<$CBTagMedias$>
jeudi 18 avril 2019

* Le Fournil de Maisoncelles *

le fournil de Maisoncelles

Trente ans que je fréquente cette pizzeria au milieu de nulle part. Ou plutôt si au beau milieu des champs de blé et de colza, aux quatres vents du plateau briad. Pour la trouver, il faut quitter les grands axes pour se perdre sur une route qui serpente de Coulommiers à Meaux ou inversement. Et attention, à ne pas rater l'entrée du parking dans un virage. Le Fournil de Maisoncelles en Brie affiche, désormais crânement sur un panneau, qu'il régale ses clients depuis 1985. Ma première fois remonte à novembre 1988. Depuis trente ans, il est vivement recommandé de réserver sa table car c'est toujours complet alors que cette pizzeria ne se nourrit d'aucune publicité. Le bouche à oreille a depuis fort longtemps oeuvré pour sa réputation.

On a grisé les poutres et le pizzaiolo a changé mais l'ambiance familiale, chaleureuse et les pizzas généreuses demeurent sans faillir. Nous avons fêté là, dimanche, notre anniversaire de mariage avec un peu d'avance. J'ai opté pour la Briade avec ratatouille maison et Brie pour rester régionale. Jules s'est régalé d'une Troyenne avec andouillette, pommes de terre et jambon. Pour le dessert, j'ai dépassé mes limites car j'ai voulu tester cette glace aux macarons de Voulangis - Voulangis étant un hameau proche sur la commune de Crécy la Chapelle - Glace et macarons sans gluten, ni conservateur, un vrai régal que Jules a du finir car je n'en pouvais plus. Nous sommes repartis comme toujours depuis trente ans que ça dure, heureux et repus !

* Le Fournil de Maisoncelles - Ferme de Montgodefroy - 77580 Maisoncelles en Brie - Tél. 01.60.25.70.17


lundi 15 avril 2019

Foire aux fromages de Coulommiers (édition 2019)

DSC04714

Le Brie de Meaux, bien loin du quart pasteurisé que vous achetez, peut-être, au supermarché est une affaire sérieuse. Il est régit par des règles strictes pour briller et sa Confrérie vieille de douze siècles d'une histoire riche veille au respect des traditions. Chaque année, lors de la Foire aux Fromages de Coulommiers, à l'issue d'une cérémonie les meilleurs sont médaillés. On ne commence donc pas à arpenter ce salon sans passer par le stand où on est invité à goûter le médaillé d'or de l'année. Je ne suis pas experte mais je lui ai trouvé un agréable goût "fleuri" et "printanier".

FF1

FF2

Si pour cette édition, la région Hauts de France était invitée d'honneur, j'avoue ne venir à Coulommiers que pour le "locavore" à savoir ces artisans locaux qui me régalent depuis près de 30 ans. Non, je ne suis pas que versaillaise car j'ai vécu plus d'un quart de siècle en Brie et j'apprécie ce terroir. J'ai acheté du Coulommiers médaillé d'or 2019 chez Rouzaire et pour aller avec la tige au Brie de chez Mouilleron. J'ai visité le stand du miel Véron dont je n'ai jamais retrouvé l'équivalent même plus cher et en pot de verre. Sinon, intense découverte gourmande chez ce glacier de May en Multien, les 3 Givrées dont les glaces sont à se rouler parterre. J'ai, bien sur, fait provision de mes macarons de Réau au coquelicot de Nemours.

DSC04729

FF3

Mini salon de l'agriculture pour mettre en valeur le travail des éleveurs de bovins et autres

DSC04712

S'il faisait frisquet, le ciel était bleu au-dessus du pays briard et nous avons eu l'heureuse idée d'arriver tôt. Quand nous sommes repartis, la file de voitures garées sur les bas-côtés de la RN34 s'étendait jusque Mouroux. Un coup d'oeil à mon très cher Grand Morin car je doute revenir avant quelques temps puisque nous avons trouvé une maison dans un tout autre coin. A moins que... cette maison qui nous plait tant vient de voir son prix de vente revu à la baisse et sur ce marché du terroir, nous avons aussi trouvé nos renseignements pour l'installation d'une chaudière bio-masse. Le coup de pouce énergétique à raison de 2500 ou 4000€ selon le revenu fiscal et les moins 30% sur les installations ne seront valables que pour cette année. Affaire à suivre par conséquent...

mercredi 22 août 2018

RETOUR aux SOURCES

DSC03611

Si vous me suivez depuis longtemps, vous connaissez mon attachement au Grand Morin, maintes fois photographié à Crécy la Chapelle dite la Venise Briarde. Cet enfant terrible de la Brie, torrent de plaine fougueux parfois, joyeux le plus souvent, fait partie depuis belle lurette de mon paysage. Il m'a toujours enchanté, allez savoir pourquoi ! Il prend sa (ses) sources à Lachy en Champagne avant de dévaler 118 kilomètres pour se jeter corps et âme dans la Marne qui, dans ses eaux profondes l'entrainera jusque Paris.

DSC03613

DSC03614

DSC03617

Un bail que je n'étais pas venue me promener à Lachy. J'ai toujours adoré cet endroit où, entre les ronces et les mûriers en amont du village, on entend gazouiller, le bébé de rivière. Plus bas, dans le bourg à côté de ce lavoir, il devient comme un jeune chiot. Plein de vie, il s'ébroue et fait déjà parler de lui. En parlant de chiot, le boxer anglais de ma fille a pris son premier bain d'eaux vives précisémment là. Bien baptisé, on dirait puisque ce chien devenu vieux avec toutes les fragilités de sa race conserve allant et tonicité.

DSC03618

DSC03619

DSC03609

DSC03608

On dirait que sur les arbres, aussi, le philtre de jouvence agit car c'est la première fois que je remarque les arbres remarquables qui jalonnent les rives. Retour aux sources.  Jules en a fini, enfin, aves ses vélléités de départ en Bretagne. La Bretagne, en touriste pour moi. Je ne m'imaginais pas y vivre du tout. Hier, nous avons visité une maison, dans le coin, ci-dessus, aux accents "très versailles" dont nous faisons une contre visite demain avant de partir en vacances. Pour nous, le philtre serait plutôt ce "petit vin de pays" à la renommée sans limite appelé Champagne puisqu'il s'agit d'une maison de vigneron... Affaire à suivre à la rentrée ! Photo ci-dessus de la charmante école des filles du village située rue des sources comme il se doit.

mardi 21 août 2018

NOUS AVIONS TANT à PARTAGER...

brie

La Brie, le Brie, ce cher Grand Morin, les niflettes à la Toussaint, la confiture de fraise maison, les fleurs au jardin. Cette lectrice de mon blog depuis tant d'années et moi-même avions tant à partager qu'il était évident que nous devions, un jour, nous rencontrer au-delà de l'écran de nos ordinateurs respectifs. C'est ainsi que nous avons partagé un déjeuner estival et champêtre, au fond de son superbe jardin avec vue sur le Grand Morin, tranquille, en cette saison. Le temps a passé vite à papoter de choses et d'autres. Le soleil se couchait, incandescent, sur le pays Briard quand nous avons repris la route pour Paris. J'espère trouver vite une maison pour rendre à cette amie son invitation car je n'imagine pas, un instant, la convier dans ma banlieue. Du reste, ce matin, nous voici repartis, cap à l'est, pour visiter deux biens très différents. Ne dit-on pas que les voyages forment la jeunesse ? Bonne journée à tous et merci pour votre fidélité à ce blog ! 

Posté par Armelle-L à 08:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 16 août 2018

LA MARINIERE HIPPO COMPATIBLE

DSC03561

Une marinière, encore. L'avant dernière de la saison. Je suis marinière addict. C'est chic, c'est sobre, c'est classe et décontracté, tout à la fois. Celle-ci, beige et blanche dans un sympathique jersey de chez Tissus.net est "hippo-compatible". Je l'ai étrennée, hier, en compagnie de Cheyenne, derrière moi et du cheval à la coupe de crinière bicolore, particulièrement sophistiquée, ci-dessous, sa couleur de robe raccord à ma tenue.

