<$CBTagMedias$>
vendredi 14 février 2020

Quelques mots d'amour...

saint valentin lettres

Saint Valentin, ce vendredi. Je ne suis pas adepte de cette fête mais voici l'occasion de parler d'un sujet qui a animé une de nos réunions de famille quand à la faveur de notre emménagement, nous avons retrouvé, au fond d'un carton, des lettres d'amour. Lettres édulcorées échangées avec Jules au temps de nos fiançailles, il y a longtemps. Lettres écrites au Waterman pour Monsieur et au Stypen, encre turquoise pour Madame. Force est d'admettre que l'encre noire s'est mieux conservée que celle de ce stylo plume très en vogue chez les jeunes filles d'alors. C'est ainsi que nos enfants ont réalisé que lorsqu'ils auraient atteint notre âge canonique, il ne resterait rien de leurs sms ou mails enflammés sur internet et les réseaux sociaux. L'ère de la correspondance désuette sur papier velin étant bel et bien terminée. Ca les a d’un coup minés. Il ne restait déjà plus rien des débuts de leur histoire. Et puis, nous avons aussi conservé de vieilles lettres dont l'écriture ample et appliquée a suffit à ramener parmi nous, l'affection d'une grand-mère, d'une grand-tante, de vieux prétendants devenus amis... Alors, les jeunes, écrivez. Ecrivez ne serait-ce que quelques mots d'amour sur un post-it à glisser au fond d'un porte-feuille pour l'oublier et, un beau jour, le retrouver. C'était ma participation à une Saint Valentin que je vous souhaite douce si vous la fêtez. Bon weekend à tous les autres.

Posté par Armelle-L à 06:46 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,


vendredi 17 janvier 2020

Un pour tous, tous pour Un !

IMG_3203

En passant, hier, devant la statue équestre de Louis XIV, je me suis fait la réflexion qu'il ne se passait pas un jour sans que les médias ou les réseaux sociaux ne fassent allusion à sa majesté le Roi. Son histoire, son parcours, son patrimoine, ses idées, ses maîtresses, l'héritage qu'il nous a laissé. Un pour tous, tous pour Un. Jusque Carlos Goshn qui a cité le monarque dans sa conférence de presse depuis le Liban. Je me demande, en revanche, si Catherine Pégard sortira intacte de ce galimatias autour d'un anniversaire. Le château - est-ce la faute des grèves ? - fait triste mine depuis le début de l'année. Peu de visiteurs.

IMG_3186

IMG_3189

FullSizeRender

IMG_3193

Il flottait, ce jeudi, sur la ville royale une atmosphère de printemps. Je suis allée chez ma coiffeuse, une ancienne amie du collège. Nous avons papoté du temps qui passe et de la flambée des prix de l'immobilier qui nous a projetées l'une et l'autre à cent mille lieues de cette ville où nous sommes nées, où nous sommes allées en classe, où nous avons grandi. Et de nous lamenter d'avoir fait l'erreur, un jour des années 80, de partir voir ailleurs... Je suis allée, rue de Montreuil, faire des emplettes car j'ai du monde, aujourd'hui. Chez ce crémier sous les fenêtres de l'appartement où  j'ai vécu de ma naissance à mon adolescence. Rien n'a changé. C'était déjà une crèmerie.

IMG_3201

Jules m'a trouvé bien coiffée. Il m'a donc convié chez Peppone, passage Saladin, pour manger une pizza. Je pense que me flatter était une bonne excuse pour aller au restaurant. Ma "veggie" était délicieuse et l'addition moins onéreuse qu'à l'Orangerie de Monsieur. Ensuite, nous sommes rentrés car, aujourd'hui, j'ai du pain sur la planche. J'attends mes jumeaux et dimanche, nous fêterons l'anniversaire de mon aînée. Je vous souhaite donc un bon weekend.

