<$CBTagMedias$>
lundi 15 octobre 2018

MARLY, GRANDEUR NATURE

DSC03956

Marly le Roi où nous sommes allés promener Petit Filou avant de la ramener chez ses parents. Marly le Roi, grandeur nature, sublime majesté sous les feux de l'automne. Marly le Roi qui me chuchote à l'oreille, mes propres souvenirs d'enfance quand, avec mes parents, nous venions nous y promener, autrefois.

DSC03962

DSC03957

DSC03963

DSC03965

DSC03976

DSC03967

DSC03978

DSC03954

Je ne vais pas, à nouveau, vous raconter l'histoire de ce domaine, autrefois résidence secondaire du Roi Soleil. Je l'ai déjà évoquée. Non, simplement vous inviter la promenade en ce lieu tranquille, loin et pourtant si proche des foules et des ors de Versailles. Du château, il ne reste que le fantôme au sol que les enfants, petits et grands, aiment arpenter de pièce en pièce en admirant la vue en pente douce jusque la Seine. Nous avons passé un après-midi magique dont je conserverai longtemps un souvenir ébloui.


vendredi 12 octobre 2018

UN PEU de TOUT, BEAUCOUP de RIEN #15#

IMG_0392

Dommage, à une minute près, vous auriez pu voir passer à vélo, à fond les ballons, Julie Andrieu qui rentrait du marché. Je l'ai tout de suite reconnue. Sinon, changement de vie, changement de rythme. Nous allons faire notre marché à Versailles, le vendredi, désormais. Moins de monde, plus tranquille et nombre de commerces ouverts dont Bouchara. Le boulevard de la Reine prend, peu à peu, ses couleurs d'automne.

pdt15

Je crois que ce marché du vendredi a été le point d'orgue de cette première semaine de retraite. Il faisait beau et les couleurs aux étals étaient flamboyantes. Heureusement car le reste, bof. Jules traine toujours la patte. Nous nous sommes décidés à faire une offre sur une maison parmi celles visitées durant l'été. C'est très con mais c'est la danse d'un rouge-gorge sur le rebord de la fenêtre qui m'a décidé... Proposition à laquelle nous n'avons pas, à ce jour, de réponse. Sinon, le gâteau d'anniversaire de ma maman avec autour d'elle une partie de la famille réunie exception faite de nos lyonnais, hélas..

IMG_0402

Dimanche, le Roi Soleil sous la pluie. J'ai trouvé cette journée étrange. Après toute cette chaleur, toute cette sécheresse, tout ce soleil, nous réalisions que l'automne, le vrai, était bien là en embuscade pour nous surprendre. Le Château de Versailles, en dépit de la foule toujours dense, faisait grise mine. Nous nous sommes arrêtés, vite fait, sur le bas côté du marché aux fleurs pour acheter un bouquet pour ma maman puisque nous étions invités à goûter. Ce froid humide ne donnait pas envie de trainer. Bon weekend à tous en espérant que Nelly puisse récupérer ce modeste feuillage couleur feu pour son bouquet du vendredi [304]. 

lundi 23 juillet 2018

NICE, PANORAMA

DSC02853

En acceptant l'invitation des beaux parents de mon fils à séjourner quelques jours chez eux, j'ai du remiser aux oubliettes mes mauvais souvenirs de la Côte d'Azur. Sans cette réunion familiale, je pense que jamais que je n'y serai revenue. Retour sur quatre jours dans les Alpes Maritimes avec une ascension vers le vieux château niçois qui culmine à 93 mètres au-dessus de la mer. Et si, auparavant, à l'ombre bienveillante des ruelles du vieux Nice, j'avais bien supporté la chaleur, la montée vers ce panorama magnifique avec la Méditerranée en toile de fond, a été pour moi, difficile.

DSC02854

DSC02859

DSC02860

Ma vue et surtout, l'usage de pas moins de trois paires de lunettes m'ont contrainte à passer l'appareil photo à Monsieur et Monsieur ne blogue pas. J'ai remarqué qu'on ne fait pas les mêmes prises de vue quand on ne songe pas à mettre en page un billet de blog. Il s'est plutôt bien débrouillé et vous apercevrez tout petits les estivants, sur la plage ainsi que le dôme du célèbre Negresco. 

DSC02864

Voici ce qui reste de la citadelle du XIème siècle ayant appartenu au Comte de Provence. Cet ouvrage fortifié à résisté bravement durant 54 jours au feu nourri de 113 canons avant de devenir ruines, un jour de 1706. C'est un certain Louis XIV que je connais bien qui, ivre de rage, a ordonné sa destruction. Aujourd'hui, le lieu est théâtre de fouilles archéologiques.

