dimanche 12 mai 2019

La BAP [1] Le mariage ville-nature

DSC04926

Versailles accueille dans son écrin précieux, la première Biennale d'achitecture et de paysage de la région Ile de France. Jusqu'au 13 juillet, en différents sites de la ville royale, on peut découvrir le parcours imaginé par Djamel Klouche, architecte urbaniste. Hier, pour nous changer les idées nous sommes allés voir l'exposition Versailles, ville nature qui se tient à l'Espace Richaud.

DSC04920

DSC04923

étangs gobert

Quatre séquences : grands projets urbains, ville nature, patrimoine rénové et architecture, se partagent l'espace. Bien entendu ce billet sera complètement abscons pour qui ne connait Versailles que pour son château. Savoir cependant que cette ville dite nouvelle est sortie ex-nihilo d'un environnement marécageux par la seule volonté d'un roi. Sur la maquette, en haut, on voit assez clairement le Grand Canal et la Pièce d'Eau des Suisses. Cependant, c'est le futur du quartier militaire de Satory dont il est question. Plus bas, c'est une ancienne halle ferroviaire aux Chantiers qui devient de façon spectaculaire le siège de Nature-Découvertes. Sur la mosaïque en bas, ce sont les étangs Gobert et ce qui parle à moi, le square des Francine parce que j'allais y jouer quand j'étais petite en attendant maman qui travaillait juste à côté.

DSC04914

bap 2

bap 3

Alors bien entendu, je peux mettre en page une kyrielle de clichés dont vous ne saisirez pas forcément le sens qu'ils ont pour moi comme cette vue sur des jardins familiaux labellisés Jardin Remarquable au milieu d'une cité HLM qui vient d'être modernisée de belle façon tout comme cet immeuble de la rue Borgnis Desbordes que j'ai connu moche quand je bossais à côté (photo en bas à droite) et qu'on peine à reconnaitre. J'avais déjà parlé ici-même de la future Cité Fertile sur le site de l'ancienne Caserne Pion aux portes du château dont les premiers batiments ne devraient pas tarder à sortir de terre. Si c'est comme la résidence construite en place de l'ancienne clinique du Dr Aumont, sur la Butte Montbauron (en bas, à gauche), les logements se sont vendus comme des petits pains en deux jours chrono.. Inutile donc d'espérer s'y loger... Et finalement, après débat c'est UGC qui a gagné contre la municipalité pour la rénovation en centre ville du vieux Cyrano où les Beatles se sont produits en 1962.

IMG_1360

Hier, il faisait beau, il faisait chaud place du Marché.
Nous nous sommes donc offert une glace chez San Luis. Parfum rose pour moi
.
C'était bien comme dirait Heure Bleue...


vendredi 5 avril 2019

Fraîcheur d'avril

DSC04628

Hier, si le ciel au-dessus de Versailles était d'un joli bleu, il faisait bien frais et nous avons marché, au soleil, sur le côté sud des avenues. Quand j'étais petite fille cette chapelle de l'ancien hôpital avec son dais noir, plusieurs fois par semaine, pour les enterrements me terrifiait. C'est devenu un bel espace culturel et les massifs de jonquilles témoignent de son renouveau.

DSC04629

pyrale du buis

Où la ville de Versailles, pédagogue, explique aux visiteurs comment et pourquoi la pyrale du buis a fait tant de dégâts dans les massifs de France et de Navarre. Le dérèglement climatique est l'un des facteurs de cette invasion, hélas, pérenne. Pour conserver l'élégance et l'architecture des jardins, les jardiniers de la ville royale ont délibérément choisi de remplacer le buis par des ifs, des charmilles et du chèvrefeuille. Ca va sentir bon dans les Carrés Richaud.