DSC03563

DSC03564

DSC03560

C'est encore un patron de tee-shirt Knipmode ou Fashion Style puisqu'il s'agit là du magazine, en français, d'août 2016. Il est d'une simplicité biblique à réaliser et je gage qu'à l'avenir mes tee-shirts vont être cousus maison puisque ceux du commerce sont tous trop longs pour ma hauteur de buste. J'ai juste retiré un centimètre de la largeur d'épaule sur une taille 38. 

chien d'août 2018

Ca se passait à la Ferté Gaucher (Seine et Marne) à l'occasion de la fête du Chien d'août qui a lieu tous les ans, le 15 août. Je ne vais pas vous en faire un fromage car, sincèrement, cette 19ème édition m'a déçue. Je n'ai pas retrouvé l'atmosphère euphorique et festive des autres saisons. Entendu la boulangère dire que le directeur de la manifestation avait changé et que le tarif du linéaire pour les stands passé de 4€ à 10€ du mètre. Assez pour faire reculer les exposants. Néanmoins, pour les enfants, c'est plutôt sympa car tous les animaux de la ferme sont présents et ils peuvent s'initier au cheval, à l'âne ou au poney. Sinon, ce Brie noir que vous avez plébiscité sur Instagram mais je préviens pour en avoir goûté une seule fois... ça déchire ! Prévoir le bonbon menthol dans la foulée pour éclaircir votre gosier...

lundi 2 juillet 2018

UNE MARINIERE, ENCORE !

DSC03318

Oui, je sais, rien de très original avec une marinière, encore ! Patron personnel, arrangé à ma sauce à partir du haut d'une robe que j'aime bien. C'est pratique, une marinière. Ca va avec tout, ça va n'importe où, toujours avec bon goût. Manches courtes, rayures bleues et blanches, dans un jersey un peu loose mais, de bonne qualité quand même, acheté en ligne chez Rascol.

marinière lumigny

DSC03314

Ma seule difficulté a été l'encolure. Si je ne suis pas novice, je ne suis pas bonne technicienne, non plus. Le tissu s'il est agréable à porter par ces fortes chaleurs, est "mou". J'ai donc pris parti de coudre un biais en coton blanc. J'étais déçue car ça fronçait un peu mais finalement, le fer à repasser est venu à bout de ce léger défaut. Voici un bon basique à renouveller.

chez yuelu

Photos prises, samedi, en Seine et Marne. Celles du dessus, auprès de mon arbre, marronnier remarquable à Lumigny-Nesles-Ormeaux. Auparavant, nous étions allés nous restaurer à Coulommiers, dans ce restaurant asiatique que nous connaissons depuis longtemps. Il a eu des hauts, il a eu des bas mais c'est un peu notre madeleine de Proust et c'est climatisé. J'ai adoré ce cocktail sans alcool dit "royal blue" avec de l'eau de cactus et du gingembre. C'était très désaltérant. Sinon, nous avons souri car, au buffet, il y avait du Coulommiers histoire de ne pas oublier que nous sommes en Brie. Seul bémol de ma journée, j'étais has-been en marinière. Toutes les dames étaient en robe longue à fleurs ! J'ai donc noté de m'en faire une, impérativement, avant de partir en vacances.

lundi 11 juin 2018

RAMENE ta FRAISE !

DSC03109

Le matin, nous nous étions levés dans un brouillard épais, poisseux, posé sur la ville. Nous avions prévu, pourtant, d'aller à Lumigny (Seine et Marne) cueillir des fraises pour faire les confitures demandées par les enfants et Petit Poucet maintenant qu'il est grand. On annonçait des orages et j'avais peur d'affronter (encore) les embouteillages. C'est un coup de fil de ma mère qui m'a jeté, de rage, sur la route. Elle a pollué ma journée avec un fait divers, certes tragique mais auquel je ne peux rien même s'il s'est produit dans ma ville. J'ai eu d'un coup besoin d'air et de verdure. J'ai dit à Jules, ramène ta fraise, nous partons !

DSC03111

DSC03119

Dans cette cueillette tout est sujet à tentation. J'ai limité la surchauffe du porte-monnaie et je m'en suis tenue, sagement, à mes quatre kilos de fraises, de la rhubarbe et trois magnifiques salades. Du jus de pommes local, aussi, à la ferme à côté et tant que j'y étais du miel de la Brie et des sachets de poudre à flan de l'Abbaye de la Coudre que je ne trouve plus au Monoprix. 

weekend fraises

DSC03107

DSC03121

Je n'ai pas cueilli de fleurs. Il faisait trop lourd, trop chaud d'un coup et, nous avions déjà essuyé pas mal d'embouteillages sur l'A86 à l'aller. J'attends les glaïeuls de plein champ. Ils ne tarderont plus et nous serons en été. Avec un peu de chance, les routes seront moins encombrées. Heureuse de lire que cet endroit que je fréquente depuis un quart de siècle se convertit, gentillement, au bio.