DSC02865

DSC02866

DSC02851

Sur ce côté oriental de l'éperon avec vue sur le port de plaisance, le vent rendait l'atmosphère plus respirable. Nous sommes, ensuite, redescendus vers la plage mais, une fois parvenue en bas, je n'ai pas eu envie d'aller mettre les pieds dans l'eau. Il faisait si chaud que j'ai rêvé de Cancale et de Concarneau même si, honnêtement, j'admets que Nice est une très belle ville. J'étais là en visite de courtoisie et, sur le plan familial, ce séjour a été infiniment agréable.

samedi 14 avril 2018

SAINT GERMAIN en LAYE, son château

DSC02393

Honte à moi, car je n'avais jamais visité le Château de Saint Germain en Laye pourtant proche de Versailles. Mercredi, nous avons profité du beau temps pour réparer cette lacune et nous avons découvert plus que la bâtisse, le Musée d'Archéologie Nationale où nous avons beaucoup appris. L'histoire de ce château débute en 1124 avec Louis VI le Gros. La château fort d'alors sera brûlé durant la Guerre de Cent ans et c'est François Ier qui lui donnera lustre et allure renaissance. 

DSC02387

DSC02389

DSC02388

DSC02391

Certes, Louis XIV a fait aménager les jardins par son cher André Le Nôtre tout comme la Grande Terrasse mais ils n'ont pas le panache de ceux de Versailles. Au demeurant, le Roi Soleil ne gardait pas de bons souvenirs à Saint Germain et, le 20 avril 1682, il quitta définitivement les lieux, sa cour à sa suite.

DSC02465

DSC02436

DSC02406

DSC02434

cats

DSC02444

salle de bal

Le Château-Vieux comme on l'appelle porte son histoire à bout de bras. Non meublé, il abrite un musée qui peine à déplacer les foules. Il faut dire que l'archéologie, de nos jours, ne passionne guère les jeunes générations. Ne nous voilons pas la face. Pourtant, au-delà de la pesanteur de son architecture et cicatrisé par ses transformations successives, on ressent entre ses murs les soubresauts de notre histoire. Du reste, quand on voit la salle ci-dessus dite salle de bal sous François Ier et salle des comédies sous Louis XIV, on comprend mieux pourquoi ce dernier a doté son palais de sa Galerie des Glaces avec vue sur ses fabuleux jardins et son Grand Canal... Il devrait être claustro.

DSC02468

DSC02386

Ressortir au jardin sous la clarté d'un printemps tardif et paresseux. Du Musée d'Archéologie Nationale, je vous parlerai dans un billet prochain et vous verrez que les collections, contre toute attente, m'ont inspiré pas mal de fantaisie. Nos ancêtres les gaulois gagnent à être mieux connus... Ce que j'aime à Saint Germain en Laye, ce sont les multiples magnolias qui fleurissent la ville, un peu partout, en cette saison.

lundi 15 janvier 2018

UNE BALADE à MARLY

DSC01958

Dimanche, il a fait miraculeusement beau. J'ai eu envie d'une saine promenade. Le parc de Marly le Roi non loin de chez moi s'est imposé de lui-même pour cette première sortie au grand air de l'année. Les dénivelés du lieu à l'orée de la Forêt de Marly sont parfaits en marche rapide pour le cardio. J'ai fait le voeu que 2018 serait très nature. Voici une bonne entrée en matière.

DSC01959

DSC01960

DSC01961

DSC01962

De plus, ce parc est atypique et les enfants adorent arpenter ce qui reste au sol du fantôme la "résidence secondaire" d'un certain Louis XIV qui non content, d'avoir déjà Versailles s'était fait construire là, un palais pour le farniente. Douze petits pavillons étaient réservés à des invités triés sur le volet. D'où l'expression "Sire, Marly... " des courtisans désireux de passer le weekend dans l'intimité du Roi...

DSC01965

DSC01968

arbres marly le roi

DSC01969

Depuis l'ancienne terrasse du château, la vue sur la vallée de la Seine est prodigieuse. Ce dimanche, elle se perd dans un halo de brume. Des trois bassins, il ne reste plus que le plus grand autour duquel des ifs sont soigneusement taillés par les jardiniers du château de Versailles. Marly, loin des foules, est prisé des familles car les enfants et nos amis à quatre pattes ont quartier libre. Nombre d'arbres sont séculaires et certains ont des racines impressionnantes.

