<$CBTagMedias$>
samedi 14 avril 2018

SAINT GERMAIN en LAYE, son château

DSC02393

Honte à moi, car je n'avais jamais visité le Château de Saint Germain en Laye pourtant proche de Versailles. Mercredi, nous avons profité du beau temps pour réparer cette lacune et nous avons découvert plus que la bâtisse, le Musée d'Archéologie Nationale où nous avons beaucoup appris. L'histoire de ce château débute en 1124 avec Louis VI le Gros. La château fort d'alors sera brûlé durant la Guerre de Cent ans et c'est François Ier qui lui donnera lustre et allure renaissance. 

DSC02387

DSC02389

DSC02388

DSC02391

Certes, Louis XIV a fait aménager les jardins par son cher André Le Nôtre tout comme la Grande Terrasse mais ils n'ont pas le panache de ceux de Versailles. Au demeurant, le Roi Soleil ne gardait pas de bons souvenirs à Saint Germain et, le 20 avril 1682, il quitta définitivement les lieux, sa cour à sa suite.

DSC02465

DSC02436

DSC02406

DSC02434

cats

DSC02444

salle de bal

Le Château-Vieux comme on l'appelle porte son histoire à bout de bras. Non meublé, il abrite un musée qui peine à déplacer les foules. Il faut dire que l'archéologie, de nos jours, ne passionne guère les jeunes générations. Ne nous voilons pas la face. Pourtant, au-delà de la pesanteur de son architecture et cicatrisé par ses transformations successives, on ressent entre ses murs les soubresauts de notre histoire. Du reste, quand on voit la salle ci-dessus dite salle de bal sous François Ier et salle des comédies sous Louis XIV, on comprend mieux pourquoi ce dernier a doté son palais de sa Galerie des Glaces avec vue sur ses fabuleux jardins et son Grand Canal... Il devrait être claustro.

DSC02468

DSC02386

Ressortir au jardin sous la clarté d'un printemps tardif et paresseux. Du Musée d'Archéologie Nationale, je vous parlerai dans un billet prochain et vous verrez que les collections, contre toute attente, m'ont inspiré pas mal de fantaisie. Nos ancêtres les gaulois gagnent à être mieux connus... Ce que j'aime à Saint Germain en Laye, ce sont les multiples magnolias qui fleurissent la ville, un peu partout, en cette saison.


lundi 15 janvier 2018

UNE BALADE à MARLY

DSC01958

Dimanche, il a fait miraculeusement beau. J'ai eu envie d'une saine promenade. Le parc de Marly le Roi non loin de chez moi s'est imposé de lui-même pour cette première sortie au grand air de l'année. Les dénivelés du lieu à l'orée de la Forêt de Marly sont parfaits en marche rapide pour le cardio. J'ai fait le voeu que 2018 serait très nature. Voici une bonne entrée en matière.

DSC01959

DSC01960

DSC01961

DSC01962

De plus, ce parc est atypique et les enfants adorent arpenter ce qui reste au sol du fantôme la "résidence secondaire" d'un certain Louis XIV qui non content, d'avoir déjà Versailles s'était fait construire là, un palais pour le farniente. Douze petits pavillons étaient réservés à des invités triés sur le volet. D'où l'expression "Sire, Marly... " des courtisans désireux de passer le weekend dans l'intimité du Roi...

DSC01965

DSC01968

arbres marly le roi

DSC01969

Depuis l'ancienne terrasse du château, la vue sur la vallée de la Seine est prodigieuse. Ce dimanche, elle se perd dans un halo de brume. Des trois bassins, il ne reste plus que le plus grand autour duquel des ifs sont soigneusement taillés par les jardiniers du château de Versailles. Marly, loin des foules, est prisé des familles car les enfants et nos amis à quatre pattes ont quartier libre. Nombre d'arbres sont séculaires et certains ont des racines impressionnantes.

DSC01972

DSC01973

DSC01977

Ces chevaux de Marly sont des moulages de l'oeuvre de Guillaume Coustou par Michel Bourbon. C'est en 1985, à l'initiative de Jack Lang alors ministre de la Culture qu'ils ont pu retrouver leur place d'origine au-dessus de l'Abreuvoir. J'ai vivement apprécié ce bol d'air alors que l'hiver commence à me peser. Vivement la semaine prochaine pour une autre virée si la météo veut bien être clémente.

samedi 26 août 2017

CHEZ le MARQUIS de VILLARCEAUX

1

Il fait chaud et la journée commence à me peser. Je me demande comment je vais trouver la force de monter vers ce joli château sur sa butte perché. Elégante bâtisse du XVIIIème siècle à laquelle on accède par les anciens vertugadins laissés en friche faute de deniers pour l'entretien mais aussi, dans un souci, d'éco-gestion. D'en haut, la vue sur le domaine est superbe.

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

En rien, je ne regretterai l'ascension car c'est un véritable bijou qui nous attend. Cerise sur le gâteau, se tient une exposion de costumes belle époque créés par un costumier de théâtre renommé. Ninon de Lenclos, malicieuse est partout. Elle était maîtresse du maître des lieux et mère d'un de ses enfants. A voir, si près de Paris, puisque dans le Val d'Oise et tout près de Giverny.