mardi 20 février 2018

LORA et VALENTIN

DSC02146

Lora de la Maison Victor. J'ai beaucoup hésité à réaliser ce modèle à cause de ma morphologie. J'ai eu la chance de pouvoir télécharger le patron gratuitement et j'avais en réserve ce coupon de jersey noir déniché 1€ du mètre au marché. Je ne prenais donc aucun risque. J'ai, en revanche, beaucoup modifié le patron initial. J'ai zappé les poches, j'ai remplacé les plis du devant de la jupe par des pinces et raccourci le buste d'un bon centimètre. Le haut est en taille 38, la jupe en 40 ainsi que les manches.

Lora dress LMV

La particularité de cette robe, aussi, est d'avoir été surjetée avec la fameuse machine Lidl vendue 159€. Laquelle défraye la chronique. J'y vais ou j'y vais pas ? Voici brièvement mon premier avis. Si je n'ai pas eu de difficulté particulière - il faut quand même un peu de technique - à l'enfilage, j'en ai bavé pour les réglages. Il faut, effectivement, noter dans un carnet, tissu par tissu les bonnes tensions pour chaque fil. Sinon, cela me semble être une machine fiable et efficace. En tout cas, pour l'usage que j'en fais. Il faut bien sur que je me familiarise avec ses multiples fonctions. Ici, il s'agit d'un sujet 2 fils. Je serai amenée à donner un avis plus affirmé dans d'autres billets. En attendant, voici Lora...

lidl surjeteuse

Lora qui aurait du rencontrer Valentin. Hélas, elle était en retard. Elle a donc fêté l'arrivée du chien dans l'horoscope chinois en allant déjeuner, dimanche, dans un restaurant asiatique. Contre toute attente, je suis satisfaite de cette robe et forte de toutes les modifications apportées au patron initial, je vais en faire une seconde, bleu marine. Mais avant, m'atteler à la réalisation d'une petite veste en velours milleraies couleur rouille. Affaire à suivre.


dimanche 18 février 2018

BALADE à L'HÔTEL de SOUBISE

1

Hôtel de Soubise dit Musée des Archives Nationales, sous le soleil de février, samedi après midi. J'ai réussi à trainer Jules voir cet expo "dessiner pour bâtir" sur le même thème que celle que j'avais vue, il y a dix ans, au Musée Carnavalet. Ou comment, les architectes au temps des rois, d'Henri IV à Louis XIV, travaillaient, engendraient de grands projets et maîtrisaient "l'art" de bâtir avec des outils rudimentaires.

2

3

6

C'est dans cet hôtel particulier, au coeur du Marais, que se tient cette exposition. Les photos étaient interdites. Parmi les visiteurs, nombre de professionnels du bâtiment, curieux et médusés, comme nous, de découvrir tous ces plans, esquisses, croquis à main levée, perspectives à l'encre et au lavis. Des documents manuscrits, contrats d'apprentissage, appels d'offres, devis, budgets prévisionnels, attestent du grand sérieux de ces gens là. Salomon de la Brosse, Le Vau, Mansart et quelques autres ont dessiné, aussi, cadre et déontologie d'une profession telle que nous la connaissons, aujourd'hui. Difficile de résumer sans support par moins de deux cents documents dont certains sont d'une nature exceptionnelle. 

7

8

9

10

11

Dans le prolongement de la salle des gardes où se tient l'expo, nous découvrons les anciens appartements, un peu malmenés, de Marie de Guise ainsi que de nombreux documents historiques tels, le testament olographe de Louis XIV, la dernière lettre de Marie Antoinette ainsi que ce carnet appartenant à sa dame d'atour avec ses échantillons d'étoffes. Nous ressortirons par la rue des Quatre Fils pour aller acheter du cidre au Breizh Café, rue Vieille du Temple en vue d'une crêpe partie familiale, mi-mars. C'était une chouette après midi.

vendredi 16 février 2018

CHIENNE D'ANNEE !

2018 annéé du chien

Ouf ! Le coq cède sa place, aujourd'hui même, au chien de terre dans la ronde de l'horoscope chinois. Le chien de terre occupera l'intendance jusqu'au 4 février prochain. Le chien est réputé loyal, docile et fidèle. Attention, il pourrait montrer les crocs avec ceux qui se montreront imprudents. Je suis buffle et j'ai lu que les douze mois à venir ne seront pas si faciles mais que j'aurai de grandes opportunités de changement. Je vais devoir être attentive à ne pas trop dépenser mais cette notion est déjà acquise. Souhaitons donc la bienvenue à ce toutou et à la nouvelle lune qui devrait nous apporter un peu de répit sur le front météo pour le weekend. Belle année du chien et bon weekend à tous.

