<$CBTagMedias$>
jeudi 3 octobre 2019

Le Château de Champs sur Marne

DSC05609

Depuis se rénovation, je n'étais pas retournée voir le château de Champs sur Marne. J'ai profité des journées européennes du patrimoine et du beau temps pour visiter appartements et jardins de ce petit bijou architectural. Le ciel était d'un "bleu Pompadour" que la célèbre favortie de Louis XV qui aimait tant résider là, n'aurait pas boudé. Elle et nombre d'hôtes illustres de ce château seine et marnais.

DSC05610

DSC05614

DSC05618

DSC05619

DSC05621

Si je connais dans ses grandes lignes l'histoire de ce domaine, ce n'est pas le cas de tous les visiteurs et on ne peut que déplorer le manque d'informations explicatives sur l'architecture et l'histoire des lieux. Infiniment regrettable. Faire bref et dire que ce château construit entre 1703 et 1706 par Bullet et son fils Bullet de Chamblain pour le compte de deux financiers de Louis XIV a rouvert ses portes en 2013 suite à des travaux lourds. Un plafond s'effondrait. Depuis les fenêtres on a vue sur les 85 hectares que compte ce jardin labellisé "remarquable" façonné par le petit neveu de Le Nôtre.

DSC05622

DSC05623

DSC05637

DSC05646

DSC05653

J'ai écrit sur Instagram que là, tout n'était que luxe, calme et volutpé. Madame de Pompadour a largement contribué à "moderniser" ce château où elle aimait résider. Ici et là, on ressent sa patte malgré les hôtes qui se sont succédés après elle. Charles de Gaulle, aussi, affectionnait l'endroit. Il y accueillait les chefs d'état étrangers en visite. Et pour avoir visité le Trianon sous Bois à Versailles où de de Gaulle avait ses quartiers, j'ai retrouvé des similitudes. (voir le lien en fin de billet)

DSC05656

DSC05657

DSC05660

DSC05663

DSC05673

Avouer que je me suis laissée vivre en parcourant les jardins sous ce doux soleil de septembre. Sur le domaine, on trouve pourtant une orangerie, un potager fabuleux, des sous-bois, des quinconces, des prairies et même une fromagerie investie par Ganot, ce jour là. Lequel vendait ses bries et autres coulommiers fermiers. Une belle visite que je ne peux que vous conseiller avec celle de la maison Nestlé Noisiel proche si vous passez par Disneyland Paris. Cerise sur le gâteau, le RER depuis le coeur de Paris est tout proche.

Un Président chez le Roi - La Stylettante

Cette exposition était notée depuis longtemps à mon agenda mais, voulant profiter du premier dimanche d'hiver de gratuité à Versailles, j'ai failli écoper d'une mauvaise météo. J'ai eu beaucoup de chance même s'il faisait froid. Le Grand Trianon fêtait le cinquantenaire de sa restauration, entreprise entre 1963 et 1966, à l'initiative d'André Malraux, alors ministre de la Culture.


samedi 21 septembre 2019

Le château de Blandy les Tours

DSC04546

En ce weekend consacré aux Journées Européennes du Patrimoine, revenir sur une balade que nous avons faite, samedi dernier, au château de Blandy les Tours. Il faisait beau et nous sommes plus que lassés du parc des Capucins. Nous avons donc poussé vers ce château fort, dernier vestige de l'architecture militaire médiévale de France et de Navarre. Connu et inconnu à la fois car à l'ombre de son bien plus illustre voisin, Vaux le Vicomte dont il a été annexe fermière à une certaine époque. Vaux le Vicomte tristement évoqué dans les faits divers, il y a deux jours...

DSC04548

DSC04551

DSC04553

DSC04555

Cette forteresse telle qu'elle se présente rénovée à nos regards ébahis a été édifiée au XIIIème siècle. Elle est alors propriété du Vicomte de Melun. Ce simple manoir est devenu château fort lors de la Guerre de Cent Ans. La quasi intégralité de la bâtisse se visite, aujourd'hui. On accède à la cour avant de monter par des escaliers de pierre étroits jusqu'au  haut du donjon et là, la vue est à couper le souffle.

