<$CBTagMedias$>
mardi 21 mai 2019

Un peu de tout, beaucoup de rien #19#

IMG_1372

Un an, aujourd'hui, que j'ai lancé cette rubrique qui, semble-t-il, ne vous déplait pas. Je confesse avoir supprimé deux numéros pour ne garder aucun souvenir de ce début de mois de mai calamiteux. C'est là, en bord de Seine à la Frette que j'ai pris la décision de lever l'ancre pour quitter mon ancien appartement. Je ne le supportais plus et je me demande, à posteriori, comment j'ai fait pour tenir bon quatre ans dans cette banlieue fauve. La terrasse y était certainement pour beaucoup mais à force de vivre recluse et sédentaire dans mon quatrième étage, j'ai pris pas mal de poids...

1pdt19

Poids en partie pulvérisé à déménagemer meubles et cartons. A gravir les six étages sans ascenseur chez mon fils, également. Aucun scrupule donc, à se faire plaisir avec un döner chez Zelal, avenue de Clichy. Régressif et délicieux. Des glaces, aussi, l'une à la griotte à Coulommiers chez Mouilleron et l'autre au calisson chez San Luis à Versailles. Je ne sais pas pourquoi, dimanche matin, j'ai goûté plus que d'habitude mon petit déj' au lit avec vue sur les toits de Paris. Le soulagement, certainement, d'avoir pris la bonne décision sauf en matière de stationnement parisien. Merci madame Hidalgo pour ces quelques 27€ quotidien. Du coup, dans les jours à venir, nous bougerons pour échapper à ce racket.

IMG_1383

Coulommiers et son élégant théâtre municipal au bord du Grand Morin. Où, je réalise que le Grand Morin a toujours été proche des endroits où  j'ai vécu tranquille et heureuse. J'attends donc avec impatience la semaine prochaine car nous serons à nouveau voisins. Le mois de juin devrait être plus serein.


mercredi 15 mai 2019

Coulommiers - Le Parc des Capucins

DSC04984

C'est régressif et c'est ainsi. A chaque fois que je perds pied, je file en Brie me réparer, me régénérer, me ressourcer. Coulommiers sous le soleil du mois de mai m'a accueilli les bras ouverts. Savez-vous que ce Parc des Capucins pourtant méconnu du plus grand nombre est un des plus beaux d'Ile de France. C'est un lieu apaisant pour les sens où flotte le mystère. Le mystère, entre fiction et réalité, de l'héroïne du roman de Madame de la Fayette, la Princesse de Clèves puisque ce lieu est cité à plusieurs reprises dans ce récit.

DSC04988

DSC04989

DSC04990

DSC04983

DSC04985

DSC04991

DSC04993

DSC04996

DSC05002

Ce parc des 4 hectares situé en centre ville et lové dans une boucle du Grand Morin abrite les vestiges d'un château fort qui joua un grand rôle lors de la Guerre de Cent ans. Reconstruit au XVIIème siècle par Catherine de Gonzague, épouse d'Henri Ier d'Orléans, il fût détruit au XVIIIème siècle par le Duc de Luynes. Ne restent que quelques ruines et les deux pavillons des gardes. Dommage, les massifs de pivoines n'étaient encore qu'en boutons car le rouge sur tous ces verts très puissants, eau et végétal mêlés sont du plus bel effet. Ensuite, j'ai visité maisons et appartements. Dans deux semaines, je rentre au bercail. Après tant d'errance, il était temps de prendre cette sage décision.

Posté par Armelle-L à 07:15 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

lundi 15 avril 2019

Foire aux fromages de Coulommiers (édition 2019)

DSC04714

Le Brie de Meaux, bien loin du quart pasteurisé que vous achetez, peut-être, au supermarché est une affaire sérieuse. Il est régit par des règles strictes pour briller et sa Confrérie vieille de douze siècles d'une histoire riche veille au respect des traditions. Chaque année, lors de la Foire aux Fromages de Coulommiers, à l'issue d'une cérémonie les meilleurs sont médaillés. On ne commence donc pas à arpenter ce salon sans passer par le stand où on est invité à goûter le médaillé d'or de l'année. Je ne suis pas experte mais je lui ai trouvé un agréable goût "fleuri" et "printanier".

FF1

FF2

Si pour cette édition, la région Hauts de France était invitée d'honneur, j'avoue ne venir à Coulommiers que pour le "locavore" à savoir ces artisans locaux qui me régalent depuis près de 30 ans. Non, je ne suis pas que versaillaise car j'ai vécu plus d'un quart de siècle en Brie et j'apprécie ce terroir. J'ai acheté du Coulommiers médaillé d'or 2019 chez Rouzaire et pour aller avec la tige au Brie de chez Mouilleron. J'ai visité le stand du miel Véron dont je n'ai jamais retrouvé l'équivalent même plus cher et en pot de verre. Sinon, intense découverte gourmande chez ce glacier de May en Multien, les 3 Givrées dont les glaces sont à se rouler parterre. J'ai, bien sur, fait provision de mes macarons de Réau au coquelicot de Nemours.

DSC04729

FF3

Mini salon de l'agriculture pour mettre en valeur le travail des éleveurs de bovins et autres

DSC04712

S'il faisait frisquet, le ciel était bleu au-dessus du pays briard et nous avons eu l'heureuse idée d'arriver tôt. Quand nous sommes repartis, la file de voitures garées sur les bas-côtés de la RN34 s'étendait jusque Mouroux. Un coup d'oeil à mon très cher Grand Morin car je doute revenir avant quelques temps puisque nous avons trouvé une maison dans un tout autre coin. A moins que... cette maison qui nous plait tant vient de voir son prix de vente revu à la baisse et sur ce marché du terroir, nous avons aussi trouvé nos renseignements pour l'installation d'une chaudière bio-masse. Le coup de pouce énergétique à raison de 2500 ou 4000€ selon le revenu fiscal et les moins 30% sur les installations ne seront valables que pour cette année. Affaire à suivre par conséquent...

mercredi 22 août 2018

RETOUR aux SOURCES

DSC03611

Si vous me suivez depuis longtemps, vous connaissez mon attachement au Grand Morin, maintes fois photographié à Crécy la Chapelle dite la Venise Briarde. Cet enfant terrible de la Brie, torrent de plaine fougueux parfois, joyeux le plus souvent, fait partie depuis belle lurette de mon paysage. Il m'a toujours enchanté, allez savoir pourquoi ! Il prend sa (ses) sources à Lachy en Champagne avant de dévaler 118 kilomètres pour se jeter corps et âme dans la Marne qui, dans ses eaux profondes l'entrainera jusque Paris.

DSC03613

DSC03614

DSC03617

Un bail que je n'étais pas venue me promener à Lachy. J'ai toujours adoré cet endroit où, entre les ronces et les mûriers en amont du village, on entend gazouiller, le bébé de rivière. Plus bas, dans le bourg à côté de ce lavoir, il devient comme un jeune chiot. Plein de vie, il s'ébroue et fait déjà parler de lui. En parlant de chiot, le boxer anglais de ma fille a pris son premier bain d'eaux vives précisémment là. Bien baptisé, on dirait puisque ce chien devenu vieux avec toutes les fragilités de sa race conserve allant et tonicité.

DSC03618

DSC03619

DSC03609

DSC03608

On dirait que sur les arbres, aussi, le philtre de jouvence agit car c'est la première fois que je remarque les arbres remarquables qui jalonnent les rives. Retour aux sources.  Jules en a fini, enfin, aves ses vélléités de départ en Bretagne. La Bretagne, en touriste pour moi. Je ne m'imaginais pas y vivre du tout. Hier, nous avons visité une maison, dans le coin, ci-dessus, aux accents "très versailles" dont nous faisons une contre visite demain avant de partir en vacances. Pour nous, le philtre serait plutôt ce "petit vin de pays" à la renommée sans limite appelé Champagne puisqu'il s'agit d'une maison de vigneron... Affaire à suivre à la rentrée ! Photo ci-dessus de la charmante école des filles du village située rue des sources comme il se doit.

mardi 21 août 2018

NOUS AVIONS TANT à PARTAGER...

brie

La Brie, le Brie, ce cher Grand Morin, les niflettes à la Toussaint, la confiture de fraise maison, les fleurs au jardin. Cette lectrice de mon blog depuis tant d'années et moi-même avions tant à partager qu'il était évident que nous devions, un jour, nous rencontrer au-delà de l'écran de nos ordinateurs respectifs. C'est ainsi que nous avons partagé un déjeuner estival et champêtre, au fond de son superbe jardin avec vue sur le Grand Morin, tranquille, en cette saison. Le temps a passé vite à papoter de choses et d'autres. Le soleil se couchait, incandescent, sur le pays Briard quand nous avons repris la route pour Paris. J'espère trouver vite une maison pour rendre à cette amie son invitation car je n'imagine pas, un instant, la convier dans ma banlieue. Du reste, ce matin, nous voici repartis, cap à l'est, pour visiter deux biens très différents. Ne dit-on pas que les voyages forment la jeunesse ? Bonne journée à tous et merci pour votre fidélité à ce blog ! 

Posté par Armelle-L à 08:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

lundi 28 mai 2018

VOIR VENISE et... MOURIR

DSC02902

Quand j'ai vu le nom de ce tissu à marinière sur le site Un Chat sur Un Fil, j'ai tout de suite commandé. La marinière Saint Armel dans le Morbihan était pour moi puisque je dois mon prénom à ce petit bourg de la Presqu'Ile de Rhuys. Rayures beige et lurex, c'est chic sauf que le tissu est aussi fin que du papier à cigarette alors que son prix au mètre est assez conséquent. 

DSC02874

DSC02871

DSC02868

Je traine la patte côté couture en ce moment. La faute à ma vue qui décline et ce défaut de convergence qui s'est accentué malgré les séances d'orthoptiste. Je ne peux pas travailler longtemps avec minutie. Je n'ai réussi à avoir rendez-vous chez un ophtalmo que le 16 août... J'ai donc fait simple à partir d'un patron maison maintes fois éprouvé et voici ce tee shirt marinière dont j'aime beaucoup le rendu de l'encolure.

DSC02903

Pourquoi ce titre "voir Venise et mourir" allez-vous me questionner ? Parce que ce shooting avait débuté dans les brumes matinales après l'orage, sur les berges du Grand Morin à Crécy la Chapelle. Crécy, surnommée la Venise Briarde. Mourir de dépit car à force de jongler avec pas moins de trois paires de lunettes, une de loin, une de près, une solaire, j'ai fait une mauvaise manip et effacé trois quart de mes photos... J'ai donc du supplier Jules, en rentrant au bercail, de bien vouloir refaire une série sur ma terrasse avec mes premières fraises...

lundi 7 août 2017

DRÔLES de ZEBRES !

1

Hier, nous sommes allés nous balader en Seine et Marne. Nous avons fait halte à Crécy le Chapelle dite la petite Venise briarde pour pique niquer au bord du Morin sur le Pré Manche. J'ai profité de l'occasion pour faire me faire photographier avec une jupe et un top de ma création. Retour sur images.

2

3

4

Une jupe toute simple, modèle Ottobre et un top un peu arrangé à ma sauce. Le denim stretch et le coton imprimé animal proviennent de Ma Petite Mercerie. Achetés séparément, je n'imaginais pas qu'ils iraient si bien ensemble.

5

6

7

Dans le champ en face, deux beaux chevaux. Je n'ai pas résisté à leur appel du regard et je me suis approchée pour les caresser. Sauf que ces drôles de zèbres m'ont fait les poches... enfin, mon sac à main où j'ai toujours au cas où des petits sachets de sucre en poudre. Les malins ! C'était un joli dimanche.