<$CBTagMedias$>
samedi 10 août 2019

Nogent sur Seine - Le Musée Camille Claudel

DSC04189

Ce musée dédiée à Camille Claudel était le but de notre visite à Nogent sur Seine. Quand j'ai vu une affiche le concernant sur les murs de Provins, j'ai voulu venir le voir d'autant qu'il se situe à une petite heure de chez moi. Ce musée est sobre, élégant, moderne. Il abrite des oeuvres multiples dont celles du célèbre sculpteur Alfred Boucher qui comme son élève Camille Claudel a vécu à Nogent.

DSC04199

DSC04200

Exposition temporaire "à rebrousse-temps" et le travail de la plasticienne Orlan

DSC04207

DSC04209

DSC04210

Cette oeuvre de Rodin, discrète est une des rares de l'artiste et c'est justice rendue, lui dont l'ombre a plané sur la vie de Camille Claudel jusque lui en faire perdre la raison. Elle est éclairée artisitiquement par un puit de lumière. On dit que Camille Claudel faisait du Rodin avant même de l'avoir connu. On comprend aisément à quel point elle a du souffrir dans sa créativité et dans son coeur de femme amoureuse.

DSC04211

musée camille claudel

DSC04185

Lorsque Camille Claudel, enfant, débarque à Nogent, elle y trouve la glaise pour ses premières ébauches de sculpture. Son père fera pied et main pour qu'elle rencontre Alfred Boucher qui réside dans la petite cité champenoise. Il deviendra son professeur et se rendra chaque semaine à Paris à l'école Colarossi avant de passer la main à un certain Rodin. A voir si vous passer par la région troyenne.

Posté par Armelle-L à 07:35 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


mercredi 19 décembre 2018

Musée Christian Dior à Granville

1

Il était le but et la raison de ma visite à Granville. Le Musée Christian Dior perché au-dessus de la mer, pimpant et rose quand nous l'avons découvert dans la lumière hivernale et matinale, en haut des escaliers de la falaise qui mène à lui. L'avantage de visiter cet endroit en hiver, c'est le calme et la sérénité. Le désavantage, jardin et parterres ne sont plus en fleur. N'empêche, j'ai été éblouie. La Villa des Rhumbs de son nom était propriété familiale depuis 1906. Le lieu fait face aux iles anglo-normandes. C'est un petit bijou. La maison appartient à la ville de Granville depuis 1932 et c'est en 1997 qu'elle deviendra musée en mémoire de celui qui affectionnait tant l'endroit.

2

3

4

5

6

7

8

9

J'étais venue pour l'exposition temporaire "les trésors de la collections" et, j'avoue être restée un peu sur ma faim. J'ai même secrètement déploré n'avoir pas eu le courage de me rendre à Paris, l'année dernière pour voir la fabuleuse collection consacréé à ce couturier d'après-guerre vraiment hors pair. On y découvre le parcours de celui qui a sublimé la silhouette féminine avec ses robes tiges ou corolles très inspiré par la nature. Quel divin plaisir de déambuler dans un musée en solitaire. Je n'ai pas boudé mon plaisir. Et puis se dire qu'il faut croire en sa bonne étoile comme le faisait Monsieur Christian Dior.

Posté par Armelle-L à 08:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 15 avril 2018

NOS ANCÊTRES, LES GAULOIS(ES)

DSC02441

En arrivant au Musée d'Archéologie Nationale de Saint Germain en Laye, je ne pensais pas ressortir avec la soif d'en savoir plus sur nos ancêtres les gaulois et, surtout, les gauloises car j'étais loin d'imaginer que ce chef de tribu casqué et armé sur son fier destrier était moins boeuf que nombre de nos contemporains. Où j'ai appris que les gaulois étaient civilisés. Ils jouissaient dès le IIIème avant Jésus Christ de droits civiques et de vote devant un Sénat. Mais, ce qui m'a surprise, c'est le statut "d'égale" des hommes donné aux femmes. Elles avaient des charges équivalentes à celles des hommes et jouissaient des mêmes droits. 

DSC02423

DSC02424

DSC02438

DSC02439

DSC02442

DSC02446

DSC02447

DSC02453

C'est pour cette raison que j'ai choisi de vous épargner le parcours archéologique depuis l'homo erectus à celui des mérovingiens pour me concentrer sur ce qui n'a pas manqué d'attirer mon attention, les bijoux féminins de l'âge de fer à celui de la Reine Arégonde, au Moyen Age. Les gauloises possédaient de bien belles parures que nous pourrions leur envier. J'aime beaucoup la bague en bronze avec la croix celte. Sur la photo, au zoom, on n'imagine pas que ce travail minutieux est à l'échelle d'un doigt. 

DSC02454

Quant à notre Reine Arégonde découverte sous la basilique Saint Denis et identifiée grâce à ses bijoux, elle aurait pu nous donner des leçons. Aujourd'hui, on la qualifierait "d'influenceuse" car elle faisait et défaisait la mode. Les archéologue ont été stupéfaits du soin et de la sophistication donnés à ses atours comme en témoignent des porte-jarretelles dont j'ai, hélas, raté la photo. Tant pis et tant mieux car si vous voulez voir de vos yeux voir, n'hésitez pas à aller visiter ce musée à faible fréquention où on ne se bouscule pas pour admirer de bien riches collections. Le musée est ouvert tous les jours sauf le mardi de 10 à 17 heures pour 7€, le ticket d'entrée.

samedi 14 avril 2018

SAINT GERMAIN en LAYE, son château

DSC02393

Honte à moi, car je n'avais jamais visité le Château de Saint Germain en Laye pourtant proche de Versailles. Mercredi, nous avons profité du beau temps pour réparer cette lacune et nous avons découvert plus que la bâtisse, le Musée d'Archéologie Nationale où nous avons beaucoup appris. L'histoire de ce château débute en 1124 avec Louis VI le Gros. La château fort d'alors sera brûlé durant la Guerre de Cent ans et c'est François Ier qui lui donnera lustre et allure renaissance. 