LA TRATTORIA PEPPONE - PUZZLE #6# - La Stylettante

Ce n'est pas là que nous avions prévu de fêter notre anniversaire de mariage mais, des frais médicaux importants nous ont contraint à réduire la voilure. Mes photos sont médiocres d'où la publication de ce puzzle pour vous parler de cette petite pizzeria versaillaise située juste derrière les halles du marché.

http://www.stylettante.net

jeudi 24 octobre 2019

"Body Positive"

IMG_2279

Ce billet, depuis un certain temps, me tenait à coeur. Il n'est pas facile à rédiger car j'ai du mal à aligner mes pensées et mes réflexions. De surcroit, je ne souhaite heurter personne car le surpoids est et n'est pas une fatalité. J'ai toujours été ronde et ce, depuis l'enfance. J'ai été très mince ou trop maigre - c'est selon - aussi à grand coup de régimes trop violents. Je me souviens, encore, d'un article lu dans le magazine ELLE, il y a trente ans. Il était très bien fait et le test réalisé, j'ai compris que devenue quinqua, il me faudrait manger comme un petit oiseau pour maintenir un poids de forme sans les formes.

Partout, à la télé, à la radio, dans les médias et, surtout sur les réseaux sociaux, on parle à grand fracas de ce nouveau courant social appelé le "Body Positive" à savoir qu'il faut savoir s'accepter tel qu'on est et non pas (plus) se plier aux diktats de la mode et de la minceur. Alors, on voit surgir un peu partout des égéries plus que rondes dans les pubs et chez les influenceuses. 

L'autre jour, je regardais les reportages autour du décès de Jacques Chirac. Rien à voir mais ce sont les images des années 60, 70, 80 qui m'ont interpellée. On ne faisait, alors, pas plus attention à sa ligne mais on boulotait pas à longueur de journée. On ne prenait pas sa bagnole pour un oui, pour un non. On achetait un steak chez son boucher et on mangeait de la soupe, le soir. En résumé, la junk-food n'existait pas.

Quand je me promène dans la rue, je suis affolée par ces jeunes si fats et si obèses, déjà, leur silhouette grasse et informe moulée à outrance dans des jeggings et autres jeans beaucoup trop collants. A vrai dire, me suis-je dit, ce "body-positive" n'est-il pas plutôt une forme de renoncement ? Renoncer à cuisiner fruits et légumes convenablement, à fuir les canettes de soda et les fast-foods, à faire de l'exercice, à délaisser un temps son portable pour s'occuper autrement, à redevenir un tantinet "préhisto".

J'ai du poids en plus et j'ai une piètre estime de moi quand ça dérape. Je fais, cependant, très attention à mon alimentation et je ne fais plus de régimes sauvages. Je sais pertinemment que je ne retrouverai pas le poids de mes vingt ou trente ans pourtant, je refuse d'adhérer à un mouvement qui me libèrerait de la contrainte de faire un peu d'exercice physique et cuisiner sainement. Chaque écart est sanctionné et c'est pour cette raison que je dois, en amont, d'une fête de famille ou d'un restaurant, faire ma propre prévention. 

En résumé, je dirai que le "Body Positive" a été inventé par les industriels de la malbouffe pour déculpabiliser leurs clients. Pas faute au corps médical d'avoir tiré depuis bien longtemps la sonnette d'alarme en pointant du doigt les risques d'une mauvaise santé liés à l'obésité de leurs patients. Dur de trouver une chute à ce billet sans s'inquiéter de la dérive d'une société qui, a petit feu, flingue ses enfants...

mardi 17 septembre 2019

Blog or not to blog ?

blog

Lu ce matin chez Sheily Parisienne l'annonce de la fermeture définitive de deux plateformes de blogs, celle du journal 20minutes et celle de la communauté Hellocoton. Comment ne pas réagir et se poser, à mon tour, la question d'être ou ne pas être blogueuse (pour l'éternité). Ne dit-on pas que les meilleures choses ont une fin ? J'ai connu nombre de mes lectrice via Hellocoton. C'était une époque pas si lointaine où le blog était un espace convivial, de partage amical. Je crois qu'on se prenait beaucoup moins la tête que maintenant. Nous nous amusions. Cet été, avec les bugs à répétition de cette plateforme, je me suis interrogée sur l'intérêt de survivre à cette mode devenue démodée, Instagram ayant pris le relais. J'ai décidé de continuer car on ne pas raconter ou expliquer en quelques hashtags une aventure et puis, mon blog est devenu un journal. J'en ai besoin, en ces temps pour moi troublés, de me relire pour me rassurer.