DSC04632

DSC04633

Dans la cour, les petits pommiers sont en fleur.  Ils colorent la pierre des bâtiments. Dans cette fraîcheur d'avril, j'ai adoré me promener dans cette ville où j'ai tant de souvenirs et j'ai du mal à me souvenir de la cour sinistre et austère de cet ancien hôpital où j'ai connu le pire à la suite d'un accident de la circulation et le meilleur avec la première échographie pour ma fille aînée. Aujourd'hui, je goûte au plaisir de la contemplation et j'offre ce rameau printanier à Nelly pour son bouquet du vendredi.

lundi 25 mars 2019

Ver(t)sailles - Puzzle #19#

puzzle

Hier, nous avons fêté les noces de diamant de mes parents à Versailles. J'en ai profité pour faire mon marché, la soudure avant mon déménagement. Je n'avais pas fait mes emplettes dans la ville royale depuis Noël et j'ai trouvé du changement. Le ver(t)saillais est devenu bio à l'excès. Il délaisse tous ces petits producteurs qui, vaillaimment, l'ont nourris lui et ses parents depuis plusieurs décennies au profit d'autres, néo-versaillais, estampillés bio exclusivement. Car là est le sésame, désormais, sur le marché Notre Dame. Il faut être labellisé vert et bio à l'image de cet étendard. Ceci au point que j'ai pu me ravitailler rapidement là où, il n'y a pas si longtemps, on faisait la queue. Ceci a une incidence sur ce marché classé plus beau d'Ile de France, il y a un an. Certains carrés se clairsèment, la gouaille disparait au profit d'étals bio, bobo's, le tout dans une atmosphère trop asseptisée à mon goût. Quelques images, malgré tout, pour entamer ma dernière semaine avant de lever l'ancre vers de nouveaux horizons.

jeudi 17 janvier 2019

Versailles, un jour d'hiver

DSC04339

Mercredi, miraculeusement, le soleil de janvier s'est montré timide. J'ai bousculé Jules pour que nous allions marcher et, surtout, prendre l'air à Versailles. J'avais des emplettes à faire à la boutique cadeaux de la Petite Venise et, derrière la tête, une envie de chocolat chaud. Nous sommes entrés par la Porte Saint Antoine où on peut se garer gratuitement et avons marché jusqu'au Grand Canal

DSC04342

DSC04345

DSC04346

Versailles, un jour d'hiver, insolite sans un seul touriste sur la ligne d'horizon. Nous n'avons croisé que quelques rares élégantes en train de courir. Et moi de pester que si j'habitais ma ville, je pourrai certainement perdre du poids plus facilement. Les moutons dans la Grande Prairie étaient sereins et tranquilles. Quant au Temple de l'Amour, il ne semblait nullement souffrir de silence et de solitude.

DSC04354

IMG_0835

Si je suis passée souvent, je n'avais jamais franchi le seuil de la Flotille, brasserie située devant l'embarcadère du Grand Canal. Il ne faisait pas très chaud et j'ai poussé Jules pour entrer boire un chocolat. Il est évident qu'en cette mi janvier, l'accueil a été courtois et agréable. Le lieu est vraiment cosy et sympathique. Nous nous sommes fait la promesse de revenir pour y déjeuner, au printemps, quand alentours les magnolias seront roses.

DSC04358

DSC04362

DSC04364

DSC04366

Via le Tapis Vert, nous sommes remontés vers le château. La vue du Grand Canal baigné d'une lumière hivernale propre à Versailles est toujours aussi belle. Seul bémol, Latone m'est apparue grise et moussue. Plus rien à voir avec celle qui avait inauguré le bassin rénové, il y a quatre ans. La copie serait-elle plus fragile que son original à l'abri de la galerie des moulages ?

DSC04368

DSC04371

Nous sommes, ensuite, redescendus vers le Bassin de Neptune avec un détour par le Bosquet du Théâtre d'Eau que Jules n'avait jamais vu. Bien entendu les boules en verre de Muranon de Jean-Michel Othoniel sont plus belles sous les soleil et quand elles sont en eaux. A revoir aux beaux jours.

 

DSC04373

DSC04375

Puis, nous avons rejoint la sortie en longeant la prairie côté Trianon Palace. Comme au temps de mon enfance, on y voir chèvres, boucs et bouquetins. On se croirait très loin de Paris, à la campagne. Les enfants sont ravis, les adultes aussi. Nous avons fait une belle et saine promenade comme je les aime tant.

mercredi 7 novembre 2018

Balade au Hameau de la Reine

DSC04104

Nous avons profité du premier des dimanches de gratuité basse saison à Versailles pour aller voir et revoir le Hameau de la Reine après travaux. Les travaux ont été d’envergure et quelques bâtiments ont retrouvé lustre et pimpant. Cependant, une autre campagne sera certainement nécessaire car la ferme souffre des outrages du temps. Dommage, en route, le ciel s’était voilé. Cependant, le Hameau dans son écrin nature paré des couleurs de l’automne est toujours aussi enchanteur et charmant.

