<$CBTagMedias$>
vendredi 22 juin 2018

UN PEU de TOUT, BEAUCOUP de RIEN #5#

DSC03161

Détail architectural d'une maison bourgeoise sur le boulevard de la Reine à Versailles. Dans ma ville, ces belles maisons sont démollies pour laisser place à du béton. C'est crève-coeur et révoltant. En place  de ces bâtisses élégantes, on érige des immeubles sans âme qui, dans quatre ans, comme celui où  je vis, accuseront, déjà, les outrages du temps. Le grand froid et les pluies diluviennes, chez moi, ont mis à nu les fers à béton et soulevé les dalles de la terrasse. Force est d'admette qu'on savait mieux bâtir autrefois que maintenant.

versailles

J'ai besoin, une fois par semaine, d'aller à Versailles pour reprendre ma respiration. On n'est pas obligé d'aller au château, en cette saison, asphyxié par le tourisme de masse. Le centre ville est si agréable avec ses accents quasi provinciaux. On a, parfois, du mal à s'imaginer à seulement 18 km des portes de Paris. Pour s'en convaincre, il suffit de se poser en terrasse sur la place Charost. On se croirait dans un village. Comme le quartier de Montreuil, c'en était un, autrefois. Celui de Bel-Air. Acheter du pain bio chez ce petit nouveau, le Pain Journel, qui a une côte ascendante. Il parait qu'il est fort bon.

DSC03165

J'attends la quille et, comme un prisonnier dans sa cellule de prison, je barre les jours sur un calendrier jusqu'au 1er octobre. A cette date précise, Jules sera officiellement à la retraite. Vivement. Se dire pour se donner du courage que nous ne passerons pas les fêtes de fin d'année à la même adresse. En attendant, offrir ces fleurs baignées d'une douce lumière, sur le marché aux fleurs, à Nelly pour son bouquet du vendredi et vous souhaiter bon weekend.


jeudi 26 avril 2018

L'ANCIEN HÔPITAL, EN HABIT de PRINTEMPS

DSC02372

Je me souviens quand petite fille, je voyais, les jours d'enterrement, les voiles noirs avec l'initiale du défunt flotter sous ce chapiteau, je frissonnai. L'ancien hôpital Richaud était lugubre. Après restauration, c'est devenu un nouveau quartier à Versailles et cette ancienne chapelle a mué en espace culturel où les expos de qualité se succèdent dans un cadre prestigieux.

 

DSC02376

DSC02379

DSC02380

.

DSC02381

DSC02382

DSC02383

DSC02385

J'ai connu la cour de l'hôpital où résonnait le bruit des pas des religieuses infirmières qui officiaient là. J'ai le souvenir des grandes salles communes où les lits des malades n'étaient séparés que par un rideau bleu. Mon père, dans les années 70, avait été hospitalisé dans l'aile ouest. J'ai, moi ausi, été admise là suite à un accident sur la voie publique. J'ai déjà raconté les péripéties de cet hôpital royal bâti par Louis XIV et comment la ville de Versailles l'a racheté pour le, 1€ symbolique. C'est l'architecte Wilmotte qui s'est collé à l'exercice. Il a transformé un lieu sinistre en un patio bordé de logements privatifs haut de gamme avec un beau jardin public, arboré et fleuri, au milieu. Un coup de maître que tous les versaillais apprécient. Le weekend dernier, ces jeunes poiriers en habit de printemps étaient stars sur les réseaux sociaux. Ce lieu est devenu magique.

samedi 14 avril 2018

SAINT GERMAIN en LAYE, son château

DSC02393

Honte à moi, car je n'avais jamais visité le Château de Saint Germain en Laye pourtant proche de Versailles. Mercredi, nous avons profité du beau temps pour réparer cette lacune et nous avons découvert plus que la bâtisse, le Musée d'Archéologie Nationale où nous avons beaucoup appris. L'histoire de ce château débute en 1124 avec Louis VI le Gros. La château fort d'alors sera brûlé durant la Guerre de Cent ans et c'est François Ier qui lui donnera lustre et allure renaissance. 

DSC02387

DSC02389

DSC02388

DSC02391

Certes, Louis XIV a fait aménager les jardins par son cher André Le Nôtre tout comme la Grande Terrasse mais ils n'ont pas le panache de ceux de Versailles. Au demeurant, le Roi Soleil ne gardait pas de bons souvenirs à Saint Germain et, le 20 avril 1682, il quitta définitivement les lieux, sa cour à sa suite.

