<$CBTagMedias$>
mardi 19 novembre 2019

Paris en vrac - Grands magasins et autres considérations

DSC05777

Alors que nous étions arrivés, le matin, sous un ciel couleur plomb, le soleil a déchiré les nuages tandis que nous étions au restaurant. Du coup, hâte de régler l'addition pour fouler les trottoirs. Le Gaumont Opéra où j'aimais aller me faire une toile, autrefois. Traverser et filer à grandes enjambées terminer nos courses, boulevard Haussmann car on murmure que les gilets jaunes pourraient faire irruption.

DSC05779

DSC05780

DSC05783

Paris entre institutions et frivolités avec la très belle façade à l'horloge du Parquet National Financier du Tribunal de Paris, Pif goguenard et l'ancienne poste du Boulevard Haussmann muée en show room de lingerie. L'architecture de ce bâtiment haussmannien ainsi épurée est un écrin qui sublime les pièces de cette enseigne de simple prêt à porter. 

DSC05782

DSC05791

DSC05792

Sirènes hurlantes, cris, crissements de pneus, mouvement de foule, une brigade de police armée jusqu'aux dents pénètre à grand fracas aux Galeries Lafayette pour en déloger des gilets jaunes. Lamentable et écoeurant. Il y a des familles avec enfants et des petits qui pleurent devant cette scène violente à leurs yeux alors qu'ils sont venus pour les vitrines. Les magasins évacuent et baissent leurs grilles les uns après les autres. Nous sommes à l'étage des Galeries Maison  et avons juste le temps de boucler nos achats. 

DSC05786

DSC05789

DSC05788

Avant, j'ai pu rêver au rayon décoration de la maison de ce magasin annexe. C'est juste superbe et inspirant. Enorme coup de coeur aux luminaires avec ces ampoules fleuries et cette lampe en forme de cages aux oiseaux. 39€ l'ampoule décorative et 360€ l'abat-jour. Cher mais beau et made in France.

DSC05787

DSC05805

DSC05801

Heureusement, le Printemps est plus téméraire. S'ils ont baissé les rideaux de grille sur le boulevard, les vigiles accueillent et filtrent les clients sur un accès, rue de Provence. Ceux qui veulent aller et venir dans les différents magasins emprunteront la passerelle. Ce que nous ferons. On n'allait pas partir sans saluer depuis la terrasse, le Sacré Coeur et la Tour Eiffel. Cette vue me manque. Ce n'est pas de gaité de coeur que je suis rentrée à la cambrousse dans ma maison. Pas grave puisque nous avons programmé une nouvelle virée à Paris en espérant que ces satanés gilets jaunes ne nous prennent pas en otages d'un combat perdu d'avance qui, de plus en plus, agace les gens.


vendredi 23 novembre 2018

Monte là haut, tu verras Montmartre

DSC04179

A la recherche de cadeaux de Noël originaux, nous sommes montés au rayon gastronomie du Printemps Haussmann quand nous avons avisé l'escalier qui monte à sa terrasse et son restaurant en roof top. La vue sur Paris, dégagée sous ce beau ciel bleu, est à couper le souffle. Quoique j'ai quasi la même à la maison.

DSC04215

DSC04216

DSC04217

DSC04219

DSC04221

La Tour Eiffel, l'Opéra Garnier et les grands boulevards se découvrent à nous d'une très belle façon. Oui, monte là haut, tu verras Montmartre sauf que la vue sur le Sacré Coeur, à l'arrière du grand magasin est un peu gâchée par les conduits d'extraction des espaces restauration. N'empêche, c'est très beau !

dimanche 18 novembre 2018

Si Paris m'était conté

DSC04160

Si Paris m'était conté, il aurait le visage d'un samedi matin baigné d'une belle lumière d'automne. Un matin où les touristes seraient absents du paysage pour cause de manifestations de gilets jaunes. Hier, j'ai beaucoup hésité à venir sur Paris. J'avais des courses à faire en prévision des fêtes du côté du marché Saint Pierre. Je n'ai pas regretté. Le Sacré Coeur était radieux sous le ciel bleu.

DSC04161

DSC04163

DSC04166

DSC04167

DSC04168

DSC04169

Mes provisions de tissus faites dans d'excellentes conditions c'est à dire sans fièvre et sans foule, je suis repartie vers les Batignolles via les Abbesses si tranquilles où les terrasses des cafés ne semblaient réservées qu'aux seuls parisiens. Oui, si Paris m'était conté, il serait tous les jours, ainsi.

lundi 30 octobre 2017

COUSU MAIN

DSC01485

Samedi après-midi, plutôt que rester regarder la finale de Cousu Main 3 à la télévision, j'ai filé à Paris. Je n'étais pas retournée au Marché Saint Pierre depuis ce jour sinistre de janvier où nous étions dans l'attente du décès de Belle Maman. Je frissonne à cette évocation. Les mois à suivre allaient être difficiles. Tant et tant que j'ai du mal à m'accorder le droit au répit... Samedi après-midi, j'ai donc pris un peu de bon temps au milieu de la foule des touristes. Le Sacré Coeur était noir de monde.

