<$CBTagMedias$>
mercredi 17 avril 2019

Tanguy, le retour

tanguy lundi 14

Un peu de légèreté ne nuira pas à cette sinistre semaine. Séance ciné du lundi au Mégarama où cette journée offre des tarifs réduits. Comédie décapante sur fond de sujet "sociétal" comme on dit de nos jours. Où comment deux cultures, l'une occidentale et l'autre orientale se télescopent pour le meilleur et pour le pire. Le meilleur car on rit, on rit à perdre haleine. Le couple Azéma-Dussolier n'a rien perdu de sa "cruauté" en plus égoïste, encore. Ils comptent bien pleinement profiter de leur vie à deux avec Tanguy au loin. Hélas. Leur soirée série-télé est troublée par le retour inopiné de l'enfant prodige lesté de ses bagages et de sa fille. Ils vont vite passer de la compassion au réel agacement. J'ai envie de dire, rira bien qui rira le dernier. Ce qui m'a plu, aussi, c'est Paris en toile de fond. J'aime les films tournés dans la capitale qui leur confère toujours un certain charme. Paris qui ce lundi soir s'est vue mutilée par l'incendie de Notre Dame. En conclusion, je dirai allez voir ce film car il pousse à la réflexion sur l'âge et la dépendance dans notre société dite moderne...


samedi 2 mars 2019

* All Inclusive *

all inclusive

Certains vont murmurer à défaut de me dire que ce film n'est pas intellectuel. Je suis allée voir ce film pour deux raisons. Tuer le stress du déménagement qui montait et profiter une dernière fois du Figuier Blanc d'Argenteuil. Durant quatre ans, j'ai vivement apprécié ce petit cinéma dans ma ville de banlieue. Voici que je deviens nostalgique. C'est l'effet Verneuil sur Avre, assurément. Le film est un navet et Balasko en devient pathétique à s'abaisser si bas. A vrai dire, c'est un mélange raté de Camping Paradis, de Camping et Joséphine Ange Gardien. A ne pas voir. Ce film est vraiment nul !

mardi 26 février 2019

* Le Compromis *

le compromis théâtre

Dimanche, il faisait un temps merveilleux sur les grands boulevards. Paris, le dimanche, retrouve un visage avenant et les terrasses faisaient le plein. Nous avions pris des billets pour une comédie interprétée par Pierre Arditi et Michel Leeb. J'aurais du me méfier en achetant mes billets car le Théâtre des Nouveautés à moins de monter en gamme s'il est intimiste, est très mal fichu. La visibilité est réduite. Heureusement, il s'agit d'un dialogue entre deux amis de longue date dont l'un a appelé l'autre pour donner du crédit à la vente de son appartement à un acquéreur aussi "beige que son imperméable". Ca fuse. Arditi et Leeb sont deux orateurs brillants et, eux-mêmes, emportés par les fous rires des spectateurs peinent à contenir leur envie de rire aussi de leur farce Dommage, aussi, cette négligence vestimentaire très actuelle car mon voisin était certainement venu en petite foulée dans sa tenue de foot et puait la transpiration. Il m'a gâché le spectacle. On ne devrait pas laisser entrer dans une salle de spectacle, les gens dont le tenue vestimentaire tient plus du Stade de France que d'un théâtre qui, aussi mal fichu soit-il, reste un petit bijou dont le foyer vient d'être rénové à l'antique. Ceci et les téléphones portables qui sonnent à tue-tête en pleine représentation. Le théâtre s'est démocratisé, certes, mais ne pourrait-on pas rester propre sur soi et bien élevé ?!

jeudi 7 février 2019

Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ?

qu'est ce qu'on a encore fait au bon dieu

J'avais raté l'opus premier au cinéma. Je l'ai vu, il y a peu à la télé et j'avais beaucoup ri. C'est donc naturellement que je suis allée voir ce volet deux des aventures de cette famille bien pensante de Touraine. Christian Clavier et Chantal Lauby imposent leur présence et leur maîtrise de la comédie dans cette comédie hilarante. Qu'ont-ils encore fait au bon Dieu puisque que leurs quatre filles vont quitter la France pour des pays lointains avec enfants et conjoints. En bon chef de clan et de famille, Charles Verneuil et son épouse, en fins stratèges vont leur vendre "leur France" pour les faire douter du bien fondé de leur désir ou vélléité d'expatriation. On rit du début à la fin. Pourtant, en toile de fond, c'est bien le tissu profond très complexe de la société française qui se dessine avec une rare netteté. Dernière séance, peut-être, au Figuier Blanc d'Argenteuil. Ce petit cinéma cosy et agréable sera la seule chose que je regretterai, une fois déménagé. Cependant, s'il est à l'affiche assez tôt, j'irai certainement voir le film complètement déjanté avec Dubosc et Balasko qui va sortir mi février. A voir, sans prise de tête, pour le seul plaisir de rire à gorge déployée.