Nombre de grandes pointures ont déjà tout stoppé. Certaines sont montées haut en orbite, d'autres se sont éteintes au propre comme au figuré... En effet, je trouve que le blog accentue la tristesse et la détresse à l'annonce d'un décès d'une personne qu'on ne connaissait que par écrits interposés. Je trouve le deuil plus difficile à faire que dans la vraie vie. Deux cet été. Bref, mes questions sont bien plus métaphysiques que celles de Sheily hors voilà, à quelques jours de renouveller mon nom de domaine, je me demande s'il ne serait pas judicieux d'abandonner Canalblog pour basculer sur mon mulet chez WP. Cette plateforme un peu désuette ne m'inspire plus la même confiance que par le passé et il est temps, je crois de muer si je veux continuer. Sheily concluait que le blog n'est pas mort et qu'il faut persévérer. Instagram n'est qu'un support, un tremplin car nombre de mes nouveaux visiteurs passent par là. Ensuite, on verra...

Posté par Armelle-L à 07:56 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 21 janvier 2019

* Ten Years Challenge * et autres défis

ten years challenge 19

J’ai sacrifié à la mode sur les réseaux sociaux de publier deux photos de moi à dix ans d’intervalle. J’ai triché car la première où  je suis, pimpante en robe croisée noire à pois blanc date de 2006. La seconde est d’avril, l’année dernière. En résumé, dix kilos de plus, en ce début janvier que j’avoue ne plus du tout assumer. J’hésite à prendre rendez-vous chez un nutritionniste pour remettre de l’ordre dans un profond désordre qui ne date pas d’hier mais des années qui ont suivi cette première photo. Chocs professionnel et émotionnel alliés à la ménopausese ont créé de gros dégâts. Il y a deux ans, à la faveur d’éléments perturbants, j’avais réussi à fondre. La retraite de Jules, le changement de mes habitudes alimentaires depuis qu’il est à la maison, les fêtes de fin d’année ont été favorables à vilain rebond. De surcroit, en ce début d’année pour cause de météo hivernale, je suis sédentaire. Mon défi sera, cette année, de retrouver un poids de forme. Non celui de la première photo mais quelque chose d’intermédiaire. Je réfléchis à la suite à donner…

Posté par Armelle-L à 07:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 14 décembre 2017

LYON, FÊTE des LUMIERES #2#

DSC01173

Lyon sans Notre Dame de Fourvière ne serait pas Lyon. Il faisait pourtant froid en bord de Saône tout comme au bord du Rhône, ce vendredi soir mais frissonner pour un tel spectacle valait le coup ! Se souvenir que lors de mon dernier passage dans la Capitale des Gones, je suis montée là haut un jour de canicule.

DSC01139

DSC01145

DSC01174

DSC01172

Et sous la basilique, c'est toute la colline qui s'enflamme dans un ballet de lumière. Hélas, si nous voyons l'arrière de la Cathédrale Saint Jean, c'est à l'avant qu'il aurait fallu se poster. Je le verrai plus tard sur les réseaux sociaux mais tant de choses à voir alors qu'il fait un froid polaire et que la foule souvent compacte nous oblige à faire du sur place. Ainsi ai-je regretté n'avoir pas vu le Théâtre Antique illuminé par la Fondation Laurette Fugain. Une prochaine fois car c'est promis, je reviendrai dans deux ans. Date est prise...

samedi 28 novembre 2015

Une soupe à la Mangette

P1020448

Depuis le temps que les influenceuses versaillaises nous en brossent un portrait dithyrambique, j'ai voulu, à mon tour, tester cette nouvelle cantine de la rue Carnot, la Mangette. Une jeune femme en reconversion a posé là ses casseroles et transformé de fond en comble cet ancien commerce pour en faire un lieu de restauration chaleureux, cosy, sympathique et gourmand.

la mangette

P1020442

Chaleur dans la froideur de cette fin novembre sur une banquette tendue de plaids en laine. J'ai bien entendu goûter l'assiette de soupe du jour dont tout le monde parle. Celle-ci aux lentilles corail et coco était réellement délicieuse. Pour bien finir cette pause déjeuner avant de reprendre le train pour ma banlieue, j'ai pris un dessert, une pomme au four au spéculos. L'addition reste somme toute raisonnable. C'était un moment de douceur dans ce monde de brutes...