DSC04558

DSC04559

DSC04567

DSC04568

DSC04571

J'ai un attachement particulier à Blandy les Tours car lorsque je l'ai visité pour la première fois en 1990, à la faveur d'une sortie scolaire de mes enfants, il est encore en ruines même si des travaux de restauration ont débuté depuis 1984. Alors, imaginez mon émerveillement à chaque fois que je lui rends visite de le voir ainsi, si gaillard et flambant. Les enfants adorent parcourir le chemin de ronde. Ils se prennent pour de preux chevaliers. On imagine mal la vie au Moyen Age, pourtant à visiter ces châteaux en général et Provins en particulier, j'ai appris que la vie, alors, n'était pas aussi rudimentaire qu'on pourrait l'imaginer. Dans chaque tour, il existe des latrines à tous les étages... A voir, absolument, si vous passez par là.

jeudi 20 septembre 2018

LAISSE LES GONDOLES à VENISE

DSC03143

Versailles, son château et Latone vus depuis le Grand Canal. Attention, accès réservé à ceux qui ont acheté un billet en dépit des Journées Européennes du Patrimoine. Un peu rageant tout de même mais, peut-être faut-il payer les salaires de ces personnes qui, une pince au bout d'un manche, ramassent sur les pelouses, canettes, papiers gras et détritus divers et variés. Autrefois, on respectait le lieu et les parterres restaient propres. Même ressenti qu'à la Rochelle devant ce touriste qui dégueulasse tout et ne respecte rien.

DSC03144

DSC03135

DSC03137

Même la Petite Venise n'a plus son charme d'antan. On fait, à présent, de l'aviron sur le Grand Canal. A la vitesse où ces sportifs vont, çe devient dissuasif de louer une barque à 17€ de l'heure juste pour flâner. Le sifflement des rames fendant l'eau, affûtées comme des sabres est stressant pour qui veut canoter tranquillement. Allez, laisse les gondoles à Venise me suis-je dit avant de rebrousser chemin vers le centre ville pour aller voir autre chose.

DSC03126

DSC03123

DSC03129

DSC03130

Petit et Grand Trianon, peinards dans la lumière du levant, avant les invasions barbares. Rentrer tranquille, le long d'allées où les touristes passent peu et donc vierges de tout déchet. Mes filles m'ont conseillé de prendre, l'heure de la retraite de Jules sonnée, la carte d'abonnement duo à 80€ l'année. Je refuse et puis dans quelques mois, je vais avoir d'autres chats à fouetter et d'autres priorités. Ce ne sont pas mes premiers adieux à la Reine. Comme à chacune de nos querelles, nous finirons par nous réconcilier...

mardi 18 septembre 2018

PATRIMOINE MILITAIRE (Caserne de Croÿ)

DSC03160

Dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre 14/18, Versailles riche de son passé militaire ouvrait, en partenariat avec la Grande Muette ses casernes pour cette 35ème édition des Journées du Patrimoine. J'avoue être partie, un peu, beaucoup, la fleur au fusil et, au moment de rédiger ce billet, je m'aperçois que je n'ai pas vu le plus spectaculaire. Tant pis. L'essentiel étant d'avoir participé. Un peu avant midi car nous avions décidé de pique-niquer au Balbi, nous nous sommes arrêtés à l'ancienne Caserne de Croÿ située rue Royale. Un simple portail la signale mais ce dimanche, un blindé et des soldats en uniforme d'une autre époque racolaient à son entrée.

