<$CBTagMedias$>
dimanche 22 mars 2020

Tous les jours, dimanche... jusqu'à quand ?!

PhotoCollage_1584261017291

Dimanche dernier, dimanche d'élections municipales, il a fait beau. Sur le marché de Coulommiers, peu de monde. Les distances de sécurité contrairement aux marchés parisiens étaient largement respectées. Malgré le ciel bleu et la douceur des températures, il flottait sur la ville, un silence glaçant. Des gâteaux gourmands chez le boulanger, des fraises aux étals, des jonquilles en bouquets. Hélas, rien n'y faisait. On ne parlait que de coronavirus et de cette annonce, la veille au soir, du premier ministe, à savoir la fermeture des bars, restaurants et commerces non indispensables à la vie quotidienne. Et encore, le pire restait à venir avec cet annonce de total confinement tombée, lundi soir, des lèvres du président Macron après maintes circonvolutions autour du premier tour des élections municipales. Ceci avant d'entamer sa longue complainte sur la nécessité de nous enfermer tous à domicile. Je me suis exprimée, ici même, sur ma difficulté à être cloisonnée chez moi et ces mesures commencent à me miner très sérieusement. Je ne peux même pas dire, je vais filer au bout du monde puisque la planète entière est soumise à la même punition. Dimanche, oui et alors puisque depuis mardi midi, c'est tous les jours dimanche. Jusqu'à quand ?!


dimanche 15 mars 2020

Fermeture sinon ça sera une boucherie...

IMG_20200307_103253

En clair et sans décodeur, c'est un peu le message qu'Edouard Philippe, premier sinistre, a voulu nous faire passer, hier soir à l'heure de l'apéro. Françaises et français vous vous aimez trop. Vous vous embrassez trop. Prière de rester chez vous jusqu'à nouvel ordre pour cause de Covid-19 galopant. Sinon, le virus fera une boucherie. L'Etat s'occupe de tout. Je me demande comment les services en charge des dossiers de chômage partiel et d'arrêts maladie à outrance vont gérer la crise et indemniser en temps et en heure chaque citoyen qui en fera la demande par lui-même ou via son employeur. Parce que pour le reste, on s'organisera. Voir rouge, aussi, ce matin alors que les élections municipales ont été maintenues. N'allez plus au bistrot, ni à la messe, ce dimanche, mais rendez-vous au bureau de vote. Personnellement, ça me laisse perplexe. A regarder la photo de cette boucherie à la devanture pimpante et vintage dans les rue de Chartres, je me dis que certains clichés dont sur l'instant on ne sait que faire, tombent à pic pour illustrer une actualité impromptue. Prenez soin de vous et de vos proches. Bon dimanche malgré tout.

mardi 28 janvier 2020

Nouvel an chinois à Paris (janvier 2012)

P1280019

Photo souvenir pleine de sens avec les festivités du nouvel an chinois sur le parvis de la Mairie de Paris en 2012. Dragon rouge avec pour toile de fond Notre Dame et sa flêche sur un ciel gris de janvier très Paname. Je n'ai pas grand chose à vous raconter depuis ma cambrousse perdue dans le brouillard. Alors travelling arrière sur ce défilé d'il y a huit ans, quasi jour pour jour. Ceci aussi, puisque que les festivités parisiennes autour du nouvel an chinois ont été annulées pour cause de coronavirus.

P1280031

P1280005

P1280006

P1280011

P1280047

P1280028

P1280007

Se souvenir, également, du Paris de Bertrand Delanoë, beaucoup plus sympathique que le Paris de Madame Hidalgo avec son coeur devenu vitrine pour les enseignes de luxe et sa périphérie où la misère pullule telle la Porte d'Aubervilliers où le campement de migrants est de plus en plus dense en bordure de périphérique et où, au feu rouge, tous ces miséreux se plaquent aux capots et aux vitres des voitures pour mendier un peu de monnaie. Affolant et effrayant car la crasse des lieux est un vivier épidémique. En bref, une capitale qui se vide de sa sève et, où je n'ai plus du tout envie d'aller pour me promener simplement. Hélas, je pense que la Reine faute de concurrents forts sera reconduite sur son trône pour six ans encore... 