DSC01972

DSC01973

DSC01977

Ces chevaux de Marly sont des moulages de l'oeuvre de Guillaume Coustou par Michel Bourbon. C'est en 1985, à l'initiative de Jack Lang alors ministre de la Culture qu'ils ont pu retrouver leur place d'origine au-dessus de l'Abreuvoir. J'ai vivement apprécié ce bol d'air alors que l'hiver commence à me peser. Vivement la semaine prochaine pour une autre virée si la météo veut bien être clémente.

mercredi 13 décembre 2017

LYON, FÊTE des LUMIERES

DSC01135

J'étais, le weekend dernier, à Lyon pour la Fête des Lumières. Une première pour moi. Pas facile de faire un choix dans mes photos prises de nuit, les doigts emmitouflés dans les gants ou gelés, c'est selon, dans la foule compacte. J'ai donc décidé de vous présenter les illuminations très "champêtres" de la Place Bellecour autour d'un monarque que je connais bien, mon très cher Louis XIV...

DSC01115

lumières place bellecour

DSC01137

Ce choix, aussi, parce qu'il parait que pour cette place si vaste, c'est la première fois que l'espace était ainsi investi à l'occasion de cette fête. Une idée lumineuse si j'ose dire car au milieu de beaucoup d'autres très belles choses, c'est ma préférée. Louis XIV sur fond de grande roue, à Versailles, jamais on n'oserait... Du muguet, des ajoncs, de coquelicots, des papillons, j'ai vraiment adoré. Dans un prochain billet, je vous montrerai Notre Dame de Fourvière photographiée de loin mais, non moins belle à regarder.

Posté par Armelle-L à 06:44 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mercredi 25 octobre 2017

TOURNEZ MANEGES

DSC01479

Versailles, samedi après-midi, avait de belles couleurs. Les couleurs de l'automne sous un ciel bleu azur réunis. Comment ne pas succomber à autant de charme et retrouver l'espace de quelques heures la douceur du temps de mon enfance, prétexte pris d'un bon d'achat à écouler chez Bouchara (anciennement Eurodif) et voir cette expo BD à la Mairie. J'aime toujours autant ce carrousel pimpant.

DSC01449

yakiri

DSC01472

Pour accéder à l'univers du petit sioux Yakari, dans la salle des fêtes, au premier étage de l'hôtel de ville, il aura fallu se mêler à la société d'un grand et beau mariage et fouler les pétales de roses. Rafraîchissant pour nous qui nous sommes mariés, là, il y a 35 ans. Je ne connaissais pas du tout Derib. Jules, non plus, pourtant amateur du genre. D'entrée, j'ai aimé la fraîcheur des planches de ce dessinateur suisse, présent pour une séance dédicace et une interview, en toute simplicité. Il était attendu de pied ferme par un très jeune public, très féru de cet art graphique. J'ai vraiment apprécié toute profane que je suis.

DSC01450

Fête foraine versailles

DSC01478

En sortant, saluer vite-fait, au passage la statue du maître des lieux, un certain Louis XIV et se réjouir, intérieurement, que la foule des touristes commence à se faire moins dense. Nous allons entrer dans la période faste pour faire les expos du domaine, tranquillement. J'avais une idée en tête. En ces vacances de la Toussaint, c'est la Fête Foraine dite, autrefois, des enfants et comme tous les ans, je me suis offert une gaufre dégustée sur un banc, au soleil chez le Roi Soleil. Savourer, aussi, tranquillité et douceur de vivre dans la ville royale loin des tourments du monde. Tournez manèges. Je rêve, en silence, de revenir y vivre, un jour...

mercredi 21 décembre 2016

Le Bossu

 

le Bossu

Lundi, congés obligent, j'étais à la maison à tourner en rond et m'ennuyer. La magie de Noël, cette année, n'opère décidément pas. J'ai allumé la télévision sur France 3 et, bien calée dans mon fauteuil, j'ai suivi Jean Marais pour la cent millième fois des fossés de Caylus aux pieds du Régent du Roi. C'est drôle, je ne m'en lasse pas. Ce film de cape et d'épée de 1959 me ravit bien plus que celui, plus récent, où Daniel Auteuil campe un Lagardère plus "cul terreux" que l'élégant et distingué Jean Marais. A la rigueur, je préfère la version avec en tête d'affiche, le ténébreux Bruno Wolkowitch.