DSC03161

DSC03164

DSC03169

DSC03177

DSC03171

DSC03172

DSC03175

 

DSC03154

Le lieu repris par la ville à l'Armée a l'habitude des mises en scène puisqu'on y joue des spectacles lors du Festival Mois Molière. Cette fois-ci, il était le théâtre de camps militaires. L'un de la seconde guerre, l'autre de celle de 14/18. La reconstitution était fidèle avec tous les objets du quotidien usuels du soldat sous les drapeaux. Ne me demandez pas de quel régiment faisait partie, ce sympathique bidasse qui a pris la pose pour une dame et moi-même. Les (trop) rares enfants présents étaient tous très intéressés et stupéfaits de découvrir cette vie de camp avec même des rats en jouet déposés près des campements. Cette expo de notre patrimoine guerrier et militaire était ludique et infiniment interessante. Je n'ai pas regetté mon choix de m'être éloignée de la foule.  

lundi 17 septembre 2018

SYMPHONIE PASTORALE

DSC03112

On ne va pas se mentir. Ce ne sont pas les moutons de la Grande Prairie qui vont redynamiser mon blog. Je crois que je m'en fiche. Ce blog a du mal à faire sa rentrée. Symphonie pastorale dans un cadre bucolique que le monde entier nous envie mais, qui a cette heure dominicale matinale, appartient encore aux promeneurs avec ou sans chien et aux joggeurs. L'été se termine. Chaleur et sécheresse n'ont épargné personne, pas même Versailles et la Grande Prairie est grillée comme partout ailleurs.

DSC03115

DSC03117

DSC03119

DSC03120

Rentrée affûtée de mes longues marches du côté de la Rochelle, je me suis à nouveau encroûtée dans mon quatrième étage avec terrasse et vue sur la Tour Eiffel. Je me suis donc offert une saine promenade en allant a pied du marché au Petit Trianon puis, au Grand Trianon avant de filer vers la Petite Venise. Ensuite retour vers la case départ. Journées du Patrimoine obligent nous avons choisi le thème militaire proposé, cette année,  par la ville de Versailles. Direction donc la Caserne de Croÿ et le plateau de Satory. Intéressant et loin des foules.

mercredi 20 septembre 2017

LE CARROUSEL du MOULIN D'ORGEMONT

1

A l'occasion de Journées du Patrimoine, la ville d'Argenteuil avait organisé la visite du Moulin d'Orgement située au sommet de la colline éponyme. Un restaurant sous une péniche renversée y tient la vedette mais nous ignorions l'autre trésor caché de ce moulin élancé avec vue sur Paris et son bassin.

2

3

4

5

6

7

Trésor classé national ce carrousel de 1900 sert de décor à une salle de banquet. La jeune guide nous a priés de prendre place sur les chevaux ou dans les calèches pendant qu'elle nous racontait l'histoire de ce site insolite. A la fin, nous avons eu droit à un tour de manège au son d'un moteur pétaradant et d'une musique très guinguette. Nous avons passé un moment agréable. 

samedi 24 septembre 2016

La Salle du Jeu de Paume

1

Alors que dans notre beau pays, tout fout le camp, il m'est apparu intéressant de (re)visiter la Salle du Jeu de Paume à Versailles, berceau discret de notre démocratie, rafraîchie certes, mais restée quand même dans son jus depuis ce 20 juin 1789 où, derrière Jean-Sylvain Bailly ci-dessus, 578 députés du Tiers Etat dont 300 présents ont prêté serment. Louis XVI ne pourra rien plus faire pour endiguer la révolte. La Révolution Française en est marche.

2

3

4

5

Ils l'avaient juré, ils ont accompli leur serment lit-on... La Dette Nationale trop lourde à porter. Rien n'a vraiment changé, on dirait, sauf que nous n'avons plus de politiques assez costauds (couillus) pour courir le risque de mourir sur l'échafaud au même titre que le Roi de France ! Ci-dessus le registre de signature des députés présents dans cette salle réquisitionnée par le Sieur Bailly, futur président de l'Assemblée Nationale, Louis XVI ayant prétexté des travaux à l'Hôtel des Menus Plaisirs pour empêcher toute réunion.