DSC04108

DSC04119

DSC04124

Savez-vous planter les choux, à la mode, à la mode ?

DSC04123

DSC04135

ferme trianon

DSC04095

Nous avons profité du premier des dimanches de gratuité basse saison à Versailles pour aller voir et revoir le Hameau de la Reine après travaux. Les travaux ont été d’envergure et quelques bâtiments ont retrouvé lustre et pimpant. Cependant, une autre campagne sera certainement nécessaire car la ferme souffre des outrages du temps. Dommage, en route, le ciel s’était voilé. Cependant, le Hameau dans son écrin nature paré des couleurs de l’automne est toujours aussi enchanteur et charmant.


jeudi 20 septembre 2018

LAISSE LES GONDOLES à VENISE

DSC03143

Versailles, son château et Latone vus depuis le Grand Canal. Attention, accès réservé à ceux qui ont acheté un billet en dépit des Journées Européennes du Patrimoine. Un peu rageant tout de même mais, peut-être faut-il payer les salaires de ces personnes qui, une pince au bout d'un manche, ramassent sur les pelouses, canettes, papiers gras et détritus divers et variés. Autrefois, on respectait le lieu et les parterres restaient propres. Même ressenti qu'à la Rochelle devant ce touriste qui dégueulasse tout et ne respecte rien.

DSC03144

DSC03135

DSC03137

Même la Petite Venise n'a plus son charme d'antan. On fait, à présent, de l'aviron sur le Grand Canal. A la vitesse où ces sportifs vont, çe devient dissuasif de louer une barque à 17€ de l'heure juste pour flâner. Le sifflement des rames fendant l'eau, affûtées comme des sabres est stressant pour qui veut canoter tranquillement. Allez, laisse les gondoles à Venise me suis-je dit avant de rebrousser chemin vers le centre ville pour aller voir autre chose.

DSC03126

DSC03123

DSC03129

DSC03130

Petit et Grand Trianon, peinards dans la lumière du levant, avant les invasions barbares. Rentrer tranquille, le long d'allées où les touristes passent peu et donc vierges de tout déchet. Mes filles m'ont conseillé de prendre, l'heure de la retraite de Jules sonnée, la carte d'abonnement duo à 80€ l'année. Je refuse et puis dans quelques mois, je vais avoir d'autres chats à fouetter et d'autres priorités. Ce ne sont pas mes premiers adieux à la Reine. Comme à chacune de nos querelles, nous finirons par nous réconcilier...

mercredi 19 septembre 2018

UNE HALTE au BALBI

DSC03193

Une halte au Balbi pour casser le rythme martial de mes billets, cette semaine. Je voulais la Pièce d'Eau des Suisses et Jules la tranquillité de ce jardin mitoyen du Potager du Roi. C'est la place de stationnement trouvée au plus près qui a joué les juges de paix. Entre les Journées du Patrimoine, les touristes ordinaires et les sorties de messe, pas évident de trouver à loger sa voiture sans descendre au parking, ce dimanche.

DSC03182

DSC03185

DSC03187

DSC03190

DSC03192

Je ne sais pas si c'est la sécheresse de l'été ou cette arche en forme de bateau retournée qui n'est plus dans cette prairie, mais j'ai trouvé au Balbi quelque chose de changé. N'empêche, il était temps que nous finissions nos sandwichs façon pan-bagnat maison car une meute de jeunes loups est arrivée, à peine avions-nous fini de déjeuner. Louveteaux et jeannettes allaient se partager le terrain pour leurs jeux de plein air, un peu d'un autre temps... Oui, c'est aussi ça Versailles...

Posté par Armelle-L à 06:25 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 17 septembre 2018

SYMPHONIE PASTORALE

DSC03112

On ne va pas se mentir. Ce ne sont pas les moutons de la Grande Prairie qui vont redynamiser mon blog. Je crois que je m'en fiche. Ce blog a du mal à faire sa rentrée. Symphonie pastorale dans un cadre bucolique que le monde entier nous envie mais, qui a cette heure dominicale matinale, appartient encore aux promeneurs avec ou sans chien et aux joggeurs. L'été se termine. Chaleur et sécheresse n'ont épargné personne, pas même Versailles et la Grande Prairie est grillée comme partout ailleurs.