jeudi 7 novembre 2019

Versailles en vrac - Ma Pauvre Lucette

FullSizeRender6

Versailles, un jour de novembre. L'avenue de Saint Cloud, "ma plus belle avenue du monde", a revêtu ses habits d'automne. Je crois que Versailles est la seule ville à ma connaissance à conserver son charme sous la pluie. Je suis chauvine, je sais. Je suis versaillaise, fille et petite fille de et non, néo-versaillaise comme se gargarisent ceux qui y vivent désormais, Julie Andrieu en tête, s'arc-boutant de toutes leurs forces pour tenter de dépoussiérer la ville sans lui ôter la patine qui fait son attrait. L'exercice est ardu.

Toussaint Versailles

Où je m'aperçois que cet homme en train de photographier comme moi les chrysanthèmes du marché aux fleurs n'est autre que François de Mazières, maire de Versailles. Il n'est pas "vrai versaillais" mais il n'est pas néo-versaillais non plus. Disons, qu'il doit son statut et sa popularité à Francis Perrin quand ils ont donné vie, ensemble, au fameux Mois Molière. A le regarder, je me demande s'il sera réélu aux prochaines élections municipales car les néo-versaillais sont pour la plupart "en marche" pour le "détrôner".

FullSizeRender8

Certaines enseignes locales comme le Chien qui Fume ou le Chat qui Prise ont la vie dure. Jusque quand car la Marée de Versailles a cédé sa place à Lucette, bistro de la mer ou sea food pour faire mieux. J'ai regardé la carte. Bof. Et puis les influenceuses versaillaises, telle la Marquise, n'en ont pas encore parle dans leur blog. Ce n'est pas bon signe ma Pauvre Lucette car la Marquise fait et défait les réputations.

versailles toussaint 2

FullSizeRender

J'étais là pour aller fleurir la tombe de ma grand-mère. C'est ainsi que j'ai découvert une des fresques peintes sur les pignons de Jussieu, cité HLM versaillaise. On  y circule tranquille et la ville fait ce qu'elle peut pour maintenir du lien entre le coeur historique et ces quartiers excentrés. Ce qui me fait mal, c'est l'état des grilles du château en bas des cent marches, côté Pièce d'Eau des Suisses. C'est de mal en pis. Même Versailles souffre du manque de deniers pour conserver son panache. C'est comme ça, que veux-tu ma pauvre Lucette !

à la Marée de Versailles - La Stylettante

Ces photos ont quelques semaines puisqu'elles datent de notre anniversaire de mariage. A la faveur d'une réduction sur le site la Fourchette, j'avais réservé dans cet incontournable restaurant autour des halles du marché Notre Dame à Versailles.

lundi 11 mars 2019

Dimanche, jour de marché

123008080

Aujourd’hui, nous aurions du aller à Versailles pour le Salon du Vinyle d’une part et d’autre part, pour faire notre marché. Et puis… Il pleuvait, le vent cornait et le marché Notre Dame ne m’attire plus autant depuis quelques mois. Déçue à plusieurs reprises sur les prix et sur la qualité, j’ai pris l’habitude d’aller aux Jardins du Mesnil au Mesnil le Roi acheter fruits et légumes. Sur le parking, on trouve aussi un excellent boucher et un bon boulanger. Le parking est gratuit. Pourquoi faire plus de kilomètres pour dépenser plus. Hier, je suis tombée sur de vieilles photos du marché de Versailles. On trouve de moins en moins d’étals aussi bien présentés. Business is business de plus en plus. J’ai donc changé de crèmerie au propre comme au figuré. Bientôt les municipales et Versailles a besoin de se faire battre la coulpe et qu’un peu de sang neuf ne lui nuirait pas. C’est mon humble avis. Cependant, mon rêve est ailleurs et j’y cherche toujours une maison…

Posté par Armelle-L à 09:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,