Petite fille, j'ai lu et relu le livre de Paul Féval en rêvant à chaque fois. Adulte, je frissonne encore à regarder ce bossu tirer l'épée face au félon Prince de Gonzague. L'action débute à Versailles. On y voit le château, la pierre grise et ses grilles beaucoup moins clinquantes que de nos jours. Latone, aussi, s'est refait un lifting. N'empêche, Louis XIV avait encore droit de statuer dans sa cour d'honneur alors que notre époque l'a relégué au bout d'un parking. Face à ses écuries, certes, mais au bout d'un parking au milieu des cars de tourisme. Et à chaque fois, ça me fait râler de le voir délogé !

Bref, j'aime toujours autant les films de cape et d'épée et je gage que s'il repasse dans un an, je serai à nouveau devant ma télé ! On ne se refait pas et puis, sincèrement, ça fait du bien dans notre monde troublé de regarder le bien triompher allègrement du mal à la pointe d'un simple fleuret bien affûté...

Cette note a été rédigée avant l'annonce du décès de Michèle Morgan à laquelle je rends, évidemment, hommage au travers ces quelques lignes.

mardi 20 septembre 2016

La Galerie des Carrosses

1

Oui, certes, cette Galerie des Carrosses est ouverte au public, chaque jour de l'année, gratuitement mais j'ai choisi ce dimanche des Journées Européennes du Patrimoine pour aller la visiter rénovée. Nous sommes entrés rapidement en étant moins fouillés qu'à l'entrée de mon supermarché... Ca se passe aux Grandes Ecuries du Roi et c'est la plus importante des collections de carrosses d'Europe. Ce petit musée a été voulu par le Roi Louis-Philippe en 1831

2

3

Si à la chute de Second Empire, la IIIème République récuse le faste et l'ostentation, elle est contrainte malgré tout, de se doter de nouveaux véhicules pour remplir ses obligations officielles. Ces voitures sobres et belles à la fois sont les premières présentées car cette exposition bien orchestrée nous réserve le meilleur pour la fin

4

5

6

7

8

9

10

11

Viennent ensuite, les riches équipages avec les berlines du mariage de Napoléon Ier avec Marie-Louis d'Autriche. On imagine sans peine le faste de cette cérémonie qui aura duré trois jours. Je ne peux pas tout mettre en page dans un blog. Je tiens juste à souligner pour avoir connu ce musée, autrefois, dans son ancien jus qu'il a été pensé pour que les plus jeunes en profitent pleinement puisque leurs yeux se trouvent à hauteur des voitures. Du temps de ma jeunesse, nous étions au niveau des pavés. Les éclairages sous ces voûtes signées Mansart sculptent et mettent en valeur le travail de tous les corps de métier.

12

13

14

15

Et voici la pièce maîtresse de cette galerie, le carrosse du sacre de Charles X en mai 1825. C'est Louis XVIII qui avait commandé cette voiture mais, prudent politique, il en avait abandonné le projet. Il sera remis en chantier dès l'avènement de Charles X et sera achevé en six mois sous la direction de Daldrinegen, carrossier virtuose du genre quand on regarde les détails riches et infinis de cette oeuvre d'art !

16

17

Voici la partie que j'ai préféré, les traineaux de la cour mis en scène sur une estrade avec en trompe l'oeil, le Bassin de Latone et le Grand Canal enneigé. On s'y croirait. Gros coup de coeur pour ce traineau-léopard. On doit cette mode importée des contrées nordiques à Louis XIV. Les dames vêtues à la polonaise se font promener par ces messieurs. C'est un privilège unique en Europe...

18

19

L'exposition se termine par le char funèbre de Louis XVIII. On va voter des crédits exceptionnels pour ces pompes funèbres pour réhausser l'éclat d'une monarchie constestée. On savait manier le bon goût en ce temps là car s'il est riche, ce char reste sobre. En marge, une projection sur les avancées de la sécurité "automobiles" dont ces voitures ont bénéficié ainsi que le pavement et le maillage de nos futures routes. C'est infiniment intéressant alors que s'ouvre dans quelques semaines le Salon de l'Automobile moderne à l'ère de l'électronique embarquée? histoire de ne pas oublier ce que nous devons à ces carrossiers...

20

Passer les grilles rénovées des Grandes Ecuries du Roi et hâter le pas pour voir autre chose dont je vous parlerai ce weekend car, comme pour la couture, je manque de temps pour la mise en page de mes billets surtout quand ils sont fournis en photos ! Abonnez-vous à la newsletter pour ne rien rater. Bonne semaine.