<$CBTagMedias$>
jeudi 3 octobre 2019

Le Château de Champs sur Marne

DSC05609

Depuis se rénovation, je n'étais pas retournée voir le château de Champs sur Marne. J'ai profité des journées européennes du patrimoine et du beau temps pour visiter appartements et jardins de ce petit bijou architectural. Le ciel était d'un "bleu Pompadour" que la célèbre favortie de Louis XV qui aimait tant résider là, n'aurait pas boudé. Elle et nombre d'hôtes illustres de ce château seine et marnais.

DSC05610

DSC05614

DSC05618

DSC05619

DSC05621

Si je connais dans ses grandes lignes l'histoire de ce domaine, ce n'est pas le cas de tous les visiteurs et on ne peut que déplorer le manque d'informations explicatives sur l'architecture et l'histoire des lieux. Infiniment regrettable. Faire bref et dire que ce château construit entre 1703 et 1706 par Bullet et son fils Bullet de Chamblain pour le compte de deux financiers de Louis XIV a rouvert ses portes en 2013 suite à des travaux lourds. Un plafond s'effondrait. Depuis les fenêtres on a vue sur les 85 hectares que compte ce jardin labellisé "remarquable" façonné par le petit neveu de Le Nôtre.

DSC05622

DSC05623

DSC05637

DSC05646

DSC05653

J'ai écrit sur Instagram que là, tout n'était que luxe, calme et volutpé. Madame de Pompadour a largement contribué à "moderniser" ce château où elle aimait résider. Ici et là, on ressent sa patte malgré les hôtes qui se sont succédés après elle. Charles de Gaulle, aussi, affectionnait l'endroit. Il y accueillait les chefs d'état étrangers en visite. Et pour avoir visité le Trianon sous Bois à Versailles où de de Gaulle avait ses quartiers, j'ai retrouvé des similitudes. (voir le lien en fin de billet)

DSC05656

DSC05657

DSC05660

DSC05663

DSC05673

Avouer que je me suis laissée vivre en parcourant les jardins sous ce doux soleil de septembre. Sur le domaine, on trouve pourtant une orangerie, un potager fabuleux, des sous-bois, des quinconces, des prairies et même une fromagerie investie par Ganot, ce jour là. Lequel vendait ses bries et autres coulommiers fermiers. Une belle visite que je ne peux que vous conseiller avec celle de la maison Nestlé Noisiel proche si vous passez par Disneyland Paris. Cerise sur le gâteau, le RER depuis le coeur de Paris est tout proche.

Un Président chez le Roi - La Stylettante

Cette exposition était notée depuis longtemps à mon agenda mais, voulant profiter du premier dimanche d'hiver de gratuité à Versailles, j'ai failli écoper d'une mauvaise météo. J'ai eu beaucoup de chance même s'il faisait froid. Le Grand Trianon fêtait le cinquantenaire de sa restauration, entreprise entre 1963 et 1966, à l'initiative d'André Malraux, alors ministre de la Culture.


jeudi 10 novembre 2016

Un Président chez le Roi

1

Cette exposition était notée depuis longtemps à mon agenda mais, voulant profiter du premier dimanche d'hiver de gratuité à Versailles, j'ai failli écoper d'une mauvaise météo. J'ai eu beaucoup de chance même s'il faisait froid. Le Grand Trianon fêtait le cinquantenaire de sa restauration, entreprise entre 1963 et 1966, à l'initiative d'André Malraux, alors ministre de la Culture. Ceci, pour les besoins diplomatiques de la République. Ca se terminait le 9 novembre, date anniversaire du décès de Charles de Gaulle

2

3

4

Le Domaine de Versailles  ouvrait, exceptionnellement, ses archives et le dossier travaux de ce palais construit en 1687 par Hardouin Mansart . Ci-dessus, une photo du couple présidentiel mythique des Kennedy, en visite à Versailles en 1961. Clin d'oeil aux récentes élections aux Etats Unis que je n'ai pas souhaité commenter tellement, je suis dépitée

5

6

Une fois, le péristyle du Trianon franchi vers l'aile nord, nous entrons dans un long corridor où sont exposés de nombreux documents de l'époque. Des notes écrites de Malraux d'une écriture fine et incisive, l'agenda de Charles de Gaulle et son emploi du temps de Président de la République. D'autres classés sous le sceau du secret comme le compte rendu de ses entretiens avec des chefs d'état étrangers. Où on voit qu'au Pavillon de la Lanterne le provisoire dure longtemps puisque de nos jours, encore, notre Président Normal compris, la République y séjourne souvent...

7

8

9

10

Voici les détails chiffrés des travaux, devis à l'appui ainsi que les échantillonnages. J'ai le coeur qui bat la chamade à lire l'énoncé des entreprises de peinture et décoration puisque chez l'une des trois que je ne citerai pas, discrétion oblige, j'ai été, il y a dix ans, métreur et conducteur de travaux non pas en charge du Château mais, du Sénat. Chez une autre, en maçonnerie, mon arrière grand-père a été terrassier. Je ne m'attendais pas, en venant voir cette exposition, à tant d'émotion. Je n'ai, finalement, pas a rougir de ma carrière dans mon dos...

11

12

Nous voici dans les appartements privée de la Présidence de la République, meublée par le Mobilier National. Les visiteurs se font silencieux. On devine des entretiens avec au coeur, les intérêts de la Nation. On débute par la salle des huissiers, puis ce salon d'attente des conseillers du Président, tout tendu de velours bleu.

13

14

Le bureau de De Gaulle à l'ambiance feutrée, chaleureuse, sa chaise et son téléphone "rouge" en ébonite noire. Des bûches dans la cheminée car même avec le chauffage central, il fait froid à Versailles, en hiver. Ne pas oublier que la ville par la seule volonté d'un roi, de Mansart et de Le Nôtre a jailli d'un marécage.

15

16

Salon et salle à manger privés du Président et ci-dessous, celle du personnel

17

18

19

20

Le clou de cette visite nous le découvrons à la cave du Trianon. Ce sont les cuisines de l'Etat. Tout est moderne et fonctionnel pour préparer des repas dignes des grandes réceptions. Ci-dessus, voici le menu servi au Premier Ministre britannique Harod Wilson, le 19 juin 1967. Homard breton à la parisienne... Je demande à goûter avec le Dom Ruinart de mon année de naissance, svp ! On nous précise que chaque plat était photographié pour ne pas être servi deux fois dans la même présentation à nos invités. Prestige oblige.

21

Nous ressortons, comme des laquais, par une porte de service dérobée à la vue des cette façade tout en marbre rose donnant sur de somptueux jardins. Je ferai, peut être ultérieurement, un billet sur l'aile sud là, où se trouve la petite Galerie des Glaces où avaient lieu les grandes réceptions bien que je trouve mes photos médiocres. J'ai passé un dimanche de conte de fée à Versailles.