lundi 23 octobre 2017

MAEVA et LES ZEBRES DE BANLIEUE

DSC01443

Celles qui ont déjà réalisé ce modèle signé République du Chiffon ne la reconnaitront pas. Il s'agit de Maeva revue et corrigée pour l'automne sans basque avec des manches longues. Tissu viscose imprimé animal acheté 1€ du mètre sur le marché en bas de chez moi. Prévenue de l'étroitesse des manches et du modèle en général, je ne prenais aucun risque. J'ai quand même tout bien mesuré. 

DSC01483

DSC01481

C'est la forme du buste qui m'intéressait dans cette blouse car si j'ai quelques rondeurs, je suis petite et je n'aime pas les formes trop amples sous lesquelles, je disparais. J'ai taillé la largeur des manches à leur maximum avec une marge pour couture de 1.5cm. Le corps du corsage est coupé entre 40 et 42 avec la même valeur de couture. En bas et pour ma taille, j'ai ajouté 15cm à la place de la basque. Si je recommence, je tablerai sur une taille en plus car le modèle taille juste.

DSC01484
La vue face à moi

Où j'ai eu des frayeurs car je suis novice, c'est au moment de monter le col. Je me suis appliquée et c'est plutôt réussi. J'ai cousu des boutons sans boutonnières car n'ayant plus ma Brother, je suis perdue sur ce point là. Honnêtement, je suis heureuse du résultat et ce modèle va surement resservir car j'adore les chemises manches longues ou manches courtes.


dimanche 22 octobre 2017

LAPIN THYM et CAROTTES

DSC01312

C'était fin septembre. Mal fichue, les nerfs en pelote et la malbouffe, une semaine durant, avaient eu raison d'un précaire équilibre. Samedi, en allant au marché, j'ai eu envie de ces cuisses de lapin chez un volailler qui vient de la Somme chaque semaine vendre ses produits fermiers. Du lapin et des carottes, voilà qui m'allait bien. Sauf que malgré mon grand âge, je n'ai jamais réussi à cuisiner le lapin. J'ai trouvé une recette simplissime sur  et je me Cuisine Actuelle suis appliquée à la réaliser. Voici la liste des ingrédients :

  • 2 belles cuisses de lapin fermier
  • 500 grammes de belles carottes
  • 1 cube de bouillon de volaille
  • 1 oignon
  • Sel et poivre blanc
  • Thym (celui de ma terrasse)
  • beurre et huile neutre

Dans une sauteuse, faire dorer les cuisses de lapin dans beurre et huile mélangés pour bien qu'elles dorent. Faire chauffer le cube de bouillon avec 1/4 litre d'eau. Verser un peu de liquide dans la sauteuse pour bien déglacer les sucs avant de verser le reste. Poser le couvercle et faire cuire à feu moyen pendant 30 minutes. Pendant ce temps éplucher carottes et oignons. Les détailler en rondelles. Mettre avec le lapin, saler, poivrer, ajouter thym et persil. Faire cuire, encore 30 minutes à couvert, à feu plus doux. Servir chaud. A la rubrique, ne passons pas à côté des choses simples, c'est vraiment délicieux et encore mieux, puisque pour la première fois de ma vie pourtant longue, j'ai réussi à cuire à merveille du lapin.

Posté par Armelle-L à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 21 octobre 2017

LE CHAT (1971)

Le-Chat-affiche-6338

Parce que je vais voir la pièce revisitée dans quelques semaines, j'ai voulu regarder, lundis soir sur France 5, ce film de Pierre Granier Deferre. Ceci, afin de me faire une opinion entre ce film de 1971 et une version, au théâtre, plus récente du roman noir de Georges Simenon. 

Même s'il n'a pas connu en son temps le succès absolu, ce film est un chef d'oeuvre avec en tête d'affiche ce duo et ce duel entre Simone Signoret et Jean Gabin. Un couple dans son pavillon de banlieue au milieu des "décombres" d'une ère dite moderne et vouée au béton, se déchire autour d'un chat de gouttière. Le huis-clos est terrible et grinçant. 

Ce que j'ai aimé au delà de cette histoire c'est revoir filmée Courbevoie dans ces années là avec tout autour, la Défense qui émerge avec sa tour UAP et ce square que ceux qui connaissent les lieux reconnaitront bien transformé. Une Renault 16, symbole de modernité automobile alors, les commerces. Bref, je me demande comment va se construire sur une scène au théâtre, cette histoire de haine et d'amour. Hâte.

vendredi 20 octobre 2017

à LA SAINTE EDWIGE

Sainte Edwige

Lundi, c'était la Sainte Edwige. Il a fait un temps merveilleux. Ce lundi m'en a rappelé un autre, il y a 28 ans à la Celle sur Morin en Seine et Marne. Une sortie d'école primaire dans ce joli vallon boisé paré, ce midi là, des couleurs de l'automne et de l'été indien. J'avais planté pour la première fois de ma vie des rosiers. Lundi, sur ma terrasse, j'ai savouré ce beau temps et le sentiment flou d'être enfin libre d'entraves invisibles. Pour combien de temps ? J'ai laissé défiler dans ma tête les jolies images du baptême de mon Petit Filou. J'ai regardé s'épanouir ce camélia dit de Noël que je me suis offert chez Truffaut. J'essaie de ne pas trop me projeter vers l'avenir. Simplement jouir du moment présent. Bon weekend à tous. L'automne, le vrai, est semble-t-il de retour.

Posté par Armelle-L à 06:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 19 octobre 2017

LA ROBE VERT IROISE

DSC01429

Cette robe verte, quelle histoire ! Vert Iroise car quand j'ai vu ce jersey texturé vert chez Myrtille à Quimper, j'ai tout de suite imaginé la robe fourreau du numéro de septembre de Fait Main Magazine confectionnée avec. J'avais déjà éprouvé le patron quand je me suis lancée religieusement dans la coupe. Et pour cause, je voulais la porter au baptême de mon Petit Filou !