Posté par Armelle-L à 07:02 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 12 février 2018

A DROITE, A GAUCHE

1

Théâtre encore, ce matin. Hier, nous sommes allés voir cette pièce signée Laurent Ruquier au Comédia, boulevard de Strasbourg. Oui, certes, elle est passée samedi soir à la télé mais, c'était le cadeau d'anniversaire de Jules, de la part de notre aînée. En marge, écrire que la station de métro Strasbourg-Saint Denis est de plus en plus mal fréquentée et que nombre de jeunes filles y sont, en toute quiétude, importunées par une faune inquiétante même en plein après midi... Sans commentaire.

2

3

4

Nous ne connaissions pas cette salle très art déco. Elle est très confortable et nous avons vivement apprécié cette pièce où il est question de politique. Francis Huster, au sommet de son art, y joue le rôle d'un intellectuel de gauche fortuné face à Paulo, chauffagiste de son état, venu réparer sa chaudière. Régis Laspalès est plus vrai que nature. Tout y passe. Tous les travers de notre société jusqu'aux tableaux de Soulages trop abscons pour le commun des mortels. On rit du début à la fin et on applaudit, souvent, très souvent à droite comme à gauche ! Nous avons passé un excellent moment.

5

En venant, j'ai croisé Félix sur le parvis de Saint Lazare. Cette fois-ci, nous étions en voiture et garés non loin. Nous évoquons cette polémique créée par un certain Julien Denormandie, secrétaire d'état, qui estime le nombre de SDF à Paris à une cinquantaine. Cela fait longtemps que le garçon ne s'est pas baladé dans la capitale. Rien que là, autour de ce chat, nous en comptons plus de dix. En allant vers Havre Caumartin, nous constatons que la belle image du commerce chic parisien est entâchée par les entrées de magasin jonchées de sacs de couchage et de cartons. Et puis, cette faune autre que ce chat dissuasive de prendre les transports en commun. La réponse se trouvait dans la pièce, justement, dans la bouche de Paulo... Trop de laxisme et de complaisance de nos gouvernements, des décennies, durant...  

dimanche 11 février 2018

CITE des FLEURS - PUZZLE #4#

cité des fleurs

Cité des Fleurs dans le 17ème arrondissement de Paris où je passe quand je vais chez mon fils car cette voie privée est interdite à la circulation. Architecture gracieuse que les propriétaires de ces belles maisons tendent à lifter, certaines trop à mon goût. Je me souviens d'un temps, pas si lointain, à mes débuts de blogueuse où prendre des photos en ce lieu était interdit. Je me rappelle m'être fait épinglée par le gardien d'alors. Il a pris sa retraite et le nouveau a d'autres chats à fouetter. Alfred Sisley a vécu dans cette rue. Catherine Deneuve et sa soeur Catherine Dorléac, y ont vu le jour. Photos prises fin janvier et de fleurs, il n'y a que ce fragile bouton rose sur un cerisier japonais. Je me demande comment il a survécu à la neige. Bon dimanche.

Posté par Armelle-L à 07:52 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


samedi 10 février 2018

NUIT D'IVRESSE

DSC02068

Théâtre de la Michodière, samedi dernier, en matinée comme on dit. Nous sommes allés voir cette nuit d'ivresse revue et corrigée par Josiane Balasko avec Jean-Luc Reichmann, Thierry Lopez et Stéphane Boucher en tête d'affiche. Il pleut et après avoir bu un thé au Starbucks du coin sur l'avenue de l'Opéra, nous nous engouffrons dans ce théâtre où nous avons déjà vu Jean-Luc Reichmann sur scène, il y a trois ans.

DSC02069

DSC02071

DSC02075

DSC02077

Nous sommes haut perchés car j'ai pris des billets à petit prix. Ce n'est pas gênant car nous voyons très bien. Honnêtement, j'ai eu un peu de mal avec la première partie quand cet animateur télé complètement ivre noue la conversation avec ce taulard homosexuel, en permission, dans le bar crasseux d'une gare mais quand Jacques Belin alias Jean-Luc Reichmann se réveille, le lendemain, en peignoir sur son canapé, tout de suite les gags s'enchainent et ça devient hilarant.

DSC02078

Bref, nous avons passé une bonne soirée. L'Opéra Garnier de nuit et sous la pluie pour rejoindre la Gare Saint Lazare puisque nous étions venus en train. Désolée, Madame Hidalgo, la prochaine fois je prends la voiture car rentrer, en banlieue, le soir par les transports en commun, outre que ce n'est pas toujours rassurant, ça gâche tout y compris le plaisir de sortir élégant !

vendredi 9 février 2018

PETIT, GRAND PALAIS et AUTRES CONSIDERATIONS

1

Souvenir de ma balade, en bord de Seine, il ya quinze jours. Le Grand Palais, le Petit Palais, la Renommée des Sciences du Pont Alexandre III ainsi que quelques fleurs à offrir à Nelly pour son bouquet du vendredi. Pensées et primevères printanières alors que la neige est encore là.

