faisons une contre visite demain avant de partir en vacances. Pour nous, le philtre serait plutôt ce "petit vin de pays" à la renommée sans limite appelé Champagne puisqu'il s'agit d'une maison de vigneron... Affaire à suivre à la rentrée ! Photo ci-dessus de la charmante école des filles du village située rue des sources comme il se doit.

vendredi 3 août 2018

ALLER PLUS HAUT

DSC03040

Aujourd'hui, je vous invite à aller plus haut, dans le Mercantour, tout au long du Var jusque sa source. Ca matin là, la chaleur était accablante dans l'arrière pays niçois et nos hôtes nous ont proposé une balade en montagne, histoire d'aller y quérir un peu de fraîcheur. J'étais un peu anxieuse car je souffre d'une forme de mal assez oppressant quand ma ligne d'horizon forme à la verticale un mur de pierre devant moi...

DSC03049

DSC03045

DSC03050

DSC03056

Notre hôtesse, randonneuse aguerrie et avertie en ces milieux, pour moi, hostiles m'a rassurée et expliqué comme faire pour apprécier ce paysage d'une beauté à couper le souffle, surtout quand la pierre devient rouge. Nous étions à deux voitures. Les enfants nous suivaient mais s'arrêtaient pour faire des photos. Les deux mamans étaient suppliantes auprès du chauffeur pour ralentir et attendre nos deux "chérubins"...  Je profite de cette flore typiquement montagnarde pour offrir ces modestes fleurs à Nelly pour son bouquet du vendredi [294]. Et voyez-vous contre toute attente, j'ai adoré cette journée !

valberg

C'est ainsi que nous sommes arrivés à la station de sports d'hiver de Valberg (Alpes Maritimes) située à 1673 mètres d'altitude. Il faisait doux et bon. Seulement 24°, température parfaite pour un déjeuner à la terrasse d'un chalet-restaurant. J'ai adoré mon lapin et ce sablé aux figues. Ma belle fille aurait bien fait un tour ou plusieurs de luge d'été. Sauf que... Ces messieurs piaffaient d'impatience. Il fallait être à 17 heures tapantes devant la télévision pour voir jouer ces satanés bleus ! La peste soit du football. En tout cas, j'ai renoué avec la montagne et j'ai derrière la tête des idées de séjours en altitude pour quand Jules sera enfin à la retraite !

vendredi 27 juillet 2018

EZE et SON JARDIN EXOTIQUE

DSC02917

Eze est un village dit remarquable des Alpes Maritimes, haut perché au-dessus de la mer. Cette ancienne cité médiévale culmine à 429 mètres au-dessus de la Méditerranée. Pour découvrir ce panorama exceptionnel sur la Riviera, il faut gravir ses ruelles pentues mais, cepednant ombragées puis, s'attaquer à sa promenade botanique, à découvert des ardeurs dieu Râ, au milieu d'une incroyable collection de cactées et de succulentes. Pour les amateurs du genre, c'est interessant et curieux.

DSC02922

DSC02920

Lorsque je l'ai vue, je l'ai tout de suite reconnue. Le doute n'était pas permis et l'ascension vers le sommet de ce jardin exotique, aride à souhait et chauffé à blanc, ce samedi midi, allait être pour moi, moins rude. Ma première rencontre avec ces Déesses de Terre, sculptures féminines de Jean-Pierre Richard remonte à quelques années, dans la douce lumière de l'Orangerie du Jardin du Luxembourg. Alors, pour ne pas flancher dans la fournaise, j'ai fermé mes yeux brûlés de cette lumière méditerranéenne et je me suis imaginée à l'ombre des marronniers de ce parc parisien.

DSC02918

DSC02915

DSC02911

DSC02925

J'ai souffert, ce matin là. Je ne supporte plus aussi bien la chaleur que par le passé. Je me suis dit qu'il serait certainement agréable de visiter ce jardin au printemps ou à la toute fin de l'été. C'est là que notre hôtesse, un beau jour, s'est pris de passion pour les cactées. C'est vrai que son jardin est magnifique. Du coup, en rentrant, j'ai reconsidéré mes trois petits pots et j'ai promis de suivre ses conseils pour les rempoter et les arroser plus copieusement qu'on n'oserait. En attendant, voici de belles plantes à offrir à Nelly pous son bouquet du vendredi [293]. Bon weekend.

dimanche 22 juillet 2018

MERCI les ABEILLES !

un toit pour les abeilles parrain 2018

Depuis trois ans, je suis "parrain" ou, plutôt marraine d'une ruche via le site Un Toit pour les Abeilles. Moyennant 8€ par mois ou plus si affinité, je contribue à la sauvegarde des colonies d'abeilles en aidant un apiculteur de mon choix. Jusque l'an passé, j'étais marraine d'une ruche en Seine et Marne. Hélas, les intempéries de juin 2016 ont ruiné les récoltes et le miel reçu m'a déçue. Ce n'est pas sympa mais pour cette troisième année, j'ai eu envie de changer de crèmerie. J'ai donc porté mon choix sur une ruche du Loiret. Je désespérais un peu de recevoir les six petits pots de ma récolte annuelle quand jeudi, ils sont arrivés arrivés à bon port, par transporteur et non, par la Poste comme les années précédentes car trop de perte et de casse... Je n'ai pas encore goûté ce miel de fleurs mais dès qu'il fera moins chaud, je testerai la recette de pain d'épices glissée dans mon colis. Merci les abeilles et à l'année prochaine ! Où ? Je ne sais pas.

lundi 11 juin 2018

RAMENE ta FRAISE !

DSC03109

Le matin, nous nous étions levés dans un brouillard épais, poisseux, posé sur la ville. Nous avions prévu, pourtant, d'aller à Lumigny (Seine et Marne) cueillir des fraises pour faire les confitures demandées par les enfants et Petit Poucet maintenant qu'il est grand. On annonçait des orages et j'avais peur d'affronter (encore) les embouteillages. C'est un coup de fil de ma mère qui m'a jeté, de rage, sur la route. Elle a pollué ma journée avec un fait divers, certes tragique mais auquel je ne peux rien même s'il s'est produit dans ma ville. J'ai eu d'un coup besoin d'air et de verdure. J'ai dit à Jules, ramène ta fraise, nous partons !

DSC03111

DSC03119

Dans cette cueillette tout est sujet à tentation. J'ai limité la surchauffe du porte-monnaie et je m'en suis tenue, sagement, à mes quatre kilos de fraises, de la rhubarbe et trois magnifiques salades. Du jus de pommes local, aussi, à la ferme à côté et tant que j'y étais du miel de la Brie et des sachets de poudre à flan de l'Abbaye de la Coudre que je ne trouve plus au Monoprix. 

weekend fraises

DSC03107

DSC03121

Je n'ai pas cueilli de fleurs. Il faisait trop lourd, trop chaud d'un coup et, nous avions déjà essuyé pas mal d'embouteillages sur l'A86 à l'aller. J'attends les glaïeuls de plein champ. Ils ne tarderont plus et nous serons en été. Avec un peu de chance, les routes seront moins encombrées. Heureuse de lire que cet endroit que je fréquente depuis un quart de siècle se convertit, gentillement, au bio.

DSC03098

Quitter, à regret, ce coin de la Brie que je chéris tant pour rentrer dans ma banlieue en empruntant, cette fois-ci, le bon vieux périphérique parisien, au sud, car au nord, il était saturé. Nous avons bien roulé et, de retour assez tôt à la maison pour transformer un peu de ma rhubarbe en tarte dominicale. Les fraises se sont sagement conservées au frais jusqu'au lendemain.