<$CBTagMedias$>
lundi 1 avril 2019

Poisson d'Avril (l'année dernière)

1er avril 2019

Cette belle rascasse briquée au Miror, je l'ai pêchée, l'année dernière, à la devanture d'un restaurant chic à Versailles. J'avais cette idée en tête. La publier, un an après pour voir où nous en serions car, à l'époque, la santé des Jules n'était pas flambante. C'était un défi, une façon d'aller de l'avant. Jules, depuis, a pris sa retraite, il va mieux même s'il garde des séquelles. Autre année, autres tracas tels ceux de notre déménagement et toutes les questions existentielles qui vont avec. Mars n'a pas été facile sur le front de nos recherches immobilières. Il n'a pas été avare en mauvaises surprises. Voici le mois d'avril moins guerrier et plus sympathique. J'en attends beaucoup. Bienvenue à lui et bonne semaine à vous.

Posté par Armelle-L à 07:26 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


samedi 23 mars 2019

Un peu de tout, beaucoup de rien #19#

1pdt19

Je ne suis plus très assidue avec cette rubrique. La faute à Instagram. Si vous me suivez, vous avez déjà vu ces photos. Fin d'hiver et début de printemps avec des magnolias en fleurs à côté de chez moi et puis Paris. Paris et le parc Martin Luther King sous une jolie lumière depuis le bus 66 au retour du quartier Saint Lazare où je suis allée chez le coiffeur. Salon qui fermera ce samedi à midi par ordre de la Préfecture au nom du principe de précaution. Alentours, les vitrines sont toutes en miettes. Les commerçants de guerre lasse, on rénoncé à faire passer les vitriers. Ils sont las, dégoûtés, écoeurés par cette fièvre du samedi soir. Ils ont le triste sentiment de ne pas être écoutés, ni même entendus. Sinon, rouler au trot dans les rues de Maisons Laffitte derrière des chevaux et des forsythias à Neuilly sur Seine où Jules est allé passer sa visite médicale désormais annuelle. Tout va bien tant qu'il fera attention. Plus que dix jours avant notre déménagement...

samedi 21 avril 2018

SI LES RICAINS N'ETAIENT PAS Là...

20180419_144624

Jeudi, alors que défilent sur les réseaux sociaux, les clichés de vacances ensoleillées de mes copinautes, sur le boulevard de la Saussaye à Neuilly sur Seine, à l'ombre des marronniers, je tente de calmer palpitations et angoisse. Je suis remontée à l'air libre pour m'asseoir sur un banc tandis que Jules passe un scanner au sous-sol. Depuis l'automne, il traine avec des troubles sérieux, divers et variés. Début mars, une pneumonie l'a terrassé. Depuis, il traine de médecin en médecin. Le sien, à la lecture de sa dernière radio, alarmiste, s'est lavé les mains de son cas. A 25€ la consultation, il préfère se cantonner à des renouvellements d'ordonnances. Munis d'une lettre de sa part, écrite bon gré, mal gré à l'attention d'un penumologue, nous avons pris le taureau par les cornes d'autant que son état général se dégradait.

20180419_144607

Préciser que c'est sa seconde pneumonie. Il en a déjà fait une plus que sévère, il y a 13 ans et en a conservé les séquelles. Rendez-vous pris chez un spécialiste réputé à l'Hôpital Américain de Neuilly qui ne va pas prendre son problème de santé à la légère mais, dans sa globalité. Bilan sanguin complet et scanner sont prescrits. Résultats des courses, aucun crabe sur la banquette arrière comme le laissait supposer les examens passés dans mon bled. Ou, nous découvrons effarés, une médecine à deux vitesses. Celle du "pauvre" et celle de ceux qui ont les moyens ou, comme nous font avec, pour régler 130€ une consultation remboursée, mutuelle incluse, 30€. Nous sommes ressortis rassurés et curieusement, moral aidant, Jules va beaucoup mieux depuis deux jours. Il va pouvoir profiter sereinement de sa retraite. Si les ricains n'étaient pas là... C'était mon coup de gueule, ce matin, dans un pays où, désormais, on brade la santé des gens !