DSC03115

DSC03117

DSC03119

DSC03120

Rentrée affûtée de mes longues marches du côté de la Rochelle, je me suis à nouveau encroûtée dans mon quatrième étage avec terrasse et vue sur la Tour Eiffel. Je me suis donc offert une saine promenade en allant a pied du marché au Petit Trianon puis, au Grand Trianon avant de filer vers la Petite Venise. Ensuite retour vers la case départ. Journées du Patrimoine obligent nous avons choisi le thème militaire proposé, cette année,  par la ville de Versailles. Direction donc la Caserne de Croÿ et le plateau de Satory. Intéressant et loin des foules.

lundi 20 août 2018

MORDORE(E) - PUZZLE #15#

l'été en pente douce

Difficile d'exprimer avec des mots ce que cet adjectif réveille en moi. Adjectif d'une couleur brune, dorée et ambrée expliquée par une maîtresse d'école primaire, au détour d'une lecture, Colette, je crois. Impossible d'exprimer dans la page d'un billet, ce sentiment ressenti, mélange subtil de félicité, de sérénité et de promesses à peine murmurées sous la lumière, à la mi-août sous le ciel de Versailles. Lumière mordorée entre la cîme des platanes dont les feuilles se ramassent déjà à la pelle sur les trottoirs des avenues. Canicule et sécheresse ont sévèrement oeuvré, cette année, sans réussir à altérer, la poésie du chant du cygne de l'été.

Comme chaque année, à cette période précise, nous avons fêté l'anniversaire de Papa au Boeuf à la Mode, sa cantine, désormais. Oublié le Petit Marquis pourtant proche. Depuis mon initiation niçoise, me voici devenue accro au Spritz... à la robe orangée-mordorée. J'ai aimé le foie de veau et sa purée maison digne du regretté Joël Robuchon. En dessert, un baba. Monsieur a sacrifié à la spécialité maison, "l'incontournable ile flottante" servie à volonté avec son broc de crème anglaise. Les pommes, aussi, ont commencé à tomber dans les allées des Carrés Richaud. Versailles, au mois d'août, sous sa lumière mordorée... Bonne semaine à vous.

vendredi 22 juin 2018

UN PEU de TOUT, BEAUCOUP de RIEN #5#

DSC03161

Détail architectural d'une maison bourgeoise sur le boulevard de la Reine à Versailles. Dans ma ville, ces belles maisons sont démollies pour laisser place à du béton. C'est crève-coeur et révoltant. En place  de ces bâtisses élégantes, on érige des immeubles sans âme qui, dans quatre ans, comme celui où  je vis, accuseront, déjà, les outrages du temps. Le grand froid et les pluies diluviennes, chez moi, ont mis à nu les fers à béton et soulevé les dalles de la terrasse. Force est d'admette qu'on savait mieux bâtir autrefois que maintenant.

versailles

J'ai besoin, une fois par semaine, d'aller à Versailles pour reprendre ma respiration. On n'est pas obligé d'aller au château, en cette saison, asphyxié par le tourisme de masse. Le centre ville est si agréable avec ses accents quasi provinciaux. On a, parfois, du mal à s'imaginer à seulement 18 km des portes de Paris. Pour s'en convaincre, il suffit de se poser en terrasse sur la place Charost. On se croirait dans un village. Comme le quartier de Montreuil, c'en était un, autrefois. Celui de Bel-Air. Acheter du pain bio chez ce petit nouveau, le Pain Journel, qui a une côte ascendante. Il parait qu'il est fort bon.

DSC03165

J'attends la quille et, comme un prisonnier dans sa cellule de prison, je barre les jours sur un calendrier jusqu'au 1er octobre. A cette date précise, Jules sera officiellement à la retraite. Vivement. Se dire pour se donner du courage que nous ne passerons pas les fêtes de fin d'année à la même adresse. En attendant, offrir ces fleurs baignées d'une douce lumière, sur le marché aux fleurs, à Nelly pour son bouquet du vendredi et vous souhaiter bon weekend.