DSC03098

Quitter, à regret, ce coin de la Brie que je chéris tant pour rentrer dans ma banlieue en empruntant, cette fois-ci, le bon vieux périphérique parisien, au sud, car au nord, il était saturé. Nous avons bien roulé et, de retour assez tôt à la maison pour transformer un peu de ma rhubarbe en tarte dominicale. Les fraises se sont sagement conservées au frais jusqu'au lendemain. 

jeudi 7 juin 2018

VENT D'EST, VENT D'OUEST

DSC02998

Vent d'est, vent d'ouest et ce n'est pas du Pearl Buck. C'est un livre que je relirai volontiers quand j'aurai trouvé cette satanée maison. Toute la semaine dernière, convaincus qu'il nous fallait rester à l'ouest pour être plus proches des enfants et des mes parents, nous avons écumé les sites d'annonces immobilières. Nous avons, certes, vu de beaux biens sauf que le coeur et la raison font rarement bon ménage. Samedi, nous sommes donc repartis à l'est de Paris dans cette Brie qui comme l'a dit un certain Philippe Bouvard, originaire du coin : "cette terre, on s'y attache tellement qu'elle colle aux godasses !" 

lescherolles

DSC03003

Cette fois-ci, ce sont trois maisons que nous avons vues. Non, pas celle ci-dessus avec son beau portail ourlé de roses mais, dans ce ravissant village, une longère charmante lestée d'un droit de passage rédibitoire pour nous. Ensuite, nous avons visité une bourgeoise en centre ville, confortable mais, sans âme et une troisième d'où je suis ressortie en courant. Têtus comme ces ânes croisés au détour d'un chemin, nous sommes. Nous savons bien qu'il nous faut sortir de nos sentiers battus, chercher ailleurs, à l'ouest, car force est de constater que rentrer vers Paris via l'A4 tient du parcours du combattant. Nous craignons que cela décourage nos filles de venir nous voir le weekend. Oui, il faut réfléchir à tout quand on achète une maison !

* Fleurs et cerises que j'offre à Nelly si elle m'accorde cette dérogation du jeudi pour son bouquet du vendredi...

Posté par Armelle-L à 06:39 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 1 novembre 2016

Niflettes maison

N1

Qui dit Toussaint pour les briards, dit niflettes. Briarde de coeur depuis longtemps, hors de question de passer à côté de cette tradition qui remonte au moyen âge. Dimanche, à potron minet, changement d'heure aidant, je me suis lancée dans la réalisation de ces petits gâteaux ronds garnis de crème pâtissière parfumée à la fleur d'oranger. J'ai déjà maintes fois raconté l'histoire des niflettes. A la Toussaint, du côté de Provins, les gens d'église partaient à la rencontre des orphelins leur porter ces petites douceurs en disant ne flete, ne pleurez pas en latin, d'où ce nom.

N2

N3

J'avais trouvé, la veille, un lot d' emporte-pièces de taille idéale chez les Soeurs Grene à pour découper des disques de pâte feuilletée et confectionner des niflettes maison. La recette n'est pas difficile pour peu que vous sachiez préparer la crème pâtissière. Là, est mon talon d'Achille. Voici la marche à suivre. Dérouler les deux rouleaux de pâte. Avec le plus grand des emporte-pièces tailler des disques. Sur le second pâton, découper les mêmes disques dont vous percerez le centre avec un diamètre inférieur. Coller les deux cercles. Au centre, déposer de la crème pâtissière à la cuillère ou à la poche à douille. Dorer la pâte. Enfourner, thermostat 180° durant, environ, 20 minutes. Saupoudrer de sucre glace. Se déguste tiède avec du café, du thé ou du chocolat. Délicieux et réconfortant en cette saison. Et parce que je déteste jeter, surtout quand il s'agit de charité, j'ai fait une seconde fournée, plus petite, avec les chutes. Ne flete en ces fêtes de Toussaint !

Posté par Armelle-L à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,