DSC02465

DSC02436

DSC02406

DSC02434

cats

DSC02444

salle de bal

Le Château-Vieux comme on l'appelle porte son histoire à bout de bras. Non meublé, il abrite un musée qui peine à déplacer les foules. Il faut dire que l'archéologie, de nos jours, ne passionne guère les jeunes générations. Ne nous voilons pas la face. Pourtant, au-delà de la pesanteur de son architecture et cicatrisé par ses transformations successives, on ressent entre ses murs les soubresauts de notre histoire. Du reste, quand on voit la salle ci-dessus dite salle de bal sous François Ier et salle des comédies sous Louis XIV, on comprend mieux pourquoi ce dernier a doté son palais de sa Galerie des Glaces avec vue sur ses fabuleux jardins et son Grand Canal... Il devrait être claustro.

DSC02468

DSC02386

Ressortir au jardin sous la clarté d'un printemps tardif et paresseux. Du Musée d'Archéologie Nationale, je vous parlerai dans un billet prochain et vous verrez que les collections, contre toute attente, m'ont inspiré pas mal de fantaisie. Nos ancêtres les gaulois gagnent à être mieux connus... Ce que j'aime à Saint Germain en Laye, ce sont les multiples magnolias qui fleurissent la ville, un peu partout, en cette saison.

dimanche 18 février 2018

BALADE à L'HÔTEL de SOUBISE

1

Hôtel de Soubise dit Musée des Archives Nationales, sous le soleil de février, samedi après midi. J'ai réussi à trainer Jules voir cet expo "dessiner pour bâtir" sur le même thème que celle que j'avais vue, il y a dix ans, au Musée Carnavalet. Ou comment, les architectes au temps des rois, d'Henri IV à Louis XIV, travaillaient, engendraient de grands projets et maîtrisaient "l'art" de bâtir avec des outils rudimentaires.

2

3

6

C'est dans cet hôtel particulier, au coeur du Marais, que se tient cette exposition. Les photos étaient interdites. Parmi les visiteurs, nombre de professionnels du bâtiment, curieux et médusés, comme nous, de découvrir tous ces plans, esquisses, croquis à main levée, perspectives à l'encre et au lavis. Des documents manuscrits, contrats d'apprentissage, appels d'offres, devis, budgets prévisionnels, attestent du grand sérieux de ces gens là. Salomon de la Brosse, Le Vau, Mansart et quelques autres ont dessiné, aussi, cadre et déontologie d'une profession telle que nous la connaissons, aujourd'hui. Difficile de résumer sans support par moins de deux cents documents dont certains sont d'une nature exceptionnelle. 

7

8

9

10

11

Dans le prolongement de la salle des gardes où se tient l'expo, nous découvrons les anciens appartements, un peu malmenés, de Marie de Guise ainsi que de nombreux documents historiques tels, le testament olographe de Louis XIV, la dernière lettre de Marie Antoinette ainsi que ce carnet appartenant à sa dame d'atour avec ses échantillons d'étoffes. Nous ressortirons par la rue des Quatre Fils pour aller acheter du cidre au Breizh Café, rue Vieille du Temple en vue d'une crêpe partie familiale, mi-mars. C'était une chouette après midi.

dimanche 11 février 2018

CITE des FLEURS - PUZZLE #4#

cité des fleurs

Cité des Fleurs dans le 17ème arrondissement de Paris où je passe quand je vais chez mon fils car cette voie privée est interdite à la circulation. Architecture gracieuse que les propriétaires de ces belles maisons tendent à lifter, certaines trop à mon goût. Je me souviens d'un temps, pas si lointain, à mes débuts de blogueuse où prendre des photos en ce lieu était interdit. Je me rappelle m'être fait épinglée par le gardien d'alors. Il a pris sa retraite et le nouveau a d'autres chats à fouetter. Alfred Sisley a vécu dans cette rue. Catherine Deneuve et sa soeur Catherine Dorléac, y ont vu le jour. Photos prises fin janvier et de fleurs, il n'y a que ce fragile bouton rose sur un cerisier japonais. Je me demande comment il a survécu à la neige. Bon dimanche.

Posté par Armelle-L à 07:52 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : , , , ,