<$CBTagMedias$>
jeudi 26 septembre 2019

Ascenseur émotionnel et le géant aux pieds d'argile

IMG_2294

C'est mon fils qui m'a suggéré ce titre alors que j'envisageais davantage un ascenseur pour l'échafaud tant j'étais tétanisée à l'idée de monter tout là haut. Là haut, à l'Aiguille du Midi qui m'est apparue auréolée d'un ciel mauve dès mon lever par la fenêtre de ma chambre. Dès l'aube, il fallait se hâter car ces sommets se gagnent tôt le matin si on veut pleinement en profiter. Paroles de ceux qui m'entouraient lors de ce séjour et qui pratiquent avec assiduité la haute montagne, mon fils en "premier de cordée".

aiguille du midi

Il est tôt et pourtant, il y a foule pour cette ascension matinale à 3842 mètres. Je ne suis pas très rassurée. Je crains autant cette foule bruyante que le trajet en deux étapes en télécabine. Comble de tout, presqu'au sommet et pour cause de travaux, un peu comme dans le métro, nous voici stoppés au-dessus d'un vide abyssal, la cabine ballotée par le vent, reculant, avançant avec peine. Là, je ne vous raconte pas... Je suis un peu chancelante à l'arrivée, le souffle court avec le manque d'oxygène et seulement 2° en place des 24° dans la vallée. Vite, on sort la doudoune enfouie dans le sac à dos.

DSC04384

DSC04388

DSC04391

DSC04394

DSC04397

DSC04400

DSC04404

DSC04407

Une fois là haut, évidemment, toutes les appréhensions tombent devant le panorama d'une beauté à couper le souffle. Le Mont Blanc, pourtant, m'apparait comme un géant aux pieds d'argile. Les chemins qui mènent à son sommet sont devenues des autoroutes. On se presse et pas toujours avec respect. On imaginait jusqu'à il y a peu que la montagne était solide, immuable. On se leurrait...

DSC04409

DSC04419

DSC04441

DSC04460

Je n'ai pas fait exprès. Ce billet était en préparation quand les tristes nouvelles sont, hier, tombées. Sur le versant italien, dans une vallée proche de Courmayeur, un glacier menace de se détacher de sa paroi. Il pourrait engloutir le paysage en seulement 80 secondes. Entendu à Plan Praz un guide expliquer à des randonneurs que côté français, nous n'étions pas mieux lotis et que Chamonix pourrait disparaitre dans les mêmes conditions. Du bus qui nous ramenait vers les Houches, j'observais ces fameux glaciers. Ils font grise mine, le permafrost est endommagé, les roches fragilisées se fendent comme des éventails. Sur l'Aiguille du Midi, des ouvriers travaillent sans relâche, haut perchés au-dessus du vide, pour solidement arrimer la plateforme. Illusion ? Nos petits enfants ne connaitront pas la montagne telle que nous avons pu en profiter. Le paysage va changer. A l'heure où une jeune génération nous bouscule pour endiguer la catastrophe, il est temps, grand temps de réagir avec force et détermination. Notre mode de vie, notre société doit profondément se transformer et vite !


samedi 14 septembre 2019

Noir c'est noir - Puzzle #24#

noir c'est noir

Tous les ans, sensiblement à la même époque, je vous la sers cette tasse de café noir. Noir c'est noir, cette fois-ci car j'ai trouvé le sujet beaucoup moins corsé. La palme reviendra cette saison au gobelet en carton car son réconfort était à la hauteur de mon vertige perchée à 3842 mètres d'altitude avec en face de moi, la presque cîme du Mont Blanc. Levallois, les Buttes Chaumont et le comptoir du Versailles en face du Parc des Expositions hissent les couleurs car en province, noir c'est noir avec, parfois, une touche de rouge sur le papier de la bûchette de sucre. Une mention spéciale pour celui pris en terrasse, un matin de forte canicule, à Aix en Othe. La région Grand Est est bonne élève au tableau d'honneur de mes petits noirs. Vous avez remarqué ? Pour cette mouture de l'année, aucun n'est royal... Ma vie aurait-elle à ce point changé ? Pas pour longtemps, je vous rassure puisque Versailles et moi, allons bientôt nous rapprocher à la faveur d'un nouveau déménagement. Pas à côté mais pas trop loin. A vous de jouer. Sachez juste que je resterai discrète sur le lieu précis de ma future résidence histoire de couper court à l'indélicatesse de certain(e)s...