DSC01487

DSC01488

DSC01491

DSC01492

DSC01493

DSC01494

DSC01495

DSC01496

DSC01497

Et figurez-vous que malgré le beau temps et un peu d'insouciance, je n'ai pas retrouvé l'esprit d'antan. Peu à peu, les petites échoppes sont remplacées par des enseignes de luxe. J'ai entendu des gens affamés et perdus à la recherche d'une simple boulangerie. Je n'ai acheté qu'un peu de doublure pour attaquer un manteau car j'ai eu la vague impression que les Coupons Saint Pierre avaient pris la grosse tête depuis leur médiatisation due à l'émission Cousu Main. J'en profite pour féliciter Mélanie, talentueuse gagnante. Ensuite, j'ai filé à pied au travers les rues jusqu'à la Porte de Clichy rejoindre Jules et mon fils. Cela faisait un bail que je n'avais pas ainsi marché dans Paris nimbée d'une belle lumière d'automne.

vendredi 13 janvier 2017

Paris, couleur sépia

1

Cela faisait longtemps qu'un mois de janvier ne m'avait pesé autant. Au point que mercredi, je suis partie sous la pluie faire les soldes au Marché Saint Pierre. Il me fallait me distraire, jouer les chiffonnières pour chasser le spleen ambiant. Oui, encore lui, le Sacré Coeur au bout de la rue de Steinkerque sous la bruine

2

3

4

5

6

Du monde, mais sans plus pour ce jour d'ouverture des soldes d'hiver. Il fallait raser les murs, marcher sous les auvents pour ne pas se faire mouiller par la pluie. J'ai fait des affaires, de quoi coudre jusqu'au printemps mais le coeur n'y était pas vraiment. J'ai tué le temps sans plus, sursautant à chaque bip de mon téléphone, redoutant encore un coup de fil de l'hôpital. Oui, de quoi coudre jusqu'au printemps en me disant qu'après la pluie vient le beau temps... C'était janvier couleur sépia.

Posté par Armelle-L à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 12 janvier 2017

Les Batignolles, un samedi froid

1

Samedi, je n'ai pas eu la patience d'attendre un 66 à Saint Lazare pour aller aux Batignolles. Tranquillement, bien couverte, je suis partie à pied. Ca me calmait d'un vendredi difficile entre les soucis avec Belle Maman et Petit Poucet rentré de l'école, le visage plein de bleus pour avoir été frappé par des loubards de trois ans dans la cour de récréation. Sans commentaire. D'abord, il y a lui, le Sacré Coeur frileux dans la brume.

2

3

4

Le 17ème arrondissement est le seul quartier parisien où j'ai encore plaisir à me promener. J'ai noté tristement la fermeture de ce fourreur. Paris mue, Paris change pas toujours en bien. Les pétales d'un mariage jonchent les marches de la Mairie d'arrondissement. En face, j'aime cette place bien alignée avec ses terrasses sous de belles façades haussmanniennes. Aux beaux jours, il y a foule

5

6

7

Je marche d'un pas alerte mais tranquille en regardant les devantures sans vraiment avoir froid

8

9

N'empêche, pas facile de prendre des photos avec des gants. J'ai raté celle de la façade de Sainte Marie des Batignolles. J'ai beaucoup aimé sa crèche naïve avec de grands personnages sur son parvis comme un message de paix à l'attention de tous les passants. Un peu de patience, je suis presqu'arrivée à bon port, chez mon fils pour partager la galette des rois achetée en route, dans une boulangerie en haut de la rue de Turin. Elle était vraiment délicieuse et nous avons passé un bon moment !

vendredi 6 juin 2014

Grain de folie et Sacré Coeur

IMG_3700

Hier, je suis allée voir Petit Poucet et sa maman. Pour économiser le billet de train, Jules m'a déposé au pied du métro. Pour ne pas être trop en avance et me changer les idées, surtout, j'ai fait un détour par le Sacré Coeur et le Marché Saint Pierre. Ô, divine apparation que la basilique immaculée sous un ciel bleu azur. Peu de touristes à cette heure avancée, du pain bénit pour les photographes.

IMG_3694

IMG_3697

IMG_3696

IMG_3701

Quelle mouche avait donc piquée toutes ces couturières massées devant la vitrine et les étals sur la rue des Coupons Saint Pierre ? Il était tôt et pourtant, flottait dans l'air une fièvre acheteuse électrique. Ainsi, je découvre que ce sont les trois jours des Coupons en Folie. Tout est bradé à prix fou. Grain de folie ou pas, j'ai succombé et voici mon butin. Du lin, un imprimé cachemire, du madras et une cotonnade bleue. Si je veux conserver la tête froide, je vais devoir m'occuper les mains et l'esprit. J'ai donc décidé de me remettre à la couture, folie ou pas.

IMG_3705

IMG_3706

IMG_3704

IMG_3708

Ensuite, j'ai gravi mes marches non pour brûler un cierge mais de manière païenne me réjouir de cette vue exceptionnelle, ce jour là, sur Paris. Coup de coeur pour cette terrasse ombragée, ses tables et ses chaises colorées. Il était encore trop tôt pour prendre un pot et puis de toute façon ma bourse est mince en ce moment. Une prochaine fois, certainement. J'ai adoré ce jeudi.