<$CBTagMedias$>
jeudi 26 septembre 2019

Ascenseur émotionnel et le géant aux pieds d'argile

IMG_2294

C'est mon fils qui m'a suggéré ce titre alors que j'envisageais davantage un ascenseur pour l'échafaud tant j'étais tétanisée à l'idée de monter tout là haut. Là haut, à l'Aiguille du Midi qui m'est apparue auréolée d'un ciel mauve dès mon lever par la fenêtre de ma chambre. Dès l'aube, il fallait se hâter car ces sommets se gagnent tôt le matin si on veut pleinement en profiter. Paroles de ceux qui m'entouraient lors de ce séjour et qui pratiquent avec assiduité la haute montagne, mon fils en "premier de cordée".

aiguille du midi

Il est tôt et pourtant, il y a foule pour cette ascension matinale à 3842 mètres. Je ne suis pas très rassurée. Je crains autant cette foule bruyante que le trajet en deux étapes en télécabine. Comble de tout, presqu'au sommet et pour cause de travaux, un peu comme dans le métro, nous voici stoppés au-dessus d'un vide abyssal, la cabine ballotée par le vent, reculant, avançant avec peine. Là, je ne vous raconte pas... Je suis un peu chancelante à l'arrivée, le souffle court avec le manque d'oxygène et seulement 2° en place des 24° dans la vallée. Vite, on sort la doudoune enfouie dans le sac à dos.

DSC04384

DSC04388

DSC04391

DSC04394

DSC04397

DSC04400

DSC04404

DSC04407

Une fois là haut, évidemment, toutes les appréhensions tombent devant le panorama d'une beauté à couper le souffle. Le Mont Blanc, pourtant, m'apparait comme un géant aux pieds d'argile. Les chemins qui mènent à son sommet sont devenues des autoroutes. On se presse et pas toujours avec respect. On imaginait jusqu'à il y a peu que la montagne était solide, immuable. On se leurrait...

DSC04409

DSC04419

DSC04441

DSC04460

Je n'ai pas fait exprès. Ce billet était en préparation quand les tristes nouvelles sont, hier, tombées. Sur le versant italien, dans une vallée proche de Courmayeur, un glacier menace de se détacher de sa paroi. Il pourrait engloutir le paysage en seulement 80 secondes. Entendu à Plan Praz un guide expliquer à des randonneurs que côté français, nous n'étions pas mieux lotis et que Chamonix pourrait disparaitre dans les mêmes conditions. Du bus qui nous ramenait vers les Houches, j'observais ces fameux glaciers. Ils font grise mine, le permafrost est endommagé, les roches fragilisées se fendent comme des éventails. Sur l'Aiguille du Midi, des ouvriers travaillent sans relâche, haut perchés au-dessus du vide, pour solidement arrimer la plateforme. Illusion ? Nos petits enfants ne connaitront pas la montagne telle que nous avons pu en profiter. Le paysage va changer. A l'heure où une jeune génération nous bouscule pour endiguer la catastrophe, il est temps, grand temps de réagir avec force et détermination. Notre mode de vie, notre société doit profondément se transformer et vite !


jeudi 3 mai 2018

RETRO NAUTISME à ENGHEIN les BAINS

DSC02545

Enghein les Bains dans le Val d'Oise, son lac, son hippodrome, ses thermes, son casino. Dommage, le ciel était gris, samedi après-midi, pour cette fête annuelle du rétro-nautisme. Tant pis, nous avons bravé la menace d'une pluie qui n'est pas tombée pour une belle balade au bord du lac car le programme était surfait rapport à la réalité des animations. Je dis ça, je ne dis rien...

DSC02534

DSC02549

Le Fouquet's au bord de l'eau a remplacé l'ancien Pavillon du Lac où, Belle Maman nous invitait pour fêter son anniversaire. C'était un bon restaurant. Il a été fermé plusieurs années pour rénovation et travaux lourds sur son infra-structure car le bâtiment coulait, lentement, au fond des eaux. Nous avons regardé la nouvelle carte. Bof. C'est cher pour manger du boeuf et des frites même dans un si beau cadre.

DSC02552

DSC02561

DSC02565

DSC02567

Le progamme des réjouissance était prometteur. Certes, cette exposition sur le modélisme nautique était intéressante et nous avons regardé évoluer sur l'eau de bien belles maquettes de bateaux. Heureusement, que j'ai fait des photos, au zoom de loin, car sur l'embarcadère les propriétaires de ces pièces certainement coûteuses les gardaient jalousement. Pire, ils se jaugeaient entre eux comme des coqs. Honnêtement, je n'ai pas trop aimé cette ambiance un peu, beaucoup, trop élitiste. Le jeune public n'était pas bienvenu. 

glacier Enghein

Nous n'avons pas résisté à l'appel de ce glacier que nous avions repéré, un soir d'hiver, lors d'un son et lumière. Nous nous étions promis de l'essayer. C'est chose faite et bien faite. Nous nous sommes attablés car c'est aussi un salon de thé où on sert crêpes et gaufres. Jules a pris une coupe dite royale avec de la vanille, de la noisette, du caramel. J'ai opté pour un vacherin trop copieux en crème chantilly, laquelle gâche un peu l'excellence de la glace à la vanille et de la meringue. Sinon, sur le trottoir, on vend des cornets à 1€ avec une variété large de parfums. Dommage, le service n'est pas aimable... 

DSC02570

DSC02589

DSC02532

La parade de "vieux gréments" se limite à ces quelques embarcations, pas de chants celtiques et seulement deux dames à cheveux blancs en costume belle époque, revêches à souhait qui on refusé d'être photographiées. Nous avons quand même passé une sympathique après midi, en dépit, d'une météo chafouine, nous promettant de revenir par un jour de beau temps faire du pédalo sur le lac (10€ la demi-heure) et, pour nous remettre d'avoir pédalé sur l'eau, aller manger une gaufre à l'adresse ci-dessus...

Posté par Armelle-L à 06:45 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,