mercredi 4 avril 2018

LES DENTS, PIPI et AU LIT !

samedi 20 heures

Samedi soir, pour nous distraire sans prise de tête, nous sommes allés voir ce film très amusant avec Arnaud Ducret et Louise Bourgoin. Rien de lourd, bien au contraire. C'est un conte des temps modernes avec un quadra qui ne veut pas rentrer dans les rangs et une princesse déchue, lestée de ses deux bambins. Ils deviennent, par la force des choses, colocs dans un appartement haussmannien pour cause de loyers parisiens trop lourds à assumer seul. Le reste, je ne vous raconte pas mais, simplement vous parler du cinéma où était projetée cette comédie.

Ce complexe cinématographique Mégarama est tout récent. Il se situe à Montigny les Cormeilles. Vu de l'extérieur avec ses deux restaurants, il parait alléchant mais, en arrivant... D'entrée, je n'ai pas aimé ce grand hall avec sa batterie de billeteries automatiques. Pour payer sa place en espèces, il faut aller "au comptoir" et faire la queue derrière tous les adeptes de la junk food. Heureusement, nous étions en avance. Et puis, de toute façon, on est refoulé, toutes projections confondues derrière un cordon de sécurité musclée.

L'accès aux salles se fait dans une ambiance de matchs de foot et il faut jouer des coudes... Ensuite, pendant le film, le son poussé à fond n'arrive pas à couvrir le bruit des mandibules de ceux qui mastiquent à longueur de séance des pots XXL de pops corn. Cerise sur le gâteau, j'ai découvert de nouveaux fauteuils à bascule. Il n'est pas aisé pour quelqu'un de petite stature de trouver la bonne position. Ca donne le mal de mer. Il ne faut pas s'étonner que les enfants pour se sentir à l'aise, se calent les pieds sur les sièges... C'est pensé pour de grands primates. Et puis cette odeur écoeurante de plastique neuf, bon marché, peu ambiante.

Bref, j'ai détesté ce cinéma. Je préfère de loin la petite salle cosy de ma ville. Si, dorénavant, je veux voir un film qui n'y est pas projeté, j'irai carrément dans une vieille salle parisienne. Prix du billet, relativement raisonnable, 9€50.

mercredi 27 septembre 2017

BONNE POMME

bonne pomme

Gérard Depardieu, alias Gérard est une bonne pomme. Garagiste à Dreux, il encaisse comme il peut l'infidélité et la rouerie de son épouse. Il est soutenu, plus ou moins dans son malheur par son beau fils et sa belle mère qui n'est autre que Chantal Ladesou. Imaginez le tableau. Il économise sur des affaires un peu tordues pour s'acheter son propre garage. Un jour, il s'en va sans prévenir personne. C'est au sud de la Seine et Marne, qu'il s'installe. Sur la place du village,  une femme aussi belle que mystérieuse tient un hôtel restaurant. Il va se laisser séduire par le personnage ambigü campé par la toujours sublime et sulfureuse Catherine Deneuve. Les images de ce film sont belles et le casting impérieux. Heureusement, car je suis restée sur ma faim et cette comédie douce amère était à des années lumière de ce que j'en attendais. A voir si vous avez du temps libre.

Posté par Armelle-L à 07:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 11 février 2017

Raid Dingue

raid dingue

Hier soir, au cinéma de ma ville, nous sommes allés voir ce film, comédie de Dany Boon complètement déjantée. Désolée, ce n'est pas très intellectuel mais  nous avions envie de rire, même stupidement, après tout ce que ce début d'année nous a imposé.

Bonne surprise, je m'attendais à un humour un peu plus "lourd" alors que ce film est, derrière ses scènes burlesques, beaucoup plus fin et sensible qu'il n'y parait. La question est posée sur la présence des femmes au coeur de ces corps d'élite ou plus simplement dans des professions à taux fort de testostérone. Alice Pol est éblouissante dans son rôle de fille à papa têtue qui veut, absolument, devenir membre à part entière du RAID. Le papa n'est autre que Michel Blanc en ministre de l'intérieur plus vrai que nature. Dany Boon, en supérieur aigri par un divorce, au fur et à mesure de l'action se sent touché par la grâĉêˆde sa jeune recrue.

Bref, nous avons passé un bon moment et avons laissé, un temps, nos soucis de côté. A voir pour oublier que l'hiver n'en finit plus et que ce matin, il neigeotte encore sur Paris !

Posté par Armelle-L à 07:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,