DSC02387

DSC02389

DSC02388

DSC02391

Certes, Louis XIV a fait aménager les jardins par son cher André Le Nôtre tout comme la Grande Terrasse mais ils n'ont pas le panache de ceux de Versailles. Au demeurant, le Roi Soleil ne gardait pas de bons souvenirs à Saint Germain et, le 20 avril 1682, il quitta définitivement les lieux, sa cour à sa suite.

DSC02465

DSC02436

DSC02406

DSC02434

cats

DSC02444

salle de bal

Le Château-Vieux comme on l'appelle porte son histoire à bout de bras. Non meublé, il abrite un musée qui peine à déplacer les foules. Il faut dire que l'archéologie, de nos jours, ne passionne guère les jeunes générations. Ne nous voilons pas la face. Pourtant, au-delà de la pesanteur de son architecture et cicatrisé par ses transformations successives, on ressent entre ses murs les soubresauts de notre histoire. Du reste, quand on voit la salle ci-dessus dite salle de bal sous François Ier et salle des comédies sous Louis XIV, on comprend mieux pourquoi ce dernier a doté son palais de sa Galerie des Glaces avec vue sur ses fabuleux jardins et son Grand Canal... Il devrait être claustro.

DSC02468

DSC02386

Ressortir au jardin sous la clarté d'un printemps tardif et paresseux. Du Musée d'Archéologie Nationale, je vous parlerai dans un billet prochain et vous verrez que les collections, contre toute attente, m'ont inspiré pas mal de fantaisie. Nos ancêtres les gaulois gagnent à être mieux connus... Ce que j'aime à Saint Germain en Laye, ce sont les multiples magnolias qui fleurissent la ville, un peu partout, en cette saison.

mardi 20 septembre 2016

La Galerie des Carrosses

1

Oui, certes, cette Galerie des Carrosses est ouverte au public, chaque jour de l'année, gratuitement mais j'ai choisi ce dimanche des Journées Européennes du Patrimoine pour aller la visiter rénovée. Nous sommes entrés rapidement en étant moins fouillés qu'à l'entrée de mon supermarché... Ca se passe aux Grandes Ecuries du Roi et c'est la plus importante des collections de carrosses d'Europe. Ce petit musée a été voulu par le Roi Louis-Philippe en 1831

2

3

Si à la chute de Second Empire, la IIIème République récuse le faste et l'ostentation, elle est contrainte malgré tout, de se doter de nouveaux véhicules pour remplir ses obligations officielles. Ces voitures sobres et belles à la fois sont les premières présentées car cette exposition bien orchestrée nous réserve le meilleur pour la fin

4

5

6

7

8

9

10

11

Viennent ensuite, les riches équipages avec les berlines du mariage de Napoléon Ier avec Marie-Louis d'Autriche. On imagine sans peine le faste de cette cérémonie qui aura duré trois jours. Je ne peux pas tout mettre en page dans un blog. Je tiens juste à souligner pour avoir connu ce musée, autrefois, dans son ancien jus qu'il a été pensé pour que les plus jeunes en profitent pleinement puisque leurs yeux se trouvent à hauteur des voitures. Du temps de ma jeunesse, nous étions au niveau des pavés. Les éclairages sous ces voûtes signées Mansart sculptent et mettent en valeur le travail de tous les corps de métier.

12

13

14

15

Et voici la pièce maîtresse de cette galerie, le carrosse du sacre de Charles X en mai 1825. C'est Louis XVIII qui avait commandé cette voiture mais, prudent politique, il en avait abandonné le projet. Il sera remis en chantier dès l'avènement de Charles X et sera achevé en six mois sous la direction de Daldrinegen, carrossier virtuose du genre quand on regarde les détails riches et infinis de cette oeuvre d'art !

16

17

Voici la partie que j'ai préféré, les traineaux de la cour mis en scène sur une estrade avec en trompe l'oeil, le Bassin de Latone et le Grand Canal enneigé. On s'y croirait. Gros coup de coeur pour ce traineau-léopard. On doit cette mode importée des contrées nordiques à Louis XIV. Les dames vêtues à la polonaise se font promener par ces messieurs. C'est un privilège unique en Europe...

18

19

L'exposition se termine par le char funèbre de Louis XVIII. On va voter des crédits exceptionnels pour ces pompes funèbres pour réhausser l'éclat d'une monarchie constestée. On savait manier le bon goût en ce temps là car s'il est riche, ce char reste sobre. En marge, une projection sur les avancées de la sécurité "automobiles" dont ces voitures ont bénéficié ainsi que le pavement et le maillage de nos futures routes. C'est infiniment intéressant alors que s'ouvre dans quelques semaines le Salon de l'Automobile moderne à l'ère de l'électronique embarquée? histoire de ne pas oublier ce que nous devons à ces carrossiers...

20

Passer les grilles rénovées des Grandes Ecuries du Roi et hâter le pas pour voir autre chose dont je vous parlerai ce weekend car, comme pour la couture, je manque de temps pour la mise en page de mes billets surtout quand ils sont fournis en photos ! Abonnez-vous à la newsletter pour ne rien rater. Bonne semaine.