jeudi 25 juin 2020

Un peu de tout, beaucoup de rien #42#

La semaine dernière, nous sommes partis sur un coup de tête tuer deux jours en Normandie et visiter des maisons. Sur le chemin du retour, au Mêle sur Sarthe, nous avons pris notre premier café post-confinement en terrasse. J'en ai profité pour acheter des rillettes médaillées d'or. C'est joli la Normandie mais au moins cette virée m'a-t-elle convaincue de persévérer dans mes recherches à l'est de Paris. Même si les paysages supportent bien le gris et la pluie, il me manquait quelque chose. La lumière de la Brie. J'étais donc... [Lire la suite]
Posté par Armelle-L à 07:11 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

vendredi 12 juin 2020

Camping Paradis

Si, si, c'est bien moi fière comme un paon dans mon bateau Fina. Bateau gagné à force de points et pleins de carburant par mon père que je soupçonne d'avoir graissé la main du pompiste pour arriver à ses fins. Camping paradis où nous passions tous les ans nos vacances au bout du monde, les pieds dans l'eau, dans le Finistère. Camping où  j'aurais du partir, ce matin, passer deux semaines de vacances bien méritées. Hélas, le Covid-19 en a décidé autrement. Mon séjour a été annulé, de plein droit, bien en amont de la date du... [Lire la suite]
Posté par Armelle-L à 07:38 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 8 juin 2020

Vivement dimanche prochain

Rien à voir avec le canapé rouge de Michel Druker mais dimanche, en contemplante ces chaises abandonnées au bord du Grand Morin sous les arbres du parc des Capucins, j'ai songé vivement dimanche prochain. En ce moment, rien n'est facile et chaque jour s'acharne à nous apporter son lot de difficultés à contourner ou surmonter administrativement parlant. Ceci au point que nous regrettons le temps mort du confinement. Il nous faut avancer et faire front. Depuis mi-mai, chaque dimanche soir, j'ai l'impression de plonger dans un grand... [Lire la suite]
Posté par Armelle-L à 07:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 4 juin 2020

Quid novi ? #3#

Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux. Mardi, j'ai échappé à la règle. Je ne me suis pas précipitée pour boire un café en terrasse. Il faisait chaud et je ne suis sortie qu'au parc, tard dans l'après-midi. J'ai regretté le confinement car la nuit a été bruyante. Ce bourdonnement d'insectes nuisibles réduits au silence plus de deux mois durant me fait réaliser à quel point les soirées d'été, s'il fait beau, vont peut-être me faire regretter ma maison en rase campagne. Jamais contente. Je sais... J'ai aimé m'asseoir sur ce banc... [Lire la suite]
Posté par Armelle-L à 07:09 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 28 mai 2020

Quid novi ? #2#

Terminer le mois de mai avec la prison-bibliothèque qui a été le totem de mon journal de confinement et qui a rouvert ses portes aux publics avec précautions. Je précise car je me suis pris une volée de bois vert sur Instagram à ce sujet. Commande d'ouvrages en ligne ou par téléphone à partir du catalogue, remise à l'accueil et restitution dans la boite à l'extérieur du site. Dingue comme une mauvaise ambiance règne sur les blogs et les réseaux sociaux depuis le déconfinement. J'ai parfois envie de mettre la clé sous le paillasson.... [Lire la suite]
Posté par Armelle-L à 07:27 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 12 mai 2020

Avancer dans le brouillard

Ironie du ciel, le déconfinement est arrivé avec le retour des pluies et du froid. En un mot, les Saints de Glace. Calendrier habile. Ces pluies torrentielles ont de quoi doucher les ardeurs. C'est bien ainsi. Continuer à faire attention est impératif. C'est drôle, il fait moche, il fait frisquet mais je me sens guillerette et cela n'a rien à voir avec la levée de certains de nos interdits. En regardant le Grand Morin charrier la boue après les orages et dans la brume, je me sens libérée d'un poids. Libérée d'avoir enfin terminé le... [Lire la suite]

mardi 5 mai 2020

Des souvenirs et des regrets, aussi

C'est un bistrot situé à l'angle de la rue Saint Maur et celle de la Fontaine au Roi que j'ai beaucoup fréquenté. Au comptoir pour un café vite-fait, dans la salle où j'ai découvert ce que voulait dire "bristronomie" et au fond, dans un corner, dans de vieux fauteuils au cuir craquelé et patiné où j'ai refait le monde avec un vieux pote de passage. Le monde, le notre, celui de notre microcosme professionnel et des oreilles ont du siffler. C'était au temps de ma petite entreprise dont les locaux étaient non loin. Des souvenirs et des... [Lire la suite]
vendredi 27 mars 2020

Coucous

Coucous au bord du Grand Morin. J'avais en tête des mots polémiques que je n'écrirai pas. Rien directement contre celles qui me lisent quotidiennement mais l'envie de moquer toutes celles et tous ceux qui avaient jeté leur blog aux orties en faveur d'Instagram et qui viennent de retrouver le chemin de leur espace personnel pour tenir leur journal de confinement. Il faut bien tuer et conjurer ce temps devenu trop long depuis leur fenêtre ou leur balcon. Dire aussi que je ne participe plus collégialement au bouquet du vendredi car,... [Lire la suite]
Posté par Armelle-L à 07:05 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 21 mars 2020

Confinement au bord de l'eau

Où je vivais auparavant, il n'y avait rien à faire, rien a voir. Autour c'était les corbeaux qui croassent et la Beauce. Hormis pour les courses alimentaires au Markett a cinq kilomètres de ce que je qualifiais de tombeau, nous vivions déjà en vase clos. Cinq longs mois a regarder tomber la pluie et écouter hurler le vent avec des coupures électricité et internet quasi hebdomadaires les derniers temps. C'est pour cette raison que nous avons déménagé. Alors ce confinement au bord de l'eau, en périmètre de notre nouvelle maison, nous... [Lire la suite]
Posté par Armelle-L à 07:12 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 19 mars 2020

Un peu de tout, beaucoup de rien #40#

Coulommiers, avant le confinement, avant l'interdiction de se promener librement en regardant le nature s'éveiller à l'approche du printemps. L'ile du Parc des Capucins, ce jour là, était fermée au public non pour cause de coronavirus mais pour laisser, simplement, les cygnes s'accoupler. Le ciel était limpide. Hélas, il n'allait pas tarder à se charger de lourdes menaces pour ceux épris de liberté. Nous avons déménagé d'extrême justesse. A quelques jours près, nous restions dans notre campagne. Peut-être cette période... [Lire la suite]