Posté par Armelle-L à 07:34 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 3 septembre 2019

Pourtant, que la montagne est belle...

IMG_2268

J’avais prévenu, la montagne et moi ne sommes pas amies. J’ai du mal avec l’altitude et je souffre d’un syndrome d’enfermement du à l’absence d’horizon. Pourtant, je concède que la montage est belle surtout, ici, au plateau de Bellevue ou Col de Voza.

IMG_2252

IMG_2259

IMG_2272

IMG_2281

DSC04368

IMG_2388

IMG_2396

Nous étions stationnés aux Houches et nous n’avons que peu profité du plaisir de la simple promenade puisque nous cohabitions avec nos lyonnais et les beaux-parents de mon fils. Cohabitation difficile car nous ne sommes pas des adeptes du trek en haute montagne. Ne me demandez pas de vous faire un long billet illustré de photos autres que celles de mon téléphone portable. Je suis rentrée fatiguée et déprimée. Alors, quelques vues éparses de ce Mont Blanc qui souffre martyr et agonise lentement comme titrait un quotidien régional durant notre séjour. La montagne est belle. Laissons-la tranquille. Respecter la nature commence par un peu de retenue vis-à-vis d’elle… C’est mon avis.

Posté par Armelle-L à 07:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 19 août 2016

Lyon, panorama #2#

1

Je ne savais pas comment articuler cette visite virtuelle de Lyon. Et encore, n'ai-je pas tout vu. Trois jours, c'est court même si la compagne de mon fils, lyonnaise d'adoption, passionnée par cette ville, s'est révélée être un guide touristique hors pair. A peine étions-nous rentrés que mon fils nous demandait quand nous reviendrions pour la suite de cette visite tant il y a à voir dans la Capitale des Gones. J'ai donc eu l'idée de débuter cette série par un panorama de photos prises depuis la colline de Fourvière où il faisait pas moins de 35°C à l'ombre. Au premier plan, la Saône puis les tours de Lyon Part-Dieu et au loin, la chaîne des Alpes et le Mont-Blanc visible à cet instant là.

2

3

Notre guide devenue fébrile tant le phénomène est parait-il rare, j'ai zoomé sur ce que je pensais être un vulgaire nuage et qui n'était, en fait, que la cîme du Mont Blanc à gauche de la Tour Ecureuil. Malgré les chapeaux de paille que nous avons trempés dans une fontaine avant la montée du funiculaire, recuits de chaleur, nous apprécions cet instant de grâce

4

5

6

7

De Lyon, je vous parlerai du quartier des Terreaux où se trouvent l'Hôtel de Ville et l'Opéra revu et corrigé par Jean Nouvel, cette "chose" cylindrique noire visible sur la première photo. Ensuite, je vous baladerai dans le Vieux-Lyon et ses traboules avant de vous hisser avec moi jusqu'à Notre Dame de Fourvière dans mon dos d'où j'ai pris ces quelques vues. Je n'ai pas vu la Place Bellecour avec sa statue équestre de Louis XIV, ni le nouveau secteur de la Confluence en pleine mutation et n'ai-je fait que passer à la Croix Rousse pour une sortie au café théâtre pour une représentation très plaisante. Il y aura d'autres sujets en marge de ce très beau weekend mais je ne publierai pas tous les jours pour ne pas vous lasser. La suite, très bientôt.