2

3

4

5

Ce n'est pas exactement, ainsi, que j'avais prévu de vous présenter ce billet. Photos éparses réunies en carte postale parce que je suis, un peu, psychorigide côté blog. J'ai du mal à marier les genres. J'ai décidé de me soigner. Intempéries obligent, je suis allée me promener sur des blogs que je ne lisais plus, par paresse et par complexe parce qu'ils ont beaucoup évolué. Certains m'ont plu, d'autres m'ont déçue. C'est drôle comme chaque blogueur, au fil du temps, se dessine une ligne éditoriale avec ses petites et ses grandes manies. On appelle ça, la liberté d'expression et c'est pour cette raison que je continue depuis plus de dix ans à bloguer. 

jeudi 8 février 2018

CINQUANTE NUANCES de GRIS

50 nuances de gris

Mardi, en voyant ma terrasse enneigée, j'étais loin d'imaginer que cet épisode neigeux prendait une telle ampleur. Hier matin, tout était silencieux et ouaté. Insolite en centre ville. Hélas, la neige en milieu urbain est triste, grise et sale. Cinquante nuance de gris ou comment accentuer mon spleen de vivre dans cette banlieue loin de tout mes centres d'intérêt. J'ai vu passer sur Instagram de bien belles photos de Versailles drapée d'un épais manteau blanc. Hélas, les transports en commun ramaient. Impossible pour moi d'aller y faire un tour. A Paris, aussi, tout était blanc. Je ronge mon frein. J'attends avec impatience le départ en retraite de Jules pour prendre le large... Que ça me parait long !

Posté par Armelle-L à 06:38 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 7 février 2018

DEHORS, IL FAISAIT FROID...

DSC01326

Dimanche, en fin de matinée, lorsque nous sommes arrivés chez ma fille aînée pour fêter son anniversaire et celui de Jules, il faisait froid sous un ciel de plomb à vous saper le moral. C'était sans compter sur mon fameux "board" apéritif pour entamer les hostilités. J'avais tout acheté aux Halles de l'Aveyron à Herblay. Charcuterie aveyronnaises, fromages, chips, figues séchées, etc... Mention spéciale pour les légumes en chips qui ont connu un vrai succès chez les dames !

duo anniversaires

C'est déjà bien calés que nous sommes passés à table pour attaquer la blanquette de veau, servie à l'assiette façon brasserie par Monsieur Gendre, chef de métier. Sont venus ensuite, les deux gâteaux confectionnés par ma cadette qui rêve de participer au Meilleur Pâtissier pour rencontrer son idole, Cyril Lignac. Un, pour sa soeur, très féminin aux fruits exotiques et citron vert, l'autre pour son père chocolat, gavottes et poires, frais et aérien en dépit des apparences. Du coup, à l'heure du café, le soleil a décidé de se lever pour trinquer. C'était vraiment une belle journée et chacun a été bien gâté !

lundi 5 février 2018

LE PULL FRIMOUSSE

DSC01303

Si j'aime coudre, j'aime moins tricoter. Il faut davantage de patience et rester en place. Ce n'est pas mon truc. J'ai besoin d'action. C'est cyclique, une fois par an, il m'arrive d'avoir envie de me mettre aux aiguilles à tricoter. Je fais un pull, en jurant qu'on ne m'y reprendra plus. Cette fois-ci, j'ai oeuvré pour Petit Filou. La layette, non plus n'est pas mon truc. Pourtant, une publicité de Bergère de France m'a convaincue de lui confectionner ce pull chat. Petit Filou a pour animal de compagnie une chatte de race Chartreuse répondant au petit nom de Frimousse. Ce pull était pour lui.

J'ai entamé ce pull en novembre mais entre temps, j'ai fait le snood de sa tata et mes deux robes de fêtes de fin d'année. Ensuite, j'ai prétexté le manque de lumière pour me remette au jaquard. A vrai dire, ça me barbottait. J'ai tricoté en taille 12 mois. Il me fallait hâter le pas si je voulais que Bébé le porte car il devient costaud, Petit Filou. Le voici donc terminé. Fils Bergère de France, qualité Idéal, coloris éléphant et calanques, aiguilles 3 et 3.5. Je pêche toujours autant sur les finitions mais je tends à m'améliorer. Je me remets à ma machine à coudre dès aujourd'hui. Youpi !

Posté par Armelle-L à 06:38 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , ,