<$CBTagMedias$>
samedi 23 novembre 2019

Toi aussi, t'étais moche en 90 !

DSC05809

L'autre jour, en mal de loisirs, j'ai revu avec délice le film Tatie Danielle. Comment ne pas être hilare devant les looks de Karine Viard et Catherine Jacob ? Tenues vestimentaires et make-up. J'avais oublié la tendance du vert salade en couche bien épaisse sur les paupières. Et puis, cette publicité de SEAT et le slogan qui va avec m'ont replongée dans mes archives. J'ai cherché précisémment une photo de moi en avril 1990, date de sortie du film culte d'Etienne Chatillez. On aurait pu s'attendre à pire car j'ai eu pire, un ou deux ans, auparavant. J'avoue que mon coiffeur d'alors chez JLD Coulommiers a été de bon conseil. J'ai succombé à cette mode d'alors, la permanente mais Didier (je me souviens de son prénom car je n'ai jamais retrouvé depuis un aussi bon coiffeur) m'a dissuadé du sacrilège en conservant ma belle longueur d'alors. On n'échappe, cependant pas, aux pulls en mohair façon Anne Sinclair. Qui se souvient encore de son magazine politique du dimanche 7 sur 7... et de ses pulls aussi ! Je porte du home made car le gilet et le pull en dessous était tricotés par mes petites mains. Malgré mes trois enfants, j'avais du temps. Pas d'internet, pas d'Instagram, rien de chronophage si on excepte le bavardage de ma factrice et le café de 13 heures chez une amie avec en toile de fond les Feux de l'Amour... Bref, toute une époque. Si toi aussi, t'étais moche en 90, je te lance le défi, photo à l'appui, d'en parler sur ton blog ! Bon weekend à tous.

Posté par Armelle-L à 07:01 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


lundi 18 novembre 2019

Noël et la Reine des abeilles

Sous la Coupole des Galeries Lafayette...

DSC05758

cats

Dès l'ouverture du grand magasin, hier matin, la foule était dense et il a fallu jouer du coude pour se frayer un chemin jusque sous la coupole pour admirer ce superbe sapin orné de fleurs d'hiver avec à son sommet la Reine des abeilles. Tous les ans, j'attends fébrilement le thème et cette année, l'émerveillement est au rendez-vous. J'ai pris plaisir à déambuler dans les rayons où j'ai rêvé et scruté de très belles robes pour tenter de les reproduire par moi-même. Coup de coeur pour la collection très inspirante automne hiver chez Agnès b. Tout ce que j'aime. Ensuite, nous nous sommes promenés et le soleil a daigné se lever pour briller. En venant tôt le matin, nous avons échappé de peu a l'invasion des gilets jaunes. Ces imbéciles ont ils songé un instant qu'ils privaient les enfants de ce spectacle ainsi que des animations autour du soixantième anniversaire de la Poupée Barbie.  Paris m'a quand même enchanté. Hâte de recommencer.

Posté par Armelle-L à 07:06 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

jeudi 24 octobre 2019

"Body Positive"

IMG_2279

Ce billet, depuis un certain temps, me tenait à coeur. Il n'est pas facile à rédiger car j'ai du mal à aligner mes pensées et mes réflexions. De surcroit, je ne souhaite heurter personne car le surpoids est et n'est pas une fatalité. J'ai toujours été ronde et ce, depuis l'enfance. J'ai été très mince ou trop maigre - c'est selon - aussi à grand coup de régimes trop violents. Je me souviens, encore, d'un article lu dans le magazine ELLE, il y a trente ans. Il était très bien fait et le test réalisé, j'ai compris que devenue quinqua, il me faudrait manger comme un petit oiseau pour maintenir un poids de forme sans les formes.

Partout, à la télé, à la radio, dans les médias et, surtout sur les réseaux sociaux, on parle à grand fracas de ce nouveau courant social appelé le "Body Positive" à savoir qu'il faut savoir s'accepter tel qu'on est et non pas (plus) se plier aux diktats de la mode et de la minceur. Alors, on voit surgir un peu partout des égéries plus que rondes dans les pubs et chez les influenceuses. 

L'autre jour, je regardais les reportages autour du décès de Jacques Chirac. Rien à voir mais ce sont les images des années 60, 70, 80 qui m'ont interpellée. On ne faisait, alors, pas plus attention à sa ligne mais on boulotait pas à longueur de journée. On ne prenait pas sa bagnole pour un oui, pour un non. On achetait un steak chez son boucher et on mangeait de la soupe, le soir. En résumé, la junk-food n'existait pas.

Quand je me promène dans la rue, je suis affolée par ces jeunes si fats et si obèses, déjà, leur silhouette grasse et informe moulée à outrance dans des jeggings et autres jeans beaucoup trop collants. A vrai dire, me suis-je dit, ce "body-positive" n'est-il pas plutôt une forme de renoncement ? Renoncer à cuisiner fruits et légumes convenablement, à fuir les canettes de soda et les fast-foods, à faire de l'exercice, à délaisser un temps son portable pour s'occuper autrement, à redevenir un tantinet "préhisto".

J'ai du poids en plus et j'ai une piètre estime de moi quand ça dérape. Je fais, cependant, très attention à mon alimentation et je ne fais plus de régimes sauvages. Je sais pertinemment que je ne retrouverai pas le poids de mes vingt ou trente ans pourtant, je refuse d'adhérer à un mouvement qui me libèrerait de la contrainte de faire un peu d'exercice physique et cuisiner sainement. Chaque écart est sanctionné et c'est pour cette raison que je dois, en amont, d'une fête de famille ou d'un restaurant, faire ma propre prévention. 

En résumé, je dirai que le "Body Positive" a été inventé par les industriels de la malbouffe pour déculpabiliser leurs clients. Pas faute au corps médical d'avoir tiré depuis bien longtemps la sonnette d'alarme en pointant du doigt les risques d'une mauvaise santé liés à l'obésité de leurs patients. Dur de trouver une chute à ce billet sans s'inquiéter de la dérive d'une société qui, a petit feu, flingue ses enfants...

jeudi 28 février 2019

Un peu de tout, beaucoup de rien #18#

IMG_1004

Ainsi s'achève le mois de février avec une énième manifestation des gilets jaunes, lesquels seraient capables d'asphyxier et tuer nos grands magasins parisiens. Samedi midi, le boulevard Haussmann et les rues alentours sont interdites à la circulation. Le long des vitrines une colonne de véhicules policiers et militaires avec des agents casqués et armés jusqu'aux dents. Image de guerre et des commerces qui s'essoufflent avec un personnel qui s'ennuie et des vigiles nerveux sur le pas de porte prêts à baisser le rideau. C'est triste, vous ne trouvez pas alors qu'il fait beau et que les terrasses des cafés nous tendent les bras.

1pdt18

Plus légèrement, se réjouir de ce beau ciel bleu au-dessus de notre belle capitale. Capitale tristement en état de siège chaque samedi, dorénavant où les terrasses des bristrots sont vides, les bus à l'arrêt, les vélib's laissés pour compte et les touristes en fuite devant tant de débordements. On nous ferait oublier que les soldes d'hiver sont terminées et que les magasins sont fournis de jolis vêtements de printemps telles ces blouses imprimé foulard, tendance du moment. On aime ou on n'aime pas. Moi, j'adore.

IMG_1003

Cité des Fleurs, les arbustes sont déjà roses et chez mon fils, aux Batignolles, on a ouvert les fenêtes en grand pour siroter une limonade au pamplemousse rose la Mortuacienne accompagnée d'un délicieux pasteis de natta. Savourer ces instants car ses travaux se terminent et, bientôt, nos rendez-vous parisiens du samedi avec nos lyonnais n'auront plus cours. Espérons que ces fichus gilets jaunes en fassent autant !

lundi 6 mars 2017

Vintage, mode et solidaire

1

A vrai dire, si jeudi nous avons pu souffler, un peu, dans le débarras chez Belle Maman, c'est grâce à eux. Eux, j'entends Emmaüs puisqu'ils étaient venus la veille faire un inventaire de ce qu'ils pourraient prendre et, ô bonne surprise, quasi tout. Des meubles, des livres et toute la vaisselle sauf celle ébréchée. Nous n'avions plus qu'à tout conditionner en cartons. C'est certainement pour cette raison que je suis entrée dans cette boutique à leur enseigne, rueQuincampoix, vintage, mode mais solidaire.

2

3

4

5

6

7

Une fois le seuil de cette boutique à la devanture bleue franchi, rien ne distingue cet espace de vente clair, bien agencé et lumineux des autres friperies du quartier. Les vêtements sont bien rangés et on a tout de suite envie de fouiner pour dénicher la perle rare. Les fringues sont vendues au poids (1kg = 10€) et les accessoires à la pièce. Vu de très belles chaussures Yves Saint Laurent neuves à 20€ et un sac à main de dame 50's qui m'a rappelé celui de Belle Maman, plus grand et plus beau, que j'ai gardé pour assortir mes tenues de "gala". Aussi ironique que cela puisse paraitre alors que nous donnons tout à cette association de l'Abbé Pierre, cette boutique nous a donné envie d'aller chiner dans leurs entrepôts de mobilier quand nous aurons du temps à tuer.

Posté par Armelle-L à 08:26 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,