DSC00930

DSC00931

DSC01363

Si le modèle taille un peu grand, il est parfaitement juste en proportion. C'est pour cette raison que je viens d'acheter le numéro de novembre dans le but de coudre une veste en velours côtelé. Affaire à suivre. En attendant, revenons à cette robe juste parfaite jusqu'au moment où surjettant les parmentures, ma vieille Brother a rendu l'âme, moteur cramé. J'ai eu chaud car j'ai eu droit à un trou dans la valeur de l'ourlet. J'ai continué vaille que vaille mais il faut croire que le sort était jeté. Je l'ai brûlée au repassage final malgré mes précautions. J'ai cru en pleurer quand j'ai eu l'idée de fixer cette broche fleur portée sur une veste, le jour de mes 50 ans. Impeccable. J'ai quand même flippé à l'idée qu'elle fasse capoter la fête. Non, elle était même assortie à la couleur de la chasuble du curé ! 

Posté par Armelle-L à 06:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


mercredi 18 octobre 2017

UN BAPTÊME à LA CAMPAGNE

BAPTEME

Dimanche, nous avons baptisé notre Petit Filou sous un ciel bleu transpercé par la flêche de l'église Saint Cyr-Sainte Julitte d'Anet en Eure et Loir. L'été indien, les jolies couleurs de l'automne, toute la famille au grand complet réunie autour de ce bébé de déjà six mois qui n'a pas versé une seule larme quand le prêtre a versé sur lui, l'eau du baptême. Pour la circonstance, je m'étais décidée à mettre cette robe verte en jersey cousue par mes soins avec du tissu ramené de Quimper. Et puis, cette superbe pièce montée confectionnée par la Maison Bigot, pâtissier à Versailles. Aussi belle que délicieuse mais Petit Filou n'en a pas profité. A l'heure du dessert, il faisait sa sieste. En résumé, une superbe journée et des souvenirs merveilleux.

samedi 14 octobre 2017

CRIS REA à LA SALLE PLEYEL

DSC01412

Une semaine s'est écoulée, déjà, depuis ce concert de Cris Réa à la Salle Pleyel. Je me souviens de ce jour de septembre où il pleuvait dru. Quand j'ai entendu, à la radio, l'annonce de cet évènement exceptionnel, je me suis de suite précipitée pour réserver deux places. J'ai toujours aimé la voix et la musique de cet artiste, chanteur et guitariste hors pair.

DSC01398

DSC01417

DSC01427

Tout au long de la soirée, j'ai vibré au son de cette musique rock and blues au milieu d'un public plus très jeune mais respectueux et poli. Aucune bousculade, ni à l'entrée, ni à la sortie. Cris Réa nous a enchantés entre mélodies aux accents langoureux et morceaux de gratte à frémir. Nous avons vécu un moment intense de bonne musique. Même placés, haut perchés, nous avons vivement apprécié ce concert dans une Salle Pleyel rénovée et embellie depuis mon dernier passage, il y a bien longtemps.

concert cris réa

Les coulisses de notre soirée avec cette robe cousue par moi-même, ces parts de diplomate dévorées à la hâte sur la table haute d'une boulangerie proche et le talent de Jules à trouver de la place, la dernière, limite, limite avec l'interdiction de stationner devant l'entrée des artistes. En résumé, nous sommes rentrés enchantés en attendant notre prochaine sortie.

Posté par Armelle-L à 06:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 9 octobre 2017

JOSEPHINE

DSC01361

On m'a demandé de revenir sur la génèse de cette robe qui a connu un franc succès sur les réseaux sociaux et dans la communauté Burda. C'est drôle parce que c'est la toile de celle portée au baptême de mon Petit Filou et Joséphine parce que confectionnée pour le concert de Cris Réa.

DSC01360

DSC01358

DSC01363

Quand j'ai vu ce modèle simplement élégant dans le magazine Fait Main de septembre, j'ai tout de suite su que ma robe de cérémonie serait celle-ci. N'ayant jamais expérimenté les tailles de cette revue proche de Burda, je me suis fait la main sur un jersey anthracite déniché à 1€ du mètre sur le marché enn bas de chez moi. Je n'imaginais pas son succès. Je gage que cette robe très confortable va être souvent portée bien plus que la verte brûlée par un coup de fer à repasser malheureux...

Posté par Armelle-L à 07:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 8 octobre 2017

ELOGE de LA SIMPLICITE

DSC01355

Eloge de la simplicité, ce dimanche, avec ce dessert aussi simple que gourmand. Habitués que nous sommes des produits manufacturés, nous oublions le bon goût des choses simples comme une pomme au four, ici cuite avec en son coeur un peu de crème de salidou. Hum... régalons-nous !

Posté par Armelle-L à 10:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 4 octobre 2017

LES GRANDS ESPRITS

les grands esprits

Si je n'avais pas vu un extrait de ce film sur grand écran, je ne serai jamais allée le voir au cinéma. François magistralement joué par Denis Podalydès est professeur de lettres dans un lycée parisien très élitiste. Un jour, lors d'un vernissage, il lâche une phrase malheureuse qui ne tombera pas dans l'oreille d'un sourd. Convoqué au ministère, on lui propose de faire un stage dans un collège de banlieue chaude et d'y expérimenter ses méthodes. Ce qu'il fera au milieu du chahut et au prix de mille péripéties. A force d'effort et d'écoute, de ferme autorité, aussi, il parviendra à éveiller ses élèves aux lettres. Ce film est drôle et touchant à la fois. A voir absolument.

Posté par Armelle-L à 06:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,