6

7

8

9

10

Dans cette salle où Louis XIV, en des temps plus glorieux de la Monarchie a joué au jeu de paume restée ultra minimaliste, on croit entendre la clameur de ce jour de juin sortir des bustes de pierre des grands protagonistes de "l'affaire" qui allait changer le paysage politique de notre pays. C'est impressionnant et les visiteurs présents murmurent entre eux comme à l'intérieur d'une église. Derrière cette façade presque lépreuse pour cause d'humidité - ne pas oublier que la ville royale est construite sur d'anciens marécages - dans une toute petite rue poussiéreuse à deux pas des ors du château s'est joué un chapître et non des moindres de notre grande Histoire de France. Laquelle n'est pas finie... enfin, on espère. 

mardi 20 septembre 2016

La Galerie des Carrosses

1

Oui, certes, cette Galerie des Carrosses est ouverte au public, chaque jour de l'année, gratuitement mais j'ai choisi ce dimanche des Journées Européennes du Patrimoine pour aller la visiter rénovée. Nous sommes entrés rapidement en étant moins fouillés qu'à l'entrée de mon supermarché... Ca se passe aux Grandes Ecuries du Roi et c'est la plus importante des collections de carrosses d'Europe. Ce petit musée a été voulu par le Roi Louis-Philippe en 1831

2

3

Si à la chute de Second Empire, la IIIème République récuse le faste et l'ostentation, elle est contrainte malgré tout, de se doter de nouveaux véhicules pour remplir ses obligations officielles. Ces voitures sobres et belles à la fois sont les premières présentées car cette exposition bien orchestrée nous réserve le meilleur pour la fin

4

5

6

7

8

9

10

11

Viennent ensuite, les riches équipages avec les berlines du mariage de Napoléon Ier avec Marie-Louis d'Autriche. On imagine sans peine le faste de cette cérémonie qui aura duré trois jours. Je ne peux pas tout mettre en page dans un blog. Je tiens juste à souligner pour avoir connu ce musée, autrefois, dans son ancien jus qu'il a été pensé pour que les plus jeunes en profitent pleinement puisque leurs yeux se trouvent à hauteur des voitures. Du temps de ma jeunesse, nous étions au niveau des pavés. Les éclairages sous ces voûtes signées Mansart sculptent et mettent en valeur le travail de tous les corps de métier.

12

13

14

15

Et voici la pièce maîtresse de cette galerie, le carrosse du sacre de Charles X en mai 1825. C'est Louis XVIII qui avait commandé cette voiture mais, prudent politique, il en avait abandonné le projet. Il sera remis en chantier dès l'avènement de Charles X et sera achevé en six mois sous la direction de Daldrinegen, carrossier virtuose du genre quand on regarde les détails riches et infinis de cette oeuvre d'art !

16

17

Voici la partie que j'ai préféré, les traineaux de la cour mis en scène sur une estrade avec en trompe l'oeil, le Bassin de Latone et le Grand Canal enneigé. On s'y croirait. Gros coup de coeur pour ce traineau-léopard. On doit cette mode importée des contrées nordiques à Louis XIV. Les dames vêtues à la polonaise se font promener par ces messieurs. C'est un privilège unique en Europe...

18

19

L'exposition se termine par le char funèbre de Louis XVIII. On va voter des crédits exceptionnels pour ces pompes funèbres pour réhausser l'éclat d'une monarchie constestée. On savait manier le bon goût en ce temps là car s'il est riche, ce char reste sobre. En marge, une projection sur les avancées de la sécurité "automobiles" dont ces voitures ont bénéficié ainsi que le pavement et le maillage de nos futures routes. C'est infiniment intéressant alors que s'ouvre dans quelques semaines le Salon de l'Automobile moderne à l'ère de l'électronique embarquée? histoire de ne pas oublier ce que nous devons à ces carrossiers...

20

Passer les grilles rénovées des Grandes Ecuries du Roi et hâter le pas pour voir autre chose dont je vous parlerai ce weekend car, comme pour la couture, je manque de temps pour la mise en page de mes billets surtout quand ils sont fournis en photos ! Abonnez-vous à la newsletter pour ne rien